La cofondatrice de Black Lives Matter répond aux articles publiés à son sujet sur ses achats de maisons à plusieurs millions

Par Jack Phillips
17 avril 2021
Mis à jour: 17 avril 2021

La cofondatrice de Black Lives Matter, Patrisse Cullors, a répondu aux affirmations du New York Post et du Daily Mail concernant ses achats immobiliers qui se chiffreraient en millions de dollars.

Patrisse Cullors, qui s’est précédemment décrite comme une « marxiste qualifiée », a laissé entendre dans une entrevue que le fait de posséder plusieurs maisons extravagantes ne contrevient pas à ses opinions idéologiques. Elle a été interrogée dans l’entrevue sur la description qu’elle s’est attribuée, soit « marxiste de formation » et sur le fait que cela ne trahissait pas ses principes.

« La façon dont je vis ma vie est un soutien direct aux personnes d’origine africaine, y compris aux membres de ma famille, avant tout », a-t-elle déclaré. Mme Cullors a ajouté que « beaucoup de gens noirs » investissent dans « leur famille » et a indiqué que c’est par l’achat de biens immobiliers, « c’est pourquoi j’ai choisi de le faire ».

« J’ai un enfant, j’ai un frère qui a une maladie mentale grave », a déclaré Mme Cullors en expliquant qu’elle soutient financièrement les membres de sa famille.

Pendant ce temps, après que Facebook a empêché les utilisateurs de partager l’article du New York Post sur les achats immobiliers de Mme Cullors, le géant des médias sociaux a maintenant bloqué le reportage du Daily Mail.

Lorsque les journalistes d’Epoch Times ont essayé de poster un lien vers l’article du NY Post, l’action n’a pas pu être accomplie. Un message de Facebook est apparu à la place : « Votre publication n’a pas pu être partagée, car ce lien va à l’encontre de nos normes communautaires. Si vous pensez que cela ne va pas à l’encontre de nos normes communautaires, faites-le nous savoir. »

Le NY Post et le Daily Mail ont tous deux publié des détails sur les achats immobiliers de plusieurs millions de dollars de Mme Cullors à travers les États-Unis. Le Post a rapporté qu’elle a acquis « quatre maisons haut de gamme pour 3,2 millions de dollars rien qu’aux États-Unis » et a cité des registres de propriété. Le mois dernier, Mme Cullors aurait acheté une maison de 1,4 million de dollars près de Malibu, en Californie, et possède trois maisons dans la région de Los Angeles.

Selon l’article du Post, Mme Cullors « lorgne également sur une propriété aux Bahamas, dans une station balnéaire ultra-exclusive où Justin Timberlake et Tiger Woods ont tous deux leur maison » et note que « les appartements et maisons de ville de luxe de la station balnéaire Albany, située en bord de mer, à l’extérieur de Nassau, coûtent entre 5 et 20 millions de dollars ».

Vendredi, le Daily Mail a écrit sur Twitter que Facebook avait censuré son « article sur l’empire immobilier de plusieurs millions de dollars de la cofondatrice de BLM à Los Angeles ». Un porte-parole de Facebook a déclaré au tabloïd que la publication « a été supprimée pour avoir violé [leur] politique de confidentialité et d’informations personnelles ».

Des manifestants lors d’une marche de protestation de Black Lives Matter à Manhattan, à New York, le 13 juillet 2020. (Chung I Ho/The Epoch Times)

« Nous supprimons le contenu qui partage, offre ou sollicite des informations personnellement identifiables ou d’autres informations privées qui pourraient conduire à un préjudice physique ou financier, y compris les informations financières, résidentielles et médicales, ainsi que les informations privées obtenues à partir de sources illégales », selon le porte-parole de Facebook.

Un porte-parole de Facebook a déclaré aux médias que l’article du NY Post « a été supprimé pour avoir violé notre politique de confidentialité et d’informations personnelles ».

Plus tôt cette semaine, Jason Whitlock, journaliste sportif de longue date, a été bloqué pendant plusieurs jours après avoir partagé l’article du NY Post.

« Je n’ai jamais contacté Twitter. C’est un mensonge qu’ils racontent. Je n’ai aucun problème à m’excuser quand j’ai tort. Aucun problème. Mais je ne m’excuserai jamais de dire la vérité », a écrit plus tard le journaliste. « BLM est l’une des vaches sacrées de Big Tech. Cela fait des années que j’insiste sur la fraude et l’escroquerie financière de BLM. Je pense que Twitter a cherché une excuse pour me désactiver », a ajouté M. Whitlock.

Vendredi, la Fondation Global Network de Black Lives Matter a publié une réponse à Epoch Times sur les achats rapportés par Mme Cullors mardi, affirmant que les affirmations ont été « générées par des forces de droite » et a répondu aux questions sur les revenus de Mme Cullors.

« Patrisse Cullors est la directrice exécutive de la Black Lives Matter Global Network Foundation (BLMGNF). Elle occupe ce rôle à titre bénévole et ne reçoit ni salaire ni avantages. Patrisse a reçu un total de 120 000 dollars depuis la création de l’organisation en 2013, pour des fonctions telles que celles de porte-parole et d’engagement dans un travail d’éducation politique. Patrisse n’a reçu aucune compensation après 2019 », a déclaré BLM Global Network dans un communiqué et a ajouté que « en tant que 501c3 enregistré, BLMGNF ne peut pas et n’a pas engagé de ressources organisationnelles pour l’achat de biens personnels par tout employé ou bénévole. »

L’année dernière, Mme Cullors a signé un accord pluriannuel avec Warner Bros. Television Group pour produire et développer des programmes pour la société.

Epoch Times a contacté Facebook pour obtenir des commentaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ