Chuck Yeager, légende de l’armée de l’air, a bien franchi le mur du son – mais était-il vraiment le premier dans l’histoire?

Par Louise Bevan
13 juillet 2020
Mis à jour: 13 juillet 2020

Charles « Chuck » Elwood Yeager, pilote pionnier de l’armée de l’air américaine, est entré dans l’histoire en 1947 en devenant officiellement la première personne à franchir le mur du son en vol en palier. Son triomphe a inspiré un livre et un film, tandis que la carrière de ce pilote de vol décoré s’est envolée pendant sept décennies.

Yeager s’est enrôlé dans l’armée de l’air en 1941 et a acquis une solide réputation de pilote de chasse pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le jeune pilote a ensuite été choisi pour tester l’avion de recherche supersonique Bell X-1 en 1947, après avoir terminé l’école de pilotage ; M. Yeager a nommé l’appareil Glamorous Glennis en l’honneur de sa femme de deux ans à l’époque.

M. Yeager, assis dans le cockpit du Bell X-1, à Edwards Air Force Base, d’après un tirage signé par Chuck Yeager (Jack Ridley)

En octobre 1947, M. Yeager vole à 13 000 mètres et atteint une vitesse de 1 126 km/h au-dessus du désert de Mojave, devenant ainsi le premier humain à franchir le mur du son, également connu sous le nom de Mach 1.

Malencontreusement, Chuck s’était cassé deux côtes dans un accident d’équitation quelques jours avant le vol record. Malgré tout, il a pris son accident avec philosophie. « Si jamais il était physiquement impossible pour moi de monter dans l’avion X-1, alors je ferais tout simplement annuler la mission », déclara M. Yeager à Popular Mechanics en 1987, ajoutant : « Mais si je peux m’installer dans le siège du pilote, c’est que je peux voler. »

(De gauche à droite) le Capitaine Charles «Chuck» Yeager, le Major G Lundquist et le Capitaine J Fitzger (Keystone / Getty Images)

M. Yeager a poursuivi en décrivant le moment où le record a été battu.

« L’avion a pu continuer à accélérer progressivement jusqu’à ce qu’une indication de 0,965 sur le machmètre du cockpit soit obtenue », a-t-il déclaré. « A cette indication, le compteur s’est momentanément arrêté puis a sauté à 1,06 ; on a supposé alors que l’hésitation était due à l’effet des ondes de choc sur la source statique. »

Le pilote a établi le record en volant à une vitesse supersonique pendant 18 secondes. « Il n’y a pas eu de ballottements, pas de secousse, pas de choc », se souvient-il. « Surtout, pas de mur de briques à traverser. J’étais en vie. »

c
Glamorous Glen III, le P-51D de Chuck Yeager pendant la Seconde Guerre mondiale (US Air Force)

Après cet exploit historique, Chuck Yeager a gravi les échelons, passant de capitaine à commandant, et a formé des pilotes militaires pour qu’ils deviennent astronautes. Il a pris sa retraite de l’armée de l’air en 1975.

Quatre ans plus tard, Chuck Yeager apparaît dans le  livre de Tom Wolfe The Right Stuff, et participe à son adaptation cinématographique de 1983, dans laquelle il joue un rôle de barman. Il a reçu la médaille présidentielle de la Liberté en 1985.

L’exploit de Chuck Yeager est devenu le sujet d’une certaine controverse après la publication, en 2018, du livre de Dan Hampton Chasing The Demon : A Secret History of the Quest for the Sound Barrier and the Band of American Aces Who Conquered It,  (l’histoire secrète de la quête du mur du son et des as de l’air américains qui l’ont conquise).

M. Yeager tenant une maquette de l’avion Bell X-1 à New York le 18 octobre 1962 (Hulton Archive / Getty Images)

Le héros de guerre et pilote d’essai George Welch aurait franchi le mur du son quelques jours avant Chuck Yeager, mais comme il travaillait pour le constructeur d’avions North American Aviation et non pour l’armée de l’air américaine, son exploit n’a pas été enregistré.

« Le Premier secrétaire de l’armée de l’air, Stuart Symington a émis une directive à l’intention de North American Aviation disant que ‘c’est l’armée de l’air américaine qui avait franchi la première le mur du son' », écrit M. Hampton, cité par le New York Post. « L’idée sous-jacente était ‘je m’en fiche si vous le prenez à votre compte, mais si vous le faites et que c’est rendu public, vous pouvez dire au revoir à ces contrats pour un milliard de dollars’. »

M.  Yeager assiste à une projection spéciale du 20e anniversaire de The Right Stuff au théâtre égyptien d’Hollywood, en Californie, le 9 juin 2003. (Robert Mora / Getty Images)
M. Yeager assiste à la cérémonie des médailles 2015 du Country Music Hall of Fame à Nashville, Tennessee, le 25 octobre 2015. (Rick Diamond / Getty Images)

Néanmoins, l’exploit de M. Yeager n’a pas été terni par la controverse. Le jour du 50e anniversaire de son franchissement du mur du son, il s’est envolé de nouveau, répétant son extraordinaire exploit au-dessus du désert de Mojave en 2012 à l’âge de 89 ans.

Cette année-là, M. Yeager a déclaré à CNN qu’il avait atteint Mach 1,3 et « a produit un très bon boum sonore au-dessus d’Edwards[la base aérienne]. »

« J’ai vraiment apprécié que l’armée de l’air m’ait donné un chasseur F-15 tout neuf à piloter », a-t-il déclaré, ajoutant que son équipe devait maintenir l’avion en dessous de Mach 1,4.

« Dès que vous approchez Mach 2 », a-t-il ajouté, « vous risquez de briser les vitres et de fendre le fuselage. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ