La colère des parents de Thomas, 23 ans, poignardé à mort à Sarcelles par un individu qui venait de sortir de prison

Par Michal Bleibtreu Neeman
5 juillet 2020
Mis à jour: 6 juillet 2020

Thomas est mort le 11 juin après avoir été poignardé à Sarcelles, dans la nuit du 10 mai, par un homme sorti de prison depuis peu. Ses parents affligés par la douleur expriment leur incompréhension, mais aussi leur colère. Ils veulent savoir si l’agresseur a bénéficié d’une remise de peine accordée à la suite de la crise sanitaire.

Thomas, fils unique, âgé de 23 ans, avait été poignardé à Sarcelles (Val-d’Oise) dans la nuit du 9 au 10 mai dernier alors qu’il fêtait la fin de son contrat dans une enseigne de bricolage, avec des amis, selon Le Parisien.

Le jeune homme a rencontré son agresseur chez une vieille connaissance de sa mère qu’il a vue dans une épicerie vers 20 h. Il l’a accompagnée à son domicile, où deux autres personnes étaient présentes : un quadragénaire qui venait de sortir de prison et une femme. Quand la victime a quitté l’appartement, vers minuit, l’agresseur l’a poursuivi. Celui-ci a raconté lors de son interrogatoire avoir attaqué le jeune parce qu’il regardait la femme présente dans l’appartement. Il a poignardé sa victime huit fois.

L’hémorragie a provoqué un arrêt cardiaque. À la suite de nombreuses blessures, des organes vitaux ont été touchés. Les médecins ont lutté 31 jours pour essayer de sauver Thomas, hospitalisé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Le jeune a subi une quinzaine d’opérations.

L’homme a été mis en examen et emprisonné.

Les parents de Thomas, Philippe et Nathalie, ont exprimé leur colère dans les colonnes du quotidien. Ils ont passé 35 ans dans le quartier du village à Sarcelles. Mais maintenant, la ville a changé pour devenir une zone de non-droit.

« Le précédent maire a acheté la paix sociale, la police n’est jamais là quand on a besoin d’elle. Et la justice a laissé sortir de prison l’homme qui a tué notre fils, nous voulons savoir s’il a bénéficié d’une de ces remises de peine accordées sur fond de crise sanitaire », ont-ils expliqué dans les colonnes du quotidien.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ