Cinq candidates astronautes seront diplômées en 2020 alors que la NASA prévoit d’« alunir la première femme » d’ici 2024

Par Louise Bevan
3 janvier 2020 Mis à jour: 3 janvier 2020

Le 7 juin 2017, la NASA a annoncé son dernier groupe de 12 candidats astronautes. En janvier 2020, 11 d’entre eux obtiendront leur diplôme au Centre spatial Johnson à Houston, au Texas.

Sur ces 11 astronautes, 5 sont des femmes.

Kayla Barron, une candidate astronaute de la NASA, après avoir revêtu sa combinaison spatiale au Centre spatial Johnson de la NASA à Houston (Texas) le 12 juillet 2019. (©NASA | Bill Ingalls)

Le programme Artemis de la NASA a reçu plus de 18 000 demandes. Ce programme, que la NASA qualifie de « retour de l’humanité sur la Lune », prévoit d’envoyer la première femme et le prochain homme sur la Lune d’ici 2024 à des fins de recherche, dans le but d’explorer le paysage lunaire plus en profondeur qu’Apollo 11.

En 2020, tout le groupe d’astronautes de la classe 22 sera diplômé, à l’exception de Robb Kulin, un candidat original qui a pris sa retraite de la NASA en août 2018. Deux candidats de l’Agence spatiale canadienne complètent la classe des diplômés.

Mais qui sont ces cinq femmes de talent qui deviendront des modèles pour la prochaine génération d’aspirantes astronautes ?

Kayla Barron, candidate astronaute de la NASA, photographiée à la base de réserve interarmées d’Ellington Field à Houston, au Texas, le 6 juin 2017 (©NASA | Robert Markowitz)

Kayla Barron

Selon la NASA, Kayla Barron, âgée de 32 ans, est un ancien lieutenant de la marine américaine originaire de Richland (Washington), titulaire d’une maîtrise en génie nucléaire de l’Université de Cambridge en Angleterre. Mme Barron est arrivée à la NASA en provenance de l’Académie navale des États-Unis avec une expérience de la guerre sous-marine.

Loral O’Hara, candidate astronaute de la NASA, photographiée à la base de réserve commune Ellington Field à Houston, au Texas, le 6 juin 2017 (©NASA | Robert Markowitz)

Loral O’Hara

Une EMT certifiée avec une maîtrise en aéronautique et en astronautique de l’Université Purdue, Loral O’Hara, âgée de 36 ans, travaillait à la Woods Hole Oceanographic Institution avant de rejoindre la NASA. Ses recherches portaient sur l’ingénierie, les essais et l’exploitation des navires de recherche en eaux profondes. Mme O’Hara est originaire de Sugar Land, au Texas.

Jasmin Moghbeli, candidate astronaute de la NASA, photographiée à la base de réserve commune d’Ellington Field à Houston, au Texas, le 6 juin 2017 (©NASA | Robert Markowitz)

Jasmin Moghbeli

Née en Allemagne, Jasmin Moghbeli, âgée de 36 ans, originaire de New York, est titulaire d’une maîtrise en génie aérospatial de la Naval Postgraduate School. Elle est également diplômée de la Naval Test Pilot School des États-Unis. Après avoir obtenue son diplôme, Mme Moghbeli a testé des hélicoptères H-1 à Yuma, en Arizona.

Zena Cardman, candidate astronaute de la NASA, photographiée à la base de réserve commune d’Ellington Field à Houston, Texas, le 6 juin 2017 (©NASA | Robert Markowitz)

Zena Cardman

Originaire de Williamsburg, en Virginie, Zena Cardman, âgée de 32 ans, est titulaire d’une maîtrise en sciences marines de l’Université de Caroline du Nord. En tant que chercheuse à l’Université d’État de la Pennsylvanie, Mme Cardman étudiait les microorganismes dans les milieux souterrains et avait déjà travaillé avec la NASA dans le cadre de missions analogues en Colombie-Britannique, à Hawaï et en Idaho lorsqu’elle a été recrutée comme candidate.

Jessica Watkins, candidate astronaute de la NASA, photographiée à la base de réserve commune d’Ellington Field à Houston, Texas, le 6 juin 2017 (©NASA | Robert Markowitz)

Jessica Watkins

Jessica Watkins, de Lafayette, au Colorado, a un doctorat en géologie de l’Université de Californie. La jeune femme de 31 ans était déjà affiliée à la NASA avant d’être acceptée comme candidate astronaute. Elle a travaillé au Centre de recherche Ames de Silicon Valley, en Californie, au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena, en Californie, et comme collaboratrice du rover Curiosity du Mars Science Laboratory de la NASA.

La classe participe à une formation de survie en mer en hélicoptère le 21 septembre 2017. (©NASA | Josh Valcarcel)

Conformément aux directives de la NASA, les astronautes diplômés termineront leurs deux années d’entraînement de base et recevront leur épinglette d’astronaute le 10 janvier 2020. Au cours de la formation de base, tous les candidats ont reçu une formation sur les sorties dans l’espace, les systèmes de la Station spatiale internationale, la robotique, la maîtrise des jets T-38 et la langue russe.

Mme Moghbeli s’est adressée au NPR au sujet de commencer tôt afin de réaliser de très grandes ambitions : « Commencez à vous intéresser aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie, aux mathématiques, à ce genre de domaines », a-t-elle conseillé.

«  Il y a eu beaucoup d’autres candidats qui ont postulé et qui étaient extrêmement qualifiés pour ce poste et qui n’ont pas la chance d’être assis ici comme moi », a-t-elle ajouté. « Alors assurez-vous de faire ce que vous aimez. »

La classe 22 d’astronautes de la NASA se rassemble pour une photo de groupe le 7 août 2019. (©NASA | Bill Stafford)

La classe de finissants se joindra au corps des astronautes actifs et entreprendra une carrière en exploration spatiale qui pourrait les amener à être déployés à la Station spatiale internationale – qui célébrera 20 ans d’occupation humaine en novembre 2020 – sur la Lune, ou même sur Mars.

Le voyage ne fait que commencer. À partir de 2020, ces cinq femmes inspirantes, et leur groupe, tenteront d’atteindre les étoiles.

RECOMMANDÉ