Comment notre comportement peut aider à contrôler la propagation du nouveau coronavirus

La lutte contre les infections virales nécessite de nouvelles habitudes, comme garder ses distances et désinfecter son téléphone
Par Peter Hall
24 mars 2020
Mis à jour: 25 mars 2020

Au milieu du carnage de la Première Guerre mondiale, une épidémie de grippe s’est installée dans les tranchées de la ligne de front et s’est ensuite répandue dans le monde entier, infectant un quart de la population mondiale totale et tuant finalement plus de personnes que la guerre elle-même.

Avant la fin de la guerre, entre 50 et 100 millions de personnes sont mortes de ce que l’on a appelé « la grippe espagnole ». Le taux de mortalité actuellement admis pour la grippe espagnole se situe entre 1 et 3 %, et les chiffres de sa mortalité totale sont choquants, en partie à cause de sa large diffusion, qui prolifère dans tous les pays du monde.

Un nom familier

La pandémie de grippe espagnole a été déclenchée par un virus qui est maintenant un nom familier : le H1N1. Ce virus a refait surface en 2009, s’étendant à nouveau aux confins de la planète, mais avec une petite fraction seulement du nombre de décès de sa première apparition.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un virus identique, il aurait pu être tout aussi mortel en théorie, en partie à cause de son potentiel de tuer des personnes plus jeunes et non considérées comme vulnérables à la mortalité liée à la grippe. Le taux de mortalité absolu de la pandémie H1N1 2009 était de 0,001 à 0,007 %. Le nombre total de décès, dans ce cas, s’élevait à des centaines de milliers dans le monde entier, un nombre disproportionné de personnes étant supposées être touchées en Asie du Sud-Est et en Afrique.

Pourquoi ces grandes différences de mortalité ? Ces deux versions du virus H1N1 n’ont pas la même origine, et il y a également une poussée évolutive qui rendait moins mortelles les versions ultérieures du même virus. Les deux versions du virus H1N1 auraient donc été différentes à cet égard.

Mais, et c’est important, le monde était différent aussi. Les conditions dans lesquelles la grippe espagnole s’est abattue sur le monde étaient infâmes. La Première Guerre mondiale faisait rage depuis plusieurs années et les lignes de front où la maladie a émergé étaient des endroits où les jeunes soldats vivaient parmi des cadavres, des rats et de l’eau contaminée ; leurs possibilités d’hygiène personnelle étaient limitées.

En 2009, même les nations les plus pauvres du monde avaient de meilleures conditions de vie que celles que connaissait le soldat moyen dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. Malgré cela, les nations qui avaient le moins de capacité à fournir un environnement propre à leurs populations ont été les plus durement touchées par les infections au virus H1N1, avec un grand nombre de personnes infectées et de nombreux décès.

La propagation du COVID-19 en Chine – et les cas récents qui semblent plus proches de chez nous – a fait craindre un autre scénario de grippe espagnole. Il s’agit d’une grave pandémie – la pire depuis la grippe espagnole – mais nous avons la possibilité de contrôler la propagation du virus en combinant distanciation sociale et comportements de précaution.

Comportement et immunité de la masse

L’immunité collective est un concept qui vient du domaine de la zoologie. Elle fait référence à la capacité d’une population d’animaux à résister à l’infection par un agent pathogène – tel qu’un virus – parce qu’un nombre suffisamment important d’individus au sein de la population ont une immunité humorale au niveau individuel. L’immunité humorale est la capacité du système immunitaire à former des anticorps contre un agent infectieux spécifique.

Avec l’immunité collective, la transmissibilité au sein d’une population est considérablement réduite par des mécanismes immunologiques. C’est la théorie qui sous-tend les vaccins, qui renforcent l’immunité spécifique au sein (idéalement) d’une très grande partie de la population, de sorte qu’une maladie transmissible ne s’installe jamais.

Malheureusement, nous ne sommes pas immunisés contre le Covid-19, et il faudra peut-être attendre un an ou plus pour qu’un vaccin soit mis au point. Cependant, nos pratiques comportementales peuvent influencer la probabilité que nous soyons infectés par un agent pathogène.

Comme une très grande partie de la population adopte systématiquement des comportements qui réduisent la transmissibilité, les épidémies peuvent être limitées, surtout lorsqu’elles sont combinées à une distanciation sociale qui inclut l’auto-isolement si nécessaire. Dans le cas du Covid-19, les deux sont essentiels.

Tout comme l’immunité humorale ne confère pas une protection parfaite à l’individu, il en va de même pour les comportements de précaution ; il est simplement important qu’une très forte proportion de la population adopte systématiquement des comportements de précaution. La protection se situe au niveau de la population, plus qu’au niveau de l’individu.

Parlons-nous des mauvaises choses ?

Les discussions actuelles sur COVID-19 dans les médias conventionnels et sociaux sont peut-être trop axées sur les scénarios suscitant la peur, et pas assez sur les comportements que nous pouvons réellement contrôler. Peut-être devrions-nous nous concentrer davantage sur les stratégies pour amener la population à participer dans la limitation de cette infection et empêcher de nouvelles infections à s’implanter dans notre population.

La distanciation sociale est notre meilleure pratique, et elle est nécessaire pour ralentir immédiatement cette pandémie jusqu’à ce qu’elle atteigne un rythme que nos systèmes de santé pourront gérer. Cependant, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas envisager des changements futurs.

Un vaccin finira par arriver, mais il est possible de mieux prévenir les futures pandémies en augmentant la prévalence des comportements de précaution de la part de la population générale, pour empêcher leur propagation.

Ces mesures comprennent quelques maximes familières, dont aucune n’est appliquée de manière suffisamment cohérente, et quelques autres, moins familières, qui doivent être reprises individuellement en masse. Et ça doit être fait bientôt.

Celles qui sont familières : se laver les mains fréquemment et correctement ; se couvrir la bouche (avec le bras) lorsqu’on tousse ou éternue ; éviter tout contact étroit avec les personnes déjà infectées.

Considérez également les comportements suivants, moins évidents mais tout aussi importants :

Désinfectez l’écran de votre appareil mobile deux fois par jour – c’est une véritable boîte de Pétri portable, qui accumule les bactéries et, oui, les virus. Des lingettes antibactériennes sont nécessaires dans ce cas, car elles tuent généralement aussi les virus. Nettoyez votre appareil au moins deux fois par jour, une fois à l’heure du déjeuner et une fois à l’heure du dîner (ou lié à une autre routine quotidienne). Une étude publiée estime que des virus tels que COVID-19 peuvent persister jusqu’à neuf jours sur des surfaces lisses en verre et en plastique, comme l’écran d’un téléphone portable.

Évitez de vous toucher le visage. Votre bouche, votre nez, vos yeux et vos oreilles sont autant de voies d’entrée dans votre corps pour les virus, et vos doigts sont constamment en contact avec des surfaces qui peuvent contenir des virus. Cette mesure simple est très difficile à maintenir de manière constante, mais elle est essentielle pour lutter contre les infections.

N’utilisez les masques que si vous êtes malade et félicitez les personnes qui sont suffisamment responsables pour les utiliser quand elles sont malades.

Mettez-vous en quarantaine si vous êtes malade et avez de la fièvre.

Faites appel à votre réseau social pour réfléchir à d’autres changements de comportement simples.

Prévention de la propagation

Le renforcement de l’immunité des masses par le comportement est essentiel pour prévenir la propagation de la COVID-19. Nous devons en parler davantage et le faire davantage. Dans la mer d’incertitudes qui suscite la peur, c’est quelque chose que nous maîtrisons individuellement et en masse.

Faisons mieux pour mettre en œuvre les comportements de précaution ci-dessus avec une grande cohérence, et sur le long terme.

Et voici un avantage secondaire : cela nous permettra d’empêcher aussi la propagation de nombreuses autres maladies infectieuses, dont la grippe saisonnière.

Peter Hall est professeur à l’école de santé publique et des systèmes de santé de l’université de Waterloo au Canada. Cet article a été publié pour la première fois dans The Conversation.

RECOMMANDÉ