Un millier de clandestins demandent à rentrer chez eux aux frais de la France

Par Michal Bleibtreu Neeman
22 juin 2020
Mis à jour: 22 juin 2020

Plusieurs centaines de personnes qui ont demandé l’asile en France et qui étaient dans l’attente d’une réponse y renoncent désormais et demandent à rentrer chez eux, d’après l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii). 

« Nous avons actuellement plus de 1 000 demandes d’aide au retour volontaire », a ainsi expliqué Didier Leschi, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii).

Ils sont d’Albanie, de Géorgie, de Guinée et d’Afghanistan à renoncer à leur demande d’asile, souhaitant être rapatriés chez eux et ainsi bénéficier du dispositif qui permettent le versement d’une somme d’argent dont les montants varient d’un pays à l’autre.

Le directeur de l’Ofii explique que ces clandestins sont inquiets « des mauvaises perspectives économiques dans leur secteur en France à cause du confinement ».

Pour le sénateur (LR) François-Noël Buffet, rapporteur de plusieurs études sur l’immigration, les motivations économiques de ce revirement sont accablantes et trahissent ainsi tout le travestissement de la politique d’asile.

« Elles prouvent que les procédures de demande d’asile sont parfois dévoyées et ne correspondent pas à leur objet initial. Au lieu d’être exercées quand la vie ou la liberté de la personne est gravement menacée, comme le prévoit la convention de Genève, ces demandes cachent en réalité une immigration économique », dénonce-t-il, en poursuivant : « Dans le cadre de filières organisées, des réseaux mafieux poussent des personnes à demander le statut de réfugié. Même si celui-ci est finalement refusé, cela permet à ces dernières de se retrouver sur le sol français. »

Depuis que le trafic aérien a repris le 2 juin, 17 Arméniens sont rentrés par un vol spécial. Lundi 22 juin, un avion affrété est prévu pour 107 Albanais – 54 adultes et 53 enfants – qui ont demandé une aide au retour volontaire.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ