Climat : les véhicules de collection ne seront peut-être bientôt plus autorisés à circuler dans les grandes villes

Par Emmanuelle Bourdy
29 avril 2021
Mis à jour: 29 avril 2021

Les propriétaires de véhicules anciens sont inquiets en raison de l’article 27 du projet de loi « Climat et résilience ». En effet, les voitures de collection pourraient bien ne plus pouvoir circuler dans les grandes villes, le but étant de lutter contre la pollution.

L’article 27 du projet de loi Climat et résilience, qui sera examiné en deuxième lecture par le Sénat en mai prochain, ne rassure pas les collectionneurs de véhicules anciens. En effet, dans cet article 27, il est prévu que dans les villes de plus de 150 000 habitants, des zones à faibles émissions soient créées d’ici la fin de l’année 2024, ceci afin de protéger la qualité de l’air. Dans ces agglomérations, seuls les véhicules les moins polluants pourront s’y aventurer. Par contre, les collectionneurs de véhicules anciens seront directement impactés. Ces amateurs devront alors éviter les passages dans ces zones ou choisir d’autre destinations.

Ainsi que le relate France Bleu, Philippe Ruaux, président de l’association Autocyclettes du pays dolois à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), ne se réjouit pas de cette loi, si elle vient à être adoptée. Il ne remet pas en cause l’écologie, mais ne veut pas d’une « écologie punitive ». « Nous représentons 1% des véhicules roulants en France. Nos véhicules de collection roulent quinze fois moins qu’une voiture contemporaine. Nous faisons en moyenne 1000 kilomètres par an avec un véhicule de collection », justifie-t-il, pointant par là une pollution qui est infinitésimale et ne peut être responsable à elle seule, de la diminution de la qualité de l’air.

Pour les propriétaires de véhicules anciens résidant dans les villes concernées par les faibles émissions, cela peut devenir problématique. « Les collectionneurs qui vivent dans les grandes agglomérations ne pourront plus sortir leurs voitures de collection de leur garage », s’inquiète auprès de France Bleu Pascal Ameline, président de l’ABVA, Association bretonne des véhicules anciens. Sans compter que cette passion « fait vivre aussi des mécaniciens, des carrossiers ou des vendeurs de pièces détachées », ajoute-t-il.

« Un véhicule qui ne roule plus, il va s’user encore plus rapidement que s’il est utilisé. De plus, avec nos anciens modèles, nous, collectionneurs, on participe à la conservation du patrimoine industriel français et étranger ! », renchérit Philippe Ruaux, ainsi que le rapporte France 3 Bretagne. La chaîne précise par ailleurs que ces collectionneurs demandent qu’une vignette spécifique, les autorisant à circuler « même dans les grandes villes », leur soit accordée.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ