Comment la Chine construit et met sur écoute des bureaux gouvernementaux dans les pays africains

Par Bonnie Evans
25 mai 2020
Mis à jour: 25 mai 2020

Depuis des décennies, le régime chinois construit des bureaux et des installations gouvernementales clés dans les pays africains, et il les équipe de systèmes susceptibles de permettre au gouvernement chinois de les espionner, qu’il s’agisse de présidents, de premiers ministres, de juges, de généraux ou d’autres personnes, selon un rapport récemment publié par le laboratoire d’idées Heritage Foundation.

Au total, le chercheur Joshua Meservey a trouvé plus de 186 bâtiments construits par la Chine parmi 40 des 54 nations africaines, tous abritant le type de données et d’activités sensibles qui invitent à la surveillance.

Le palais de justice de la capitale angolaise, Luanda, a été construit en 2012. Dans la kleptocratie notoirement corrompue de la Guinée équatoriale, les Chinois ont construit le bâtiment du ministère des Affaires étrangères en 2015. Et au Zimbabwe, dont l’ancien dirigeant, Robert Mugabe, aujourd’hui décédé, a un jour qualifié le président chinois Xi Jinping de « personne envoyée par Dieu », la Chine a construit le Collège de défense nationale du pays et construit actuellement son parlement, selon le rapport.

Au total, le rapport indique que « les entreprises chinoises ont construit, agrandi ou rénové au moins 24 résidences ou bureaux présidentiels ou de Premier ministre, au moins 26 parlements ou bureaux parlementaires, au moins 32 installations militaires ou de police et au moins 19 bâtiments de ministères des Affaires étrangères ».

Cela donne à Pékin un accès extraordinaire à des informations sur les rouages les plus intimes des gouvernements à travers l’Afrique, et à des informations qui donnent à la Chine des pouvoirs de clairvoyance lui permettant d’ajuster ses tactiques pour en tirer le maximum d’avantages.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

En plus des actifs physiques, la Chine a également construit 14 « réseaux intra-gouvernementaux de télécommunication », avec des systèmes fabriqués en Chine comme ceux de Huawei.

Joshua Meservey s’attend à ce que ces réseaux soient tous compromis au profit des activités de collecte de renseignements chinoises, donnant à la Chine un avantage significatif non seulement sur ses concurrents politiques et commerciaux en Afrique, mais aussi sur les fonctionnaires des pays d’accueil qui peuvent eux-mêmes être exposés à des délits.

L’étendue et la profondeur de la couverture du renseignement que la Chine a pu obtenir grâce à ses projets de construction en Afrique sont le signe de l’importance que revêt ce continent pour les stratégies géopolitiques de Pékin, souligne le rapport.

Les preuves

Le soupçon selon lequel nombre de ces installations servent de postes d’écoute pour Pékin est renforcé par deux facteurs.

Premièrement, la Chine a déjà été prise en flagrant délit d’avoir récupéré pendant des années des données en provenance de l’un des bâtiments publics les plus importants d’Afrique.

En 2018, Le Monde puis le Financial Times ont publié des articles révélant deux brèches de sécurité systémiques que la Chine avait intégrées dans le bâtiment qu’elle avait construit et offert pour le siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Premièrement, on a découvert que les serveurs de la Commission de l’Union africaine, qui ont également été offerts par la Chine, téléchargeaient des données sur des serveurs situés à Shanghai, la nuit, de minuit à 2 heures du matin.

L’autre brèche à l’Union africaine était plus tactile. Une inspection physique du bâtiment de l’Union africaine a permis de découvrir des dispositifs d’écoute installés dans tout le bâtiment.

Outre le cas de l’Union africaine, qui offre une preuve directe des compétences techniques de la Chine et, plus important encore, de sa volonté d’espionner et de compromettre un ami, un deuxième facteur vient ajouter des indices convaincants qui montrent que la Chine espionne l’Afrique en y construisant des infrastructures.

Cette preuve se trouve en Chine, où pendant des décennies, la Chine a construit des complexes résidentiels et des hôtels qui n’accueillaient que des étrangers.  Dans la plupart de ces installations, sinon toutes, des équipements de surveillance ont été déployés pour enregistrer les conversations et les mouvements des résidents et des invités, selon de multiples sources du Parti communiste chinois et des entreprises étrangères et diplomatiques. Ces complexes comprennent des groupes de résidences diplomatiques à Pékin, ainsi que des hôtels exploités sous de grandes enseignes européennes et américaines.

En effet, même des étudiants étrangers installés en Chine ont trouvé des microphones dans leurs dortoirs.

Les ramifications

Selon le rapport, il est fort probable que la Chine utilise les infrastructures qu’elle a construites en Afrique pour espionner les dirigeants et les événements politiques et commerciaux africains, et les États-Unis devraient y réfléchir.

Si des instruments d’espionnage sont utilisés en Afrique, la Chine « dispose désormais d’un meilleur système de surveillance en Afrique » que tout autre pays opérant sur le continent, écrit M. Meservey.

Grâce à cet accès et aux connaissances internes qu’il procure, la Chine dispose d’un avantage dans les négociations commerciales concurrentielles.

Il indique également à Pékin qui en Afrique peut être influencé pour prendre des décisions favorables aux objectifs fixés par le régime chinois, et comment exercer et renforcer cette influence.

Toutefois, le champ d’application des mesures de surveillance n’est pas limité aux pays africains, souligne le rapport.

Quiconque se trouve dans une pièce construite et équipée par le régime chinois peut être l’objet sur lequel Pékin exerce son pouvoir de surveillance, y compris les responsables américains et d’autres responsables étrangers.

En outre, les activités qui se déroulent dans ces lieux physiques entre un pays hôte et toute autre nation étrangère deviennent également vulnérables à l’espionnage chinois, compromettant « les stratégies diplomatiques, les opérations militaires de contre-terrorisme, [et] les exercices militaires conjoints ».

C’est pourquoi, conseille M. Meservey, « les États-Unis devraient essayer de rendre plus difficile la surveillance de Pékin […] afin d’apporter une réponse stratégique aux efforts du PCC qui visent à remodeler l’ordre mondial ».

La réaction de Pékin

Lors de sa conférence de presse du 22 mai, Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a répondu aux demandes du China Daily, qui souhaitait commenter le rapport sur le patrimoine.

Qualifiant les affirmations du rapport de « ridicules » et « fondées sur rien d’autre que des mensonges, des illusions et des préjugés idéologiques », il a ensuite cité les déclarations de l’Afrique elle-même.

« Les dirigeants africains ont publiquement réfuté ces rumeurs à de multiples reprises », a déclaré M. Zhao.

Le rapport du laboratoire Heritage Foundation a anticipé cet argument.

« Attendez-vous à peu d’aide – et peut-être même à de la résistance – de la part de certains États africains. Étant donné l’habileté avec laquelle le PCC a bâti son influence en Afrique et les nombreux exemples de pays africains qui craignent de défier Pékin, les États-Unis ne devraient pas s’attendre à ce que ces gouvernements offrent beaucoup d’aide pour remédier au problème du contre-espionnage américain en Afrique », écrit l’auteur.

En fait, « certains, si on le leur demande, ou pour tenter de s’attirer les faveurs du PCC, pourraient même collaborer activement avec Pékin pour entraver les efforts des États-Unis destinés à protéger ses intérêts sur le continent ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ