Cinq bonnes raisons pour ne plus consommer d’alcool à l’excès

29 novembre 2016 Mis à jour: 28 novembre 2016

Si l’alcool contribue à faire en sorte que la soirée soit amusante, il en va autrement pour la santé. Voici quelques raisons qui expliquent pourquoi l’alcool interfère avec une bonne santé.

Garder une silhouette mince

L’alcool perturbe le métabolisme, la fonction hormonale et augmente l’appétit. L’alcool augmente la synthèse du cortisol qui détruit les muscles et favorise l’accumulation de la graisse.

Dans le même temps, il réduit les niveaux de testostérone, une hormone qui brûle les graisses et augmente la masse musculaire. La transformation de la graisse en énergie est réduite de 73% durant une heure après avoir pris 1 dl de vodka soda.

Comment l’alcool augmente-t-il l’appétit ? Il stimule le cerveau qui libère les hormones du plaisir, ce qui entraîne le désir de manger.

Enfin, l’alcool contient beaucoup de calories, 2 dl de vin contiennent la même quantité de calories que 25 g de beurre.

L’alcool affaiblit le système immunitaire

L’alcool affaiblit la réponse immunitaire et aggrave l’inflammation. En détruisant le système immunitaire, il conduit à un risque élevé d’infection.

Les scientifiques disent que cela est dû à l’influence de l’alcool sur les cellules dendritiques qui protègent le corps contre les envahisseurs étrangers.

L’alcool perturbe la digestion

La consommation quotidienne de 50 à 100 ml de vodka peut conduire à la modification de la microflore intestinale, ce qui se manifeste par des ballonnements, des douleurs, de la constipation ou de la diarrhée.

Contrairement au côlon, l’intestin grêle contient des quantités relativement faibles de bactéries. C’est pourquoi on retrouve un nombre anormal de bactéries dans l’intestin des alcooliques. Ces micro-organismes consomment trop de nutriments, ce qui carence le corps.

L’alcool réduit la vie

L’alcool est un cancérogène. L’’acétaldéhyde joue un rôle clé dans les dommages de l’ADN cellulaire.

La consommation fréquente d’alcool favorise le cancer du tractus, du foie, du sein et le cancer gastro-intestinal.

L’alcool détruit le cerveau

Avec l’alcool, on croit améliorer facilement l’humeur pour oublier les problèmes. Étant donné que l’alcool réduit l’anxiété pendant un moment, il est utilisé comme un antidépresseur facilement accessible.

Arrivé dans le cerveau, il active les neurotransmetteurs inhibiteurs (GABA) qui aident à se détendre et même à atteindre un état euphorique.

Le problème est que l’alcool et ses dérivés provoquent l’apoptose, c’est-à-dire la destruction des cellules nerveuses.

L’alcool favorise l’adhésion des globules rouges aux parois du système sanguin, ce qui limite le flux sanguin vers les cellules nerveuses, entraînant la mort de certaines zones du cerveau.

RECOMMANDÉ