Les citoyens chinois signalent une aggravation de la propagation du coronavirus, alors que les autorités font allusion à la gravité de la crise

Par Nicole Hao
29 janvier 2020 Mis à jour: 29 janvier 2020

Les citoyens chinois affirment que la nouvelle épidémie de coronavirus se propage rapidement à d’autres régions du pays en dehors de l’épicentre de la ville de Wuhan, capitale de la province de Hubei.

Les habitants de la ville de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, signalent que les hôpitaux se remplissent de patients. Ils estiment que la situation est bien pire que ce que les autorités chinoises décrivent, et qu’ils ne divulguent pas le nombre réel d’infections et de décès.

Les autorités affirment que le virus a infecté des milliers de personnes en Chine continentale et tué des dizaines de patients. Toutefois, les experts estiment que les chiffres réels sont probablement bien plus élevés.

Pendant ce temps, les gouvernements locaux continuent de faire des pieds et des mains pour contenir le virus par des mesures d’urgence.

La ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, a admis une nouvelle épidémie de pneumonie virale le 31 décembre 2019, quelques semaines après que le premier patient ait présenté des symptômes.

Le virus s’est depuis lors propagé à Hong Kong, Macao, Taiwan, au Japon, en Thaïlande, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en France, en Allemagne et dans d’autres pays.

Chongqing

Chongqing se trouve juste à l’ouest du Hubei. La ville dispose de nombreuses liaisons de transport vers Wuhan, avec une population d’environ 31 millions d’habitants, selon les statistiques officielles.

Avant la décision des autorités de Wuhan de mettre en place un verrouillage des transports, 30 trains à grande vitesse circulaient chaque jour entre Chongqing et Wuhan, selon le Wuhan Railway Bureau (Bureau des chemins de fer). Au cours des 22 premiers jours de janvier, environ 22.000 passagers ont pris l’avion de Wuhan à Chongqing, selon les statistiques gouvernementales. Depuis, la plupart des autres localités de Hubei ont également mis en place un état d’urgence.

Les habitants de Chongqing ont déclaré par téléphone au journal Epoch Times en chinois que la situation dans leur ville est très grave.

M. Li est pharmacien dans un hôpital public de Chongqing.

Il a déclaré que de nombreuses personnes de Hubei sont arrivées à Chongqing ces dernières semaines. La plupart d’entre eux sont soit des agriculteurs qui gagnent leur vie dans le Hubei et vivent dans les zones rurales de Chongqing, soit de riches habitants du Hubei qui ont des résidences à Chongqing. Ils sont venus à Chongqing après que leurs villes aient été mises en quarantaine.

Li dit qu’il est difficile de dire le nombre réel de personnes qui sont mortes du virus à Chongqing. Mais sur son lieu de travail, une proportion importante des patients diagnostiqués doit être traitée dans l’unité de soins intensifs (ICU). Il en a déduit que le nombre de décès était bien plus élevé que ce que les autorités gouvernementales rapportent.

« Les données du gouvernement sont extrêmement faussées », a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique le 25 janvier.

Mme Hong, une résidente du district de Jiangbei à Chongqing a déclaré au journal Epoch Times en chinois qu’elle connaissait une famille de cinq membres qui est récemment revenue dans la région après avoir visité Wuhan. Quatre d’entre eux ont été diagnostiqués avec le virus.

Elle a également entendu parler de cas de personnes diagnostiquées avec le virus qui sont mortes soudainement chez elles, mais leur décès n’a pas été signalé sur la liste des patients des autorités. « Le régime chinois ne se soucie pas de la vie des Chinois », a déclaré Mme Hong.

M. Yuan, un résident du district de Nan’an à Chongqing, a déclaré que depuis que le gouvernement a mis la ville en quarantaine le 25 janvier, les gens sont sur les nerfs. « J’ai stocké assez de nourriture pour deux mois », a-t-il dit.

Situation de guerre

Les autorités d’autres régions tentent de prendre des mesures drastiques pour contenir la maladie.

Le 28 janvier, le ministère chinois de la sécurité publique, qui supervise les forces de police du pays, a demandé à tous les bureaux de police du pays de commencer les « préparatifs de guerre », ce qui signifie que la police doit aider chaque gouvernement local à « maintenir la stabilité sociale » – un euphémisme pour contrôler la parole publique – et à « contrôler la maladie ». Les autorités chinoises ont arrêté des internautes pour avoir diffusé des informations sur la maladie en ligne.

La commission de la santé de la ville de Tianjin, dans le nord de la Chine, a dès lors annoncé que la ville allait entamer des « préparatifs de guerre ».

47 hôpitaux vont constituer un grand hôpital général, qui sera dirigé par la Commission. Celle-ci réorganisera tout le personnel médical de la ville en 500 équipes.

À ce jour, toutes les provinces et régions chinoises, à l’exception du Tibet, ont confirmé des cas. Pour endiguer le virus, les autorités tibétaines ont fermé lundi tous les sites touristiques de la région.

Viralité

Feng Zijian, directeur adjoint du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a indirectement admis la gravité de la maladie lors d’une interview diffusée le 28 janvier sur la chaîne publique CCTV. Il a déclaré que le nouveau virus se propageait à un rythme plus rapide que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) lors de son pic.

L’épidémie de SRAS de 2002 à 2003 a tué près de 800 personnes dans le monde après avoir fait son apparition dans le sud de la Chine.

Le même jour, le Bureau des affaires civiles de Wuhan a publié sur la page officielle de la ville de Weibo, – une plateforme similaire à Twitter – que les autorités paieraient les frais d’incinération de tous les patients atteints de coronavirus décédés, à partir du 26 janvier.

« Pour améliorer la capacité de transport et de traitement des corps, le gouvernement de la ville et le ministère des affaires civiles de la province de Hubei ont envoyé des véhicules, du personnel et des équipements de protection dans chaque funérarium [à Wuhan] », peut-on lire dans le post.

Environ une heure plus tard, le post a été modifié, et la phrase concernant les nouvelles ressources a été supprimée. Mais de nombreux internautes avaient déjà fait des captures d’écran du post et commencé à le faire circuler.

Pendant ce temps, le journal public Xiaoxiang Morning Post a publié un article sur Hu Ming, le directeur des soins intensifs de l’hôpital pulmonaire de Wuhan, le 28 janvier.

Hu a déclaré au journal que son unité de soins intensifs était remplie de patients atteints de coronavirus depuis le début du mois de janvier. Afin de prendre soin des patients, lui et ses collègues n’ont pas dormi chez eux.

Hu a également déclaré qu’un de ses patients avait infecté plus de 10 autres personnes, dont des médecins et des infirmières.

Un jour plus tôt, Yang Yunyan, vice-gouverneur de la province de Hubei, a déclaré que toute la province avait pris des dispositions pour disposer de 100 000 lits d’hôpital supplémentaires afin d’accueillir les patients atteints de coronavirus.

Estimation

Selon les experts, le nombre réel d’infections est probablement beaucoup plus élevé que ce que les autorités chinoises ont révélé.

L’école de santé publique de l’université de Hong Kong a estimé qu’environ 43 590 personnes ont été infectées rien qu’à Wuhan. La période de pointe du virus serait d’avril à juin.

L’étude a prévu que la deuxième plus grave épidémie serait à Chongqing, avec plus de 150 000 nouveaux cas chaque jour en avril.

L’équipe de recherche a estimé qu’au 27 janvier, Chongqing comptait 145 à 570 infections potentielles, Pékin 72 à 260, et Shanghai 62 à 224 – toutes supérieures à ce que les autorités signalent actuellement.

 

RECOMMANDÉ