La Chine stimule le secteur militaire national avec des technologies volées et des investissements en Recherche & Développement selon un rapport

Par Daniel Holl
26 juillet 2021
Mis à jour: 26 juillet 2021

Selon un récent rapport d’un groupe de réflexion, la Chine fait la course pour rattraper la supériorité militaire des États-Unis, et elle le fait en renforçant les efforts d’innovation nationaux en tandem avec les efforts continus de vol de propriété intellectuelle.

Dans le même temps, la branche militaire du Parti communiste chinois (PCC) est entravée à la fois par les pièges d’une économie socialiste dirigée et par son incapacité à développer elle-même des technologies de pointe, selon le rapport de la RAND Corporation (pdf) « Defense Acquisition in Russia and China ».

« La dépendance de la Chine à l’égard du vol de propriété intellectuelle signifie que ses armes ont des années de retard, mais les Chinois reconnaissent cette lacune et investissent dans des capacités organiques et les développent par le biais de coentreprises et de l’acquisition de technologies étrangères », peut-on lire dans le rapport.

Le rapport, rédigé pour l’armée américaine, décrit comment la Chine s’éloigne de son modèle standard de copie des autres pays.

« Dans l’ensemble, l’APL[Armée populaire de libération] a surmonté de nombreux obstacles technologiques et constitue une menace claire pour les États-Unis en matière d’acquisitions de défense », peut-on lire.

Vol et acquisition

Depuis des années, le modèle d’innovation chinois consiste à voler et à reproduire, ce que les auteurs de RAND appellent le « copier et de répliquer le modèle ». De nombreuses divisions de l’Armée populaire de libération (APL) sont armées de répliques d’armes d’autres pays.

Le rapport note que les avions chinois présentent des similitudes frappantes avec leurs homologues américains et russes. Parmi la liste des répliques potentielles figure le J-31 Gyrfalcon chinois, qui ressemble au F-35 Lightning II américain.

Image composite d’un F-35 Lightning II américain (en haut) et d’un J-31 Gyrfalcon chinois (en bas) (Leon Neal/Getty Images, Johannes Eisele/AFP via Getty Images)

Un autre jet, connu sous le nom de J-20 Mighty Dragon, est similaire au F-22 Raptor américain. Mais selon le rapport, malgré le développement relativement rapide du J-20, la Chine aurait jusqu’à 20 ans de retard sur les États-Unis en matière d’aviation militaire.

Sur le terrain, le fusil de service standard de l’APL produit localement depuis environ 25 ans, le QBZ-95, pourrait bientôt être remplacé par un modèle copié. Le remplacement, qui est officieusement connu sous le nom de QBZ-191, est une quasi copie du Heckler and Koch 416, selon une analyse de The Firearm Blog. Ce fusil présente également une ressemblance frappante avec un AR-15.

Image composite de soldats tenant le QBZ-95 (à gauche) et un H&K 416 (à droite) (Kevin Frayer/Getty Images, Boris Horvat/AFP via Getty Images)

« La dépendance du PCC à l’égard du vol de la propriété intellectuelle pour le développement de ses armes l’a aidé à rester compétitif, mais l’a placé à plusieurs années de la pointe de la technologie », selon le rapport. Cela a conduit la Chine à accroître ses efforts en matière de recherche et de développement.

L’innovation

Les dépenses militaires intérieures de la Chine ont augmenté au cours des dernières décennies, et son approche de l’innovation a connu un changement de paradigme ces dernières années.

« Les dépenses militaires chinoises ont été multipliées par 10 en dollars constants au cours des 25 dernières années, les dépenses ayant atteint un niveau record de 250 milliards de dollars en 2018 », peut-on lire dans le rapport.

En comparaison, les États-Unis avaient un budget de défense de 700 milliards de dollars la même année.

Revenus de la défense par entreprises, dans le monde, en 2016 (Acquisition de la défense en Russie et en Chine/RAND Corporation)

La prise de contrôle du PCC par le dirigeant chinois Xi Jinping en 2012 a entraîné plusieurs changements systémiques dans la stratégie de développement des armes de l’APL. Depuis 2016, les secteurs militaire et commercial sont devenus plus étroitement intégrés. Les conceptions militaires sont souvent confiées à des entreprises civiles, bien qu’appartenant à l’État.

« Pour avoir une idée de l’échelle, sur les 22 entreprises de défense les plus lucratives au monde, neuf sont américaines et huit, chinoises », peut-on lire dans le rapport.

Les salaires des chefs de projet et des ingénieurs chinois deviennent également compétitifs par rapport à ceux des États-Unis. Cela contribue à attirer les ressortissants chinois qui fréquentent des universités à l’étranger.

Taux de rémunération moyen par emploi dans les plus grandes villes de Chine (Defense Acquisition in Russia and China/RAND Corporation)

Presque tous les étudiants chinois ont commencé à vivre à l’étranger après avoir obtenu leur diplôme en 2000. En 2016, près de 65 % des étudiants chinois étaient rentrés en Chine.

Des obstacles à franchir

L’argent et le vol ne sont pas en mesure de résoudre tous les problèmes de développement de la Chine.

« L’APL a encore du mal à stimuler l’innovation nationale et à combler quelques lacunes techniques flagrantes, comme les puces haut de gamme, les sous-marins silencieux et les moteurs d’avion », peut-on lire dans le rapport.

Les auteurs de la RAND soulignent les obstacles internes qui découlent de la structure politique du communisme.

« Même si elle s’efforce de surmonter ces obstacles techniques, l’APL doit s’attaquer aux inefficacités et aux barrières institutionnelles liées à la gestion et à l’assurance qualité qui continuent de contrecarrer ses efforts de réforme », peut-on lire dans le rapport.

Les hiérarchies internes de nombreuses entreprises chinoises sont fondées sur la durée de l’emploi et les relations personnelles, plutôt que sur la méritocratie. Malgré le grand nombre d’étudiants qui rentrent au pays, de nombreuses entreprises chinoises existantes ne parviennent pas à intégrer efficacement les talents qui reviennent, indique le rapport, qui cite des pratiques de gestion inefficaces.

Nombre d’étudiants chinois retournant en Chine par année (Defense Acquisition in Russia and China/RAND Corporation)

« La conception des contrats de défense chinois n’encourage pas non plus la transparence et la responsabilité », peut-on lire dans le rapport.

Le libellé des contrats est vague, les adjudicataires se voient garantir une part des bénéfices en plus des coûts, et les soumissionnaires les plus faibles se voient attribuer des projets de consolation. Ces vestiges de l’économie planifiée n’incitent guère à l’innovation, selon le rapport.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ