Cinq choses à savoir sur le Kirghizstan

Par Epoch Times avec AFP
6 octobre 2020
Mis à jour: 6 octobre 2020

Le Kirghizstan, où la commission électorale a annulé mardi les résultats des législatives sur fond d’accusations de fraudes, est un petit pays d’Asie centrale ex-soviétique déjà fragilisé par le Covid-19.

Les Kirghiz disent que leur pays de six millions d’habitants serait aussi grand que la Chine si toutes leurs montagnes étaient plates: sans accès à la mer, près de la moitié du territoire du Kirghizstan, qui fait 198.500 km2, est situé à plus de 3.000 m d’altitude.

Des montagnes portent le nom de Vladimir Lénine…

Le pays a des montagnes qui portent le nom de Vladimir Lénine et du président russe Vladimir Poutine. Le sommet le plus haut du pays est celui de la Victoire, à 7.439 mètres, situé à la frontière avec la Chine.

Le Kirghizstan a la réputation d’être le pays le plus démocratique des cinq ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, même s’il a connu deux révolutions en 25 ans d’indépendance — en 2005 et 2010 — et de nombreux épisodes de violences ethniques visant notamment la minorité ouzbèke.

L’élection en 2017 de Sooronbay Jeenbekov avait permis la première passation de pouvoir pacifique entre deux présidents élus, mais les relations entre l’ancien dirigeant Almazbek Atambaïev et son protégé s’étaient rapidement dégradées.

Leur rivalité a culminé en 2019 avec l’arrestation émaillée de violences d’Almazbek Atambaïev, condamné par la suite à 11 ans de réclusion pour avoir fait relâcher un des chefs du crime organisé.

Détenu dans la prison des services de sécurité, l’ex-président a été libéré dans la nuit de lundi à mardi par des manifestants d’opposition.

Moins de ressources naturelles

Le Kirghizstan a moins de ressources naturelles que ses voisins plus prospères, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, mais il dispose d’importantes réserves d’eau, vitale dans cette région.

Le pays envisage la construction de centrales hydroélectriques, ce qui en ferait un leader énergétique dans la zone, mais ces projets exigent des négociations délicates avec les Etats situés en aval de ses rivières, qui ont besoin d’eau pour leur agriculture.

L’autre richesse du Kirghizstan est l’or. La mine d’or de Kumtor, exploitée par le groupe canadien Centerra Gold et dont le gouvernement kirghiz détient une partie, fournissait ces dernières années environ 8% du produit intérieur brut (PIB) kirghiz.

Selon la Banque mondiale, le Kirghizstan est l’un des pays les plus dépendants des transferts de fonds de migrants, cet argent représentant entre un quart et un tiers du PIB kirghiz ces dernières années.

 Beaucoup travaille en Russie

Quelque 623.000 citoyens kirghiz résident et travaillent en Russie, selon un rapport du gouvernement russe publié en 2017.

Le statut de ces migrants s’est amélioré depuis l’intégration en 2015 du Kirghizstan à l’Union économique eurasiatique menée par Moscou.

D’autres chiffres, non officiels, établissent à un million le nombre de Kirghiz se trouvant en Russie, beaucoup d’autres étant partis travailler au Kazakhstan, en Turquie et au Proche-Orient.

Plus d’un millier de morts du Covid- 19

Avec quelque 47.600 cas de contamination et plus d’un millier de morts, le Kirghizstan est durement frappé par la pandémie de Covid-19 qui sévit à travers le monde.

Signe des effets de cette pandémie sur l’économie kirghize, la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) prévoit une chute de 9,5% du PIB en 2020, tandis que le commerce avec la Chine voisine a chuté de moitié depuis le début de l’année, aggravant la pauvreté de la population.

Focus sur la Chine  – Un incendie dans le centre de la Chine fait 13 morts

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ