La Chine utilise Amazon pour détruire la démocratie

Par Anders Corr
11 août 2021
Mis à jour: 11 août 2021

La Chine utilise Amazon pour détruire les entreprises américaines, européennes, indiennes et japonaises, qui sont le fondement de la démocratie de marché libre à l’échelle mondiale. Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, se fait une fortune à courte vue dans ce processus. Il est l’un des hommes les plus riches du monde avec 193 milliards de dollars. Mais comme le démontre la récente disparition de Jack Ma en Chine, l’argent ne signifiera rien lorsque la puissance de la Chine dépassera celle des États-Unis.

Selon un cabinet d’études de marché, 42 % des produits les plus vendus sur Amazon.com proviennent de Chine. Ces produits chinois, vendus à des prix inférieurs à ceux du marché, font disparaître les magasins familiaux, vidant ainsi la rue principale des États-Unis, et les prix sont ensuite augmentés au niveau du marché. La puissance économique relative de l’Amérique est ainsi détruite. L’économie chinoise, qui a dépassé celle des États-Unis en 2017 (par PIB PPA), engloutit l’Amérique et ses alliés, et avec elle la démocratie.

La société Marketplace Pulsed a publié une étude montrant que plus de 50 % des vendeurs d’Amazon en Espagne, en France, en Italie et au Canada sont originaires de Chine. Partout où l’on va, surtout depuis la pandémie, on voit des magasins fermés dans les rues principales du monde entier. Les magasins qui ne peuvent pas rivaliser avec le travail forcé et les réglementations environnementales appauvries de la Chine ferment, pour être remplacés par des piles de boîtes Amazon vides dans lesquelles ont été trouvées, dissimulées, des marchandises étiquetées Chine. C’est du marketing malhonnête par omission, et ce n’est pas ce que les gens veulent.

Le commerce électronique mondial de la Chine via Amazon est alimenté non seulement par des prix bon marché et le refus d’Amazon d’exiger une liste des pays d’origine, mais aussi par ce qui a apparemment inclus, dans de nombreux cas, la contrefaçon, la publicité mensongère, le vol de propriété intellectuelle, le piratage et la fraude douanière. En fait, le gouvernement américain a identifié en janvier plusieurs sites internationaux d’Amazon comme facilitant la vente de marchandises contrefaites, piratées ou produites à partir d’une propriété intellectuelle volée. Amazon résiste aux appels qui lui demandent de répertorier les pays d’origine, en particulier la Chine, en raison de ses pratiques commerciales agressives, notamment le dumping et l’évasion tarifaire, sur les produits qu’elle vend.

Cette année, Amazon a finalement retiré plusieurs marchands chinois de sa plateforme pour cause de « commentaires incitatifs », c’est-à-dire lorsque des vendeurs paient des tiers pour écrire des commentaires positifs sur des produits vendus sur Amazon. Cela a « meurtri le commerce électronique transfrontalier chinois », selon le South China Morning Post.

La dernière victime d’Amazon est la société chinoise Tomtop Technology, qui a perdu 54 magasins depuis juillet. Amazon a gelé 6,3 millions de dollars des fonds de Tomtop, apparemment pour avoir violé ses politiques d’évaluation des produits. Selon la société mère de Tomtop, « la raison pourrait être les critiques inappropriées pour certains des produits, ce qui serait en violation des règles de la plateforme d’Amazon ». 6,3 millions de dollars, c’est une goutte d’eau dans l’océan des exportations mondiales de la Chine via Amazon.

« Tomtop est maintenant l’un des nombreux marchands chinois à être pris dans une campagne d’Amazon pour éliminer les violations de ses conditions de service, en particulier les commentaires incitatifs », selon le South China Morning Post. « Cependant, la répression de la plateforme contre les abus de commentaires a été un coup dur pour l’industrie. »

Amazon a profité du fait de permettre que les abus de commentaires en arrivent à ce point, et ses contre-mesures sont trop faibles et trop tardives. Ces mesures ne règlent pas le problème plus vaste d’Amazon qui autorise la vente de produits chinois, provenant d’un pays profondément non libéral, voire directement de travailleurs réduits en esclavage au Xinjiang, à des clients peu méfiants dans le monde entier.

Un nouvel entrepôt de livraison de la société américaine de commerce électronique Amazon à Rozenburg-Schiphol, aux Pays-Bas, le 13 juillet 2021. (Marco De Swart/ANP/AFP via Getty Images)

Amazon devrait à tout le moins exiger des vendeurs qu’ils informent les consommateurs du pays d’origine des produits, y compris l’État, la province et la région, afin d’aborder des questions telles que le génocide du Xinjiang, afin que les consommateurs puissent exercer leur pouvoir d’achat pour de bon. Les consommateurs devraient avoir la possibilité d’acheter des produits provenant de régions qu’ils souhaitent soutenir, comme les autres démocraties, ce qui leur permettrait d’éviter les produits provenant de régions problématiques sur le plan éthique et de réduire la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre dues au transport mondial des marchandises. L’achat local devrait être une option sur tous les sites de commerce électronique.

Traiter tous les producteurs de la même manière, y compris les entreprises chinoises qui échappent régulièrement aux droits de douane en vendant de petits lots directement aux consommateurs via Amazon, ou qui produisent du coton et des tomates au Xinjiang en recourant au travail forcé, est contraire à l’éthique et, à long terme, peu judicieux non seulement pour les actionnaires d’Amazon, mais aussi pour tous ceux qui croient aux libertés démocratiques. De plus, en prenant des contre-mesures peu convaincantes contre les produits de contrefaçon, les produits piratés ou les produits bénéficiant d’un vol de propriété intellectuelle, Amazon nuit en fin de compte aux consommateurs et aux entreprises qui choisissent d’agir de manière responsable.

Les gouvernements commencent à rendre obligatoire la fourniture d’informations sur le pays d’origine pour les consommateurs de commerce électronique qui veulent s’assurer de la qualité, de la sécurité et de l’éthique des produits qu’ils achètent, ou de l’origine pour des raisons de conformité réglementaire ou d’achat local. Les informations sur le pays d’origine seront apparemment requises sur les sites Web britanniques et européens d’Amazon à partir du 22 août, afin de faciliter l’application des nouvelles réglementations liées au Brexit. Cela pourrait obliger les vendeurs à étiqueter les produits d’origine chinoise. Les mêmes règles ne s’appliquent pas actuellement à la plate-forme d’Amazon aux États-Unis.

Toutefois, un projet de loi américain parrainé par la sénatrice Tammy Baldwin (Parti démocrate, Wisconsin) exigerait que les informations relatives au pays d’origine soient fournies sur un large éventail de sites de commerce électronique. C’est la bonne solution. Il est absurde que les plates-formes de commerce électronique aux États-Unis bénéficient d’un avantage injuste par rapport aux magasins de bric et de broc, où la fourniture d’informations sur le pays d’origine est obligatoire sur les produits et les emballages. Le projet de loi proposé uniformiserait enfin les règles du jeu, ramenant peut-être la rue principale, ainsi que les magasins familiaux, qui ont été décimés par la pandémie.

Les grands groupes industriels, dont Amazon et d’autres grands détaillants en ligne, sont opposés aux lois qui exigent la fourniture d’informations sur le pays d’origine sur les sites de commerce électronique, car elles risquent de dissuader certains consommateurs de faire des achats en ligne où ils seraient confrontés à des informations sur la quantité massive de produits chinois vendus. La préférence de l’industrie, en d’autres termes, est de refuser le choix à ses clients.

Les grandes entreprises aimeraient continuer à s’enrichir grâce aux flux opaques de marchandises bon marché, illégales et contraires à l’éthique qui inondent les marchés américains et mondiaux. Mais il est temps pour les entreprises américaines de se réveiller, de soutenir la responsabilité des entreprises, les devoirs envers leurs clients et la démocratie, qui est le seul système politique qui soutient pleinement le marché libre et les autres libertés grâce auxquelles elles, et nous tous, prospèrent.

La plupart des entreprises, ivres des profits de la Chine, ne se réveilleront pas d’elles-mêmes. Les consommateurs et les électeurs doivent les réveiller par le biais de lois exigeant l’étiquetage du pays d’origine et soutenant l’entrepreneuriat local qui lance de nouveaux sites de commerce électronique fournissant à leurs clients les informations sur le pays d’origine dont ils ont besoin pour faire des choix réels et informés. Ces choix pourraient être essentiels pour préserver la démocratie à l’échelle mondiale.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ