La co-fondatrice de Black Lives Matter urge Biden et Harris d’accorder « la priorité absolue » à son programme. « Nous voulons un retour pour nos votes »

« Nous voulons un retour pour nos votes », écrit Mme Cullors
Par Tom Ozimek
13 novembre 2020
Mis à jour: 13 novembre 2020

Une co-fondatrice du mouvement Black Lives Matter a demandé à rencontrer le candidat démocrate à la présidence américaine Joe Biden et sa colistière, la sénatrice Kamala Harris (Parti démocrate, Californie), pour les exhorter à donner la priorité absolue à un « programme bien pensé, axé sur la communauté et doté de toutes les ressources nécessaires pour répondre aux défis particuliers auxquels sont confrontés les Afro-Américains ».

Patrisse Cullors, qui a écrit une lettre (pdf) aux démocrates en sa qualité de dirigeante du Black Lives Matter Global Network, a déclaré que le succès du ticket Biden-Harris dans l’élection a reposé sur le soutien des électeurs afro-américains, ajoutant : « Nous voulons un retour pour les votes que nous avons apportés. »

Elle a commencé par féliciter Biden et Harris, en les appelant respectivement « président élu » et « vice-présidente élue ». Alors que certains médias ont annoncé Biden et Harris gagnants de l’élection, Epoch Times a choisi d’attendre la fin du dépouillement des votes et la résolution des contestations judiciaires dans ce qui est devenu une élection contestée, avec de nombreuses allégations d’irrégularités et de fraude.

Black Lives Matter et d’autres organisations dirigées par des Afro-Américains « ont beaucoup investi dans cette élection », a poursuivi Mme Cullors, ajoutant que les « efforts de justice électorale du mouvement ont atteint plus de 60 millions d’électeurs ».

« Nous voulons être entendus, et notre programme doit être priorisé », a-t-elle écrit. « Nous émettons ces attentes non seulement parce que les Afro-Américains sont les électeurs les plus constants et les plus fiables des démocrates, mais aussi parce que les Afro-Américains vivent vraiment une crise dans une nation qui a été construite sur notre asservissement », a-t-elle ajouté.

Mme Cullors a aussi pris pour cible Biden et Harris pour leur bilan sur les questions qui ont eu un impact négatif sur la communauté afro-américaine, les exhortant à travailler avec les organisations de base pour « corriger leurs erreurs passées ». Elle condamne « l’indifférence d’un gouvernement contrôlé par les démocrates, mais qui refuse de combattre sa plus flagrante et plus accablante honte ».

Bien qu’elle n’ait pas précisé à quelles « erreurs passées » elle faisait référence, Biden a été critiqué pour avoir soutenu un projet de loi sur la criminalité de 1994 qui a été accusé d’élargir des politiques qui criminalisaient de manière disproportionnée les Afro-Américains. Biden a déclaré au cours de la campagne qu’il regrettait son soutien à cette législation, connue sous le nom de « Violent Crime Control and Law Enforcement Act ».

Harris, qui a été procureure générale de Californie, a été critiquée pour son rôle dans l’administration des politiques de lutte contre la criminalité de l’État.

« Les communautés de couleur ont du mal à vous faire confiance lorsque vous êtes liés aux forces de l’ordre », a déclaré Yvette McDowell, avocate afro-américaine et ancienne procureure de Pasadena, dans un article du Los Angeles Times qui examinait les raisons pour lesquelles la candidature de Harris était difficile à vendre à certains membres de la communauté afro-américaine.

Mme Cullors a conclu sa lettre en soulignant son désir de jouer un rôle dans la planification et le travail politique de l’équipe de transition de Biden.

Elle se décrit comme une « marxiste de formation » dans une vidéo de 2015 qui a récemment refait surface, tandis que dans une interview de 2018 avec Democracy Now ! elle appelle Eric Mann, un ancien activiste du groupe terroriste domestique Weather Underground, « mon mentor ».

NOUVEL HORIZON – La loi sur la sécurité menace nos libertés

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ