Un chiot blessé, déposé par un oiseau dans la cour d’une dame, s’avère être un dingo rare d’Australie

Par Louise Bevan
9 octobre 2021
Mis à jour: 9 octobre 2021

Lorsqu’une femme australienne a découvert un chiot blessé dans son jardin, elle a pensé qu’il s’agissait d’un simple chien ou d’un renard. Après des tests ADN, il s’est avéré qu’il s’agissait d’une espèce de dingo sauvage en voie de disparition. Deux ans plus tard, le chiot réhabilité est devenu un élément crucial d’un programme de reproduction.

Le chiot dingo a été trouvé en août 2019 lorsqu’il est tombé du ciel dans la cour de Mme Jayne Guiney, dans la ville alpine isolée de Wandiligong, en Australie.

« Un matin d’hiver, Jayne s’est réveillée en entendant des hurlements de détresse dont la source provenait d’une petite créature de couleur sauvage, en fourrure, recroquevillée sous une touffe d’herbe », a déclaré Lyn Watson, directrice de la Fondation australienne du dingo, à Epoch Times. « Elle l’a emmené à l’intérieur pour le réchauffer et lui donner de la nourriture et de l’eau. »

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Remarquant ses « pattes ensanglantées et son inconfort évident », Jayne a emmené le chiot âgé de quelques semaines chez un vétérinaire spécialiste de la faune sauvage, le Dr Bec Day de l’Alpine Animal Hospital. Ayant remarqué que le dos du chiot était percé de griffes, elle a supposé qu’un oiseau de proie avait essayé de l’attraper comme repas.

« Au moins, cela expliquait comment il pouvait se trouver dans un jardin clôturé », a déclaré Lyn.

Le Dr Day a envoyé des échantillons d’ADN au Dr Kylie Cairns, chercheur en génétique à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud. Alors que les résultats de ses tests ADN étaient en attente, le chiot, nommé Wandi d’après la ville où il a été trouvé, a été soigneusement transféré dans le sanctuaire de la fondation australienne Dingo, qui se trouve au pied des chaînes de montagnes Macedon, à Victoria.

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

En raison d’un équipement défectueux, il a fallu des mois à Lyn et à son équipe pour recevoir la confirmation que l’ADN de Wandi était celui d’un pur dingo alpin.

Selon le directeur du sanctuaire, Kevin Newman, 34 ans, les dingos australiens sont souvent considérés comme une menace pour le bétail et font l’objet d’un contrôle létal dans de nombreuses régions. Mais le dingo moyen, a déclaré Lyn, ne consomme que 350 à 500 grammes de nourriture par jour, ce qui équivaut à « un couple de lézards gras ou de rats de brousse. »

« Pendant de nombreuses années, les scientifiques et d’autres parties prenantes ont soutenu qu’il ne restait plus de dingos purs ou vrais dans le Victoria », a expliqué Kevin. « Mais le test ADN de Wandi a prouvé le contraire. Cela a été un choc pour nous tous de savoir que les dingos alpins, qui sont les plus menacés à l’état sauvage, vivent et survivent encore à l’état sauvage ici. »

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)
(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Kevin a été chargé de faire connaître l’histoire de Wandi sur Instagram ; la page a amassé près de 60 000 followers à ce jour.

« Entre-temps, Wandi s’est transformé en un animal fier et beau, très lié à l’une de nos femelles élevées en captivité, Hermione », a déclaré Lyn.

« Il a un air de célébrité… En fait, les réseaux sociaux ont inspiré un artiste à le représenter sous le nom de « Lord Wandi », et une œuvre originale orne notre hall d’entrée. »

Wandi a même inspiré un livre. Publié le 29 septembre, « Wandi », de l’auteur Favel Parrett, raconte pour les enfants l’histoire du chiot chanceux qui est tombé du ciel. Les recettes seront versées à l’Australian Dingo Foundation pour la défense des dingos.

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Puis, en 2021, Wandi est devenu le père de six petits.

« Vous pouvez voir quelques photos de ses petits sur son Instagram et les regarder grandir avec nous », a déclaré Kevin au journal. « C’est une partie importante du travail que nous faisons, car cela garantit la survie des dingos purs dans le futur. »

Lyn considère l’arrivée de Wandi comme une réponse à ses prières ; pour préserver le véritable pool génétique des dingos, les efforts de reproduction ont besoin de « matériel génétique frais et pur… Notre seule chance d’obtenir du sang frais [était] via une situation de sauvetage », a-t-elle déclaré.

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Aujourd’hui âgée de près de 80 ans, Lyn a créé le Dingo Discovery Sanctuary avec son défunt mari, Peter, après que celui-ci eut pris sa retraite en 2002. En tant que président du club canin de leur État, Peter avait fait adopter par le Parlement, 10 ans auparavant, une loi sur la propriété légale des dingos, et le couple possède des dingos depuis lors.
Leur parcelle de prairie sanctuaire est « un coin de paradis isolé », dit Lyn.

Le dingo alpin pur est une espèce entièrement engendrée par la nature, sans intervention humaine. Autrefois vénérés par les populations autochtones, ils ont été diabolisés et exterminés par les éleveurs de moutons européens à partir du 18e siècle.

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Cette extermination persiste encore aujourd’hui. En partageant une photo de carcasses de dingos suspendues, Lyn a imploré : « Le monde doit être sensibilisé… Nous ne pouvons nous empêcher de croire que certains de ces animaux sont des parents de Wandi, car cette scène n’est pas très éloignée de ses origines. »

Depuis que Wandi est apparu sur la scène, Dingo Discovery Sanctuary est devenu le foyer de quatre autres orphelins purs dingos, qui pourraient le rejoindre dans la cause pour sauver leurs proches vivants à l’état sauvage dans le bush victorien.

Vous pouvez suivre leur périple sur Instagram.

(Avec l’aimable autorisation de la Fondation australienne Dingo)

Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ