Un club de football allemand présente ses excuses après que des internautes chinois se sont plaints de la publication d’un message sur Facebook avec le drapeau de Taïwan

Par Frank Fang
16 février 2021
Mis à jour: 16 février 2021

Le club de football allemand FC Bayern Munich est devenu la dernière marque internationale à suivre la ligne de Pékin sur Taïwan.

Le 14 février, le club de football allemand a publié des excuses sur son compte officiel Weibo, à la suite d’un post sur Facebook deux jours plus tôt. Le message comprenait un émoji du drapeau national de Taïwan à côté de la phrase « bonne année » en caractères chinois simplifiés. Weibo est l’équivalent chinois de Twitter.

Ce post sur Facebook était l’un des nombreux autres que le club Bayern Munich a écrits le 12 février pour souhaiter à ses fans d’Asie – y compris ceux de Malaisie, Singapour, Thaïlande et Vietnam – une bonne année lunaire. Chacune des entrées Facebook était accompagnée du drapeau national du pays. Depuis, le Bayern Munich a supprimé le message de Taïwan.

Pékin revendique Taïwan comme faisant partie de son territoire, bien que l’île soit un pays indépendant de facto avec ses propres représentants élus démocratiquement, sa constitution, son armée et sa monnaie.

Le Parti communiste chinois fait fréquemment pression sur les entreprises étrangères qui font des affaires en Chine pour qu’elles adoptent sa ligne de conduite sur Taïwan, en disant que le respect de « l’intégrité territoriale » de la Chine est un critère d’entrée sur le marché.

Dans sa déclaration faite dimanche, le Bayern Munich a expliqué qu’un service tiers qu’il avait engagé était responsable du post de Taïwan, et s’est excusé pour le « contenu inacceptable ».

« Le Bayern Munich accorde une grande importance aux échanges culturels entre la Chine et l’Allemagne. Quant à l’erreur, cette fois-ci, nous la prendrons au sérieux, nous la traiterons solennellement et nous en tirerons une leçon pour nos futurs travaux », a écrit le Bayern Munich sur Weibo.

Dans une déclaration au journal d’État chinois Global Times, le Bayern Munich a déclaré que le post de Taïwan était une « erreur très grave et inacceptable » et qu’il avait utilisé « le mauvais drapeau » pour envoyer des vœux de nouvel an aux fans de la Chine continentale.

Les internautes patriotes de Chine continentale ont réagi avec colère aux excuses du Bayern Munich, certains affirmant que le club de football allemand avait commis des erreurs similaires dans le passé.

En décembre 2019, le Bayern Munich a remercié ses fans du monde entier via Facebook en créant des graphiques utilisant ses joueurs et les drapeaux de ses pays, y compris ceux de Taïwan et de la Chine. Selon les médias taïwanais, les messages Facebook contenant les deux drapeaux ont ensuite été retirés.

Lors d’un entretien avec le diffuseur local FTV, un homme politique taïwanais Hsu Chih-chieh a exhorté le régime chinois à changer de cap et à cesser d’opprimer les libertés et les droits de l’homme. « Alors, les gens vous accorderont naturellement une reconnaissance [internationale] », a-t-il déclaré.

Il y a eu plusieurs incidents similaires dans le passé. En octobre 2019, la marque de luxe française Christian Dior s’est excusée après avoir été critiquée pour avoir utilisé une carte de la Chine lors d’une présentation commerciale qui n’incluait pas Taïwan.

En mai 2018, le détaillant américain de vêtements Gap a présenté ses excuses après avoir vendu des T-shirts avec une carte de la Chine qui n’incluait pas le Tibet, Taïwan et la mer de Chine méridionale. Selon Reuters, Gap a ensuite retiré le produit du marché chinois et l’a détruit.

Toujours en 2018, l’autorité chinoise de régulation de l’aviation a fait pression sur les compagnies aériennes internationales pour qu’elles modifient leurs sites web afin de supprimer toute référence à Taïwan comme destination distincte de la Chine continentale, sous peine de subir des représailles. Selon les médias taïwanais, 44 transporteurs se sont conformés à la réglementation, modifiant les références à des expressions telles que « Chinese Taipei » et « Taiwan, China ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ