Cinq questions sur les origines de la dernière vague du virus à Pékin

Par Yuan Bin
24 juin 2020
Mis à jour: 25 juin 2020

Après plus de 50 jours sans nouveaux cas, Pékin a annoncé la présence de nouveaux cas confirmés d’infection par le virus du PCC*, également appelé le nouveau coronavirus.

Le 11 juin, le premier cas local a été signalé par la Ville de Pékin. À ce jour, plus de 200 cas ont été confirmés par les autorités.

En parcourant de nombreuses sources d’information, j’ai trouvé cinq questions sur ce sujet.

1. Le virus provient-il du saumon importé ?

Après la réapparition du virus du PCC (Parti communiste chinois) à Pékin, le saumon est devenu le premier suspect pour les autorités.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

À la suite du rapport sur le nouveau cas du 11 juin, les autorités ont retiré tous les produits à base de saumon du marché du jour au lendemain et ont procédé à une grande inspection de la sécurité alimentaire.

Le soir du 12 juin, le secrétaire du parti au niveau municipal de Pékin, Cai Qi, et le maire Chen Jining ont tenu une réunion d’urgence sur l’épidémie. Ils ont affirmé que le virus du PCC avait été trouvé dans des fruits de mer importés et que la souche du virus était différente de la souche nationale. L’importation de fruits de mer, de bœuf et d’agneau a été immédiatement interrompue.

Le saumon est évidemment devenu le bouc émissaire de l’épidémie.

Selon un rapport du journal d’État Global Times du 13 juin, le virus du PCC a été détecté sur une planche à découper utilisée par un vendeur de saumon importé au marché alimentaire de Xinfadi. Le saumon du vendeur provenait du marché de fruits de mer de Jingshen, dans le district de Fengtai, selon Zhang Yuxi, responsable du marché de Xinfadi.

En conséquence, le saumon est naturellement devenu le plus grand « suspect » et « coupable ».

Cependant, plusieurs virologues chinois ont déclaré à Caixin.com que rien ne prouve scientifiquement que le saumon puisse être infecté par le nouveau coronavirus et propager le virus. La possibilité de transmettre le virus par contamination alimentaire est également très faible.

Plus important encore, les neuf membres du personnel directement liés aux étals qui coupent les saumons importés ont tous été testés négatifs aux tests d’acide nucléique ; les 186 membres du personnel travaillant dans les sections de fruits de mer du marché de fruits de mer de Jingshen ont également tous obtenu des résultats négatifs ; et les 283 échantillons prélevés sur place au marché de fruits de mer de Jingshen ont tous été testés négatifs.

2. Le virus est-il venu de l’Ouest ?

Wu Zunyou, le nouvel épidémiologiste en chef du CDC chinois, a affirmé que les résultats des tests de laboratoire ont révélé que la souche du virus était plus proche de la souche européenne. Cependant, il est possible qu’elle provienne d’Europe ou des Amériques, a-t-il dit.

Guan Yi, directeur du laboratoire clé de l’État pour les maladies infectieuses émergentes, à l’université de Hong Kong, a déclaré à China Newsweek : « Il n’y a pas eu de nouveaux cas à Pékin depuis plus de cinquante jours. Cette fois, il faut l’importer. »

Guan Yi a également déclaré : « La possibilité de se propager par la chaîne d’approvisionnement à température contrôlée est la plus grande. De nombreux abattoirs en Europe et aux États-Unis ont connu l’épidémie de Covid-19. Si elle se propage par la chaîne d’approvisionnement à température contrôlée, ce n’est pas nouveau. »

Un fonctionnaire du PCC a déclaré sur une plateforme sociale chinoise : « Nous avons ignoré les mesures de prévention et les tests sur les fruits de mer et la viande importés. Depuis l’apparition de l’épidémie, nous avons contrôlé rigoureusement tous les vols et voyageurs à l’arrivée pour empêcher les cas importés, et nous avons adopté des mesures d’isolement et de prévention extrêmement strictes pour les personnes à l’arrivée. Cependant, il y a encore une lacune. Nous n’avons pas testé les fruits de mer, la viande et les fruits importés. Cela a donné au virus la possibilité de se faufiler à travers les saumons. »

L’équipe en charge de la censure et de la propagande du PCC a rapidement commencé à se battre en ligne et a imputé la source du virus de l’épidémie de Pékin à l’Europe et aux États-Unis.

En fait, la logique pour y parvenir est simple. Si le virus s’est réellement propagé en Chine par le biais d’aliments importés tels que les fruits de mer, la viande, etc., comment se fait-il qu’il ne soit pas arrivé à d’autres pays qui importent également des produits provenant de ces mêmes régions ?

La production mondiale de saumon d’élevage est d’environ 2,2 millions de tonnes par an. Les marchés les plus importants sont l’Europe (environ 1 million de tonnes) et les États-Unis (environ 400 000 tonnes). La Chine importe moins de 100 000 tonnes par an, et sa consommation annuelle représente moins de 5 % de la production mondiale. Comment se fait-il que seul le saumon importé en Chine se soit avéré contenir le virus du PCC ? Le virus aurait-t-il une préférence pour la Chine ?

3. Le virus vient-il du Hubei ?

Après le licenciement de Zhang Yuelin, directeur général du marché Xinfadi, un employé du marché a révélé sur les médias sociaux que Zhang Yuelin et la direction étaient faussement positifs sur le fait d’ « encourager l’achat de produits du Hubei pour sauver le Hubei » et de « négliger la supervision du transport et du personnel à température contrôlée ».

La province du Hubei a été un foyer important de l’épidémie chinoise. Wuhan, la ville où le virus a fait son apparition, est la capitale du Hubei.

Le marché de Xinfadi a acheté des produits provenant du Hubei. Est-il possible que certains produits infectés par le virus du Hubei aient été introduits à Pékin ? Ou que le chauffeur qui s’est rendu à Hubei pour transporter les marchandises, ou le congélateur du camion, ait été infecté par le virus, puis l’ait introduit à Pékin ? Je pense que c’est probable.

4. Le virus pourrait-il provenir des délégués des deux sessions ?

Les deux sessions font référence aux réunions politiques annuelles du régime, au cours desquelles le corps législatif et son organe consultatif adoptent des politiques et des programmes. La réunion pour l’année 2020, qui se tient normalement en mars, a été reportée au 21 mai à cause de la pandémie du virus du PCC.

Certains internautes chinois ont émis l’hypothèse que l’épidémie de Pékin aurait été causée par des délégués d’autres provinces qui auraient apporté le virus à Pékin alors qu’ils participaient aux deux sessions. Des cas ont déjà été découverts avant la fin des deux sessions. Pour sauver la face du leader chinois Xi Jinping (puisque c’est lui qui a insisté pour tenir les deux sessions), l’épidémie a été dissimulée pendant plus de dix jours. Craignant que Pékin ne devienne le deuxième Wuhan, le régime a été contraint de révéler l’épidémie.

Quand cette vague de l’épidémie de Pékin a-t-elle commencé ? Dans une interview exclusive avec le diffuseur public CCTV News dans la soirée du 15 juin, Wu Zunyou a déclaré que ce n’est pas encore très certain, mais que « d’après les cas découverts jusqu’à présent, en se basant sur l’heure à laquelle le cas a été détecté et transmis, le plus tôt devrait être vers la fin du mois de mai ». Si c’est le cas, selon la période d’incubation du virus d’au moins deux semaines, il est très possible que cette nouvelle vague soit apparue avant la fin des deux sessions qui se sont achevées fin mai.

Depuis le début de l’épidémie, les experts officiels chinois ont admis qu’il existe un grand nombre de personnes infectées asymptomatiques en Chine. Un expert a déclaré : « Le virus reste dans l’organisme pendant plus de trois semaines, et il est possible de le transmettre. » Ainsi, même des tests rigoureux de dépistage des acides nucléiques peuvent ne pas permettre de détecter tous les cas. Bien entendu, les experts ne vont pas remonter jusqu’aux délégués. Ce serait une atteinte à la stabilité politique du Parti.

5. Pourquoi toute l’attention est-elle concentrée sur l’échantillon prélevé sur la planche à découper le saumon ?

Le matin du 13 juin, lors d’un point de presse sur l’épidémie de Pékin, les responsables ont déclaré que le 12 juin, un total de 5 424 échantillons de prélèvements ont été collectés sur les fruits de mer, la viande et l’environnement extérieur des marchés de gros des agriculteurs et des supermarchés de Pékin. 40 échantillons environnementaux du marché de Xinfadi ont été testés positifs.

Ce qui est curieux, c’est que, parmi les 40 échantillons positifs prélevés dans l’environnement, pourquoi l’échantillon prélevé sur la planche à découper pour le saumon était-il le seul à avoir été publié ? Les 39 autres échantillons pourraient-ils cacher des secrets indicibles ? Ou bien, la publication de l’échantillon prélevé sur une planche à découper le saumon avait-elle pour but d’induire le public en erreur en lui faisant croire que la source de l’épidémie venait de l’extérieur de la Chine ?

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ