La chute de Hong Kong est un signe avant-coureur de la prise de contrôle du monde libre par la Chine communiste, selon la directrice d’Epoch Times HK

Par Jan Jekielek
19 avril 2021
Mis à jour: 20 avril 2021

Le climat répressif de Hong Kong cultivé par le Parti communiste chinois (PCC) – dans lequel des agresseurs peuvent saccager l’imprimerie d’un des journaux indépendants de la ville en toute impunité – est ce que Pékin espère imposer à l’Occident, selon Guo Jun, directrice de l’édition hongkongaise d’Epoch Times.

Autrefois saluée pour ses libertés démocratiques, Hong Kong a vu son autonomie diminuer régulièrement depuis que l’ancienne colonie britannique est passée sous domination chinoise en 1997. Au cours de l’année écoulée, Pékin a imposé des lois radicales pour criminaliser des actes vaguement définis de sécession, de subversion et de collusion avec l’étranger, tout en instituant des réformes électorales déclarant que seuls les « patriotes » pouvaient gouverner le territoire.

Depuis lors, les autorités ont poursuivi des dizaines de personnes au titre de la nouvelle loi sur la sécurité ou d’autres chefs d’accusation, dont récemment le magnat des médias Jimmy Lai, éditeur du journal local Apple Daily et farouche opposant au régime chinois.

« Hong Kong est l’exemple parfait de la façon dont le PCC a transformé une société libre en une société où les gens ont peur de s’exprimer librement », a déclaré Guo dans une interview récente pour le programme American Thought Leaders (maîtres à penser américains) d’Epoch Times.

« Aujourd’hui, même les Oscars ne peuvent pas être diffusés à Hong Kong, car les films doivent être examinés par le régime chinois avant de pouvoir être diffusés dans les cinémas de Hong Kong. Le régime chinois, étape par étape, a transformé Hong Kong en cela », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elle a observé le même phénomène se produire en Occident.

« Hollywood, certaines grandes entreprises technologiques, Wall Street, ils ont besoin de faire des affaires avec la Chine, donc ils se plient à la ligne du Parti communiste chinois lorsqu’il s’agit de sujets que le Parti communiste chinois n’aime pas », a-t-elle dit.

« Imperceptiblement, les choses changent autour de vous et vous réalisez que le monde est différent », a-t-elle poursuivi. « Les gens n’osent pas dire ce qu’ils ressentent vraiment parce qu’ils craignent d’être attaqués ou discriminés. »

Mme Guo a noté que certains peuvent avoir du mal à concevoir que cela puisse se produire dans une société libre.

« Mais qui est derrière tout cela, qui contrôle tout cela ? Qui utilise les incitations financières et le marché chinois comme monnaie d’échange pour changer le monde entier ? » a-t-elle demandé.

« Nous savons qu’il s’agit du Parti communiste chinois, et qu’il a affiné ses compétences à Hong Kong. »

Une capture d’écran de vidéosurveillance montre des intrus vêtus de noir, l’un d’entre eux brandissant une masse et endommageant des machines dans l’imprimerie d’Epoch Times à Hong Kong, le 12 avril 2021. (Epoch Times)

Faire connaître la vérité

Le 12 avril, quatre hommes ont fait irruption dans l’imprimerie hongkongaise d’Epoch Times. Armés de masses, deux d’entre eux ont brisé des équipements d’impression essentiels, interrompant ainsi la distribution du journal. L’édition a repris le 16 avril, à temps pour couvrir la condamnation de Jimmy Lai et d’autres militants pro-démocratie.

Mme Guo, citant une série de tentatives de sabotage similaires depuis le début des activités de l’établissement en 2006, a déclaré que le PCC était très probablement à l’origine de cette violente attaque.

« Epoch Times n’a pas d’ennemis hostiles, car nous n’avons pas de dettes et nous n’avons jamais eu de conflits financiers avec des groupes ou des individus », a-t-elle déclaré.

Mme Guo, qui faisait partie des membres fondateurs d’Epoch Times à Atlanta, en Géorgie, en 2000, a déclaré que la rareté des informations indépendantes provenant de l’intérieur de la Chine était ce qui avait motivé le groupe à créer le journal.

Ils voulaient « faire connaître la vérité sur la Chine au monde entier et transmettre des voix internationales au peuple chinois », a déclaré Mme Guo.

À l’époque, le régime chinois a mis en scène un cas d’auto-immolation pour justifier, par la propagande, la persécution des pratiquants de Falun Gong, qui avait débuté un peu plus d’un an auparavant. Mme Guo a constaté que les médias chinois et anglophones ne rapportaient pas les preuves de la mise en scène de l’événement par le PCC.

Mais « notre journal a pu, à l’époque, faire connaître au monde entier la vérité sur cet événement », a-t-elle expliqué.

Un an plus tard, lorsque le SRAS s’est déclaré dans le sud de la Chine à la fin de 2002, le PCC, comme il l’a fait pendant la pandémie actuelle, a dissimulé l’épidémie.

« C’est l’édition hongkongaise d’Epoch Times qui a été le premier [média] à révéler cette affaire« , a déclaré Mme Guo.

Après une attaque contre l’imprimerie le 12 avril, les journaux de l’édition hongkongaise d’Epoch Times sortent de la presse à Hong Kong, le 17 avril 2021. (Epoch Times)

Abus de pouvoir

Mais les reportages sans filtre sur le régime chinois ont un coût. Peu de temps après la création de l’organisation, sa première cohorte de reporters en Chine a été arrêtée.

« Beaucoup d’entre eux sont diplômés de l’université de Tsinghua et d’autres universités prestigieuses en Chine », a déclaré Mme Guo. « Ils ont été torturés pendant longtemps dans les prisons chinoises. »

Aujourd’hui encore, les reporters du média sont pris pour cible par le régime.

« Nous avons également beaucoup de reporters dans le monde dont les membres de la famille continuent d’être harcelés et menacés en Chine », a-t-elle déclaré.

En mars, une animatrice des émissions d’actualité en ligne d’Epoch Times Hong Kong a reçu un message, transmis par un proche, de la police de Chine continentale : cessez de diffuser ou risquez d’être arrêté en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

Mme Guo a elle-même été la cible d’actes d’intimidation de la part du PCC. Lorsqu’elle s’est installée à Hong Kong pour travailler à l’édition, elle a reçu une lettre lui demandant de quitter immédiatement la ville. L’auteur de la lettre a également déclaré qu’il surveillerait tous ses déplaccements et la suivrait partout où elle irait.

Le régime avait également tenté de saboter l’édition de Hong Kong en faisant pression sur les détaillants et les annonceurs. Mme Guo se souvient d’un cas où un petit client publicitaire de Hong Kong a reçu des lettres de menace en 4 langues différentes.

« Certains de ces clients [à Hong Kong] sont Coréens ou d’autres pays, alors le régime chinois utilise différentes langues pour les menacer et les harceler », a-t-elle confié.

En mai 2019, l’édition hongkongaise d’Epoch Times a commencé à vendre des journaux dans environ 500 magasins 7-Eleven de la ville.

« Les gens étaient très heureux de pouvoir désormais acheter Epoch Times plus facilement », a déclaré Mme Guo.
Mais cet arrangement n’a pas duré longtemps.

« Malheureusement, le régime chinois a très vite fait pression sur les magasins 7-Eleven, qui se sont unilatéralement retirés du contrat et ont retiré Epoch Times de leurs rayons », a-t-elle ajouté.

Ne pas reculer

Ce que le régime cherche à obtenir, ce n’est « pas seulement de filtrer une ou deux informations », mais d’exporter l’ensemble de son système par une combinaison de menaces et de coercition économique, dit Mme Guo.

Hong Kong n’ayant pas fait l’objet de sanctions occidentales jusqu’à une date récente, le régime chinois a profité du statut de centre financier international de Hong Kong pour attirer les investissements étrangers et procéder à des transferts forcés de technologies, explique-t-elle.

« Ses tactiques consistent à mentir et à utiliser des incitations financières pour amener les grands groupes financiers à s’associer avec lui, et ces grands groupes et sociétés financières contrôlent les médias et les institutions importantes », a-t-elle déclaré. « Les incitations financières poussent les gens à perdre leur conscience, à s’autocensurer, et même à restreindre la liberté d’expression des autres. »

« Vous pouvez être très libre financièrement et relativement prospère, mais fondamentalement, vous devez fonctionner dans le cadre des règles du régime chinois », a déclaré Mme Guo. « Vos libertés sont restreintes, vous devez renoncer à la liberté d’expression, et vous devez attaquer d’autres groupes de personnes pour qu’elles ne puissent pas s’exprimer. »

Interrogée pour savoir si elle avait peur, Mme Guo a juré de ne jamais reculer.

« Pour nous, les êtres humains doivent avoir une dignité de base, des libertés d’expression de base », a-t-elle dit. « Il n’y a pas de retour en arrière pour nous, car c’est tellement essentiel. Si nous abandonnons même cela, alors nous n’aurons pas de dignité fondamentale. »

Mme Guo a ajouté qu’elle a reçu de nombreuses recommandations de déménager ses activités ailleurs en raison de l’escalade de la pression politique. Elle a exhorté le monde libre à s’unir pour protéger les droits fondamentaux de Hong Kong et soutenir la persistance du journal dans la ville, ce qu’elle a qualifié de « responsabilité partagée ».

« Un surnom populaire pour Hong Kong est ‘la base pour contrer le PCC' », a-t-elle déclaré. « Le régime chinois le voit aussi. Sa stratégie, cette fois-ci, consiste à prendre Hong Kong, mais pas sa population […] par l’intimidation et la menace. »

« Si l’on en arrivait vraiment là un jour, je pense que ce serait une tragédie, non seulement pour les Hongkongais et les Chinois, mais aussi très malheureux pour le monde », a déclaré Mme Guo. « Nous espérons donc arrêter cette tendance vers le déclin tant que nous le pouvons encore. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ