Le comédien Mel Brooks s’est battu dans l’une des batailles les plus meurtrières de la Seconde Guerre mondiale, et il peut encore en plaisanter à ce sujet

Par Robert Jay Watson
9 septembre 2019 Mis à jour: 9 septembre 2019

Avec des comédies classiques comme Les Producteurs en 1967, Le Shérif est en prison et Frankenstein Junior en 1974, Mel Brooks restera à jamais gravé dans les mémoires pour ses gags scandaleux, son incroyable distribution d’ensemble et son sens de l’humour irrévérencieux. L’un des rares lauréats du prix Emmy-Grammy-Oscar-Tony, Mel Brooks est considéré comme un trésor américain.

Mais ce maître du spectacle a un chapitre beaucoup plus sérieux de sa vie, inconnu par un grand nombre de ses fans inconditionnels. Né Melvin Kaminsky en 1926 à Brooklyn, New York, dans une famille d’immigrants juifs d’Europe de l’Est, ce comédien et écrivain en herbe a atteint sa majorité au moment où les armées alliées se battaient pour libérer l’Europe du contrôle nazi.

Malgré sa personnalité de « rigolo », le jeune homme s’est enrôlé dans l’armée américaine après avoir terminé ses études secondaires à l’âge de 17 ans, un âge théoriquement inférieur à la limite officielle de 18, mais autorisé avec le consentement parental.

Mel Brooks assiste à la fête officielle pour la 70e édition des EE British Academy Film Awards au Grosvenor House Hotel en février 2017 à Londres, en Angleterre. (©Getty Images | Tim P. Whitby)

Alors le comédien de l’époque s’est retrouvé lancé dans la lutte contre la dernière contre-attaque allemande sur le front ouest, la Bataille des Ardennes, qui a duré de mi-décembre 1944 à fin janvier 1945.

Après son enrôlement, Mel Brooks a été affecté au génie militaire en raison de son succès aux tests de QI, et il a finalement été affecté au 1104e Groupe de combat du génie, 75e Division d’infanterie. Bien que son unité ait débarqué en 1943, Mel Brooks n’est arrivé qu’à la fin de 1944, juste à temps pour ce qui allait être la bataille la plus meurtrière à laquelle les États-Unis ont participé pendant la guerre.

Mel était un observateur d’artillerie avancé et participait à la tâche mortelle de déminage des mines terrestres dans le cadre de ses fonctions d’ingénieur. Comme l’explique le profil de l’US Army Corps of Engineers : « Le groupe, comme les autres unités de combat du génie, était souvent en avant sur les lignes de front. C’était souvent sous le feu de l’artillerie, du mortier et des tireurs d’élite. Dans la foulée, ces ingénieurs militaires ont même été lancés au combat en tant que troupes d’infanterie régulières. »

Bataille des Ardennes (©Shutterstock | Everett Historical)

Mel utilisait déjà son sens de l’humour caractéristique pour faire face à la tension de la guerre. Comme nous l’explique une notice personnelle : « Toujours comédien, Mel utilisa un jour un mégaphone pour faire la sérénade aux troupes ennemies le long de la frontière franco-allemande avec la chanson d’Al Jolson « Toot, Toot, Toot, Tootsie » – et reçut en retour une rafale d’applaudissements. »

Après que les troupes alliées, dirigées par les États-Unis, ont réussi à repousser l’attaque allemande dans la forêt ardennaise, la Wehrmacht n’a pas arrêté de battre en retraite jusqu’à la fin de la guerre.

Le 1104e était affiché dans le Harz, au nord de l’Allemagne, lorsque la nouvelle de la reddition allemande fut annoncée le 29 avril à Caserte, en Italie, et le 2 mai 1945 à Berlin.

Lorsqu’on lui a demandé ses réflexions sur son expérience de la guerre, Mel, avec son style comique caractéristique, a donné son point de vue sur le vieil adage « La guerre est un enfer ». D’après son profil ACE, « La guerre n’est pas l’enfer », observe Mel. « La guerre est bruyante. Beaucoup trop bruyante. Tous ces obus et ces bombes qui explosent tout autour de vous. Peu importe la mort. Un homme pourrait perdre l’ouïe. »

Dans les années qui suivirent, Mel se souvint de son expérience sur le front ouest et trouva la blague parfaite pour expliquer son service :

« J’étais ingénieur de combat. N’est-ce pas ridicule ? Les deux choses que je déteste le plus au monde sont le combat et le génie. »

Bien sûr, Mel a pris la guerre comme un objet de comédie dans sa comédie musicale Les producteurs avec la chanson « Springtime for Hitler ». Il se considère chanceux d’avoir réussi à s’en sortir et de pouvoir rire du danger bien réel qu’il courait.

RECOMMANDÉ