Confinement : repéré par l’hélicoptère des gendarmes pendant sa promenade, il montre ses fesses aux militaires

Par Séraphin Parmentier
10 avril 2020
Mis à jour: 10 avril 2020

Pensant « agir en toute impunité », le promeneur n’a pas hésité à baisser son pantalon et à présenter son postérieur aux militaires présents à bord de l’hélicoptère.

Les faits se sont déroulés le mardi 7 avril aux alentours de Ligné, une commune d’environ 5000 habitants située à 25 kilomètres au nord de Nantes.

Vers 15 h, un homme qui se promenait le long de la voie verte reliant Carquefou à Saint-Mars-la-Jaille a été repéré par un hélicoptère de la gendarmerie survolant le secteur dans le cadre des contrôles liés au respect des mesures sanitaires édictées par le gouvernement pour enrayer la propagation du virus du PCC (Parti communiste chinois), connu sous le nom de nouveau coronavirus.

Le promeneur a alors baissé son pantalon avant de présenter son postérieur aux militaires présents à bord de l’appareil.

« Il pensait agir en toute impunité et a donc décidé de montrer ses fesses, croyant que l’hélicoptère n’allait pas se poser », a expliqué Philippe Mithouard, commandant de la compagnie de gendarmerie d’Ancenis, dans les colonnes de L’Éclaireur de Châteaubriant.

L’individu ne se doutait pas que les gendarmes disposaient également de patrouilles au sol à même d’appréhender les personnes identifiées par la voie aérienne.

« Les équipes au sol ont été dirigées vers cet individu. Lorsqu’il s’est aperçu que l’hélicoptère suivait sa position, il a immédiatement relevé son pantalon et a tenté de se cacher dans une haie », précise Philippe Mithouard.

Appréhendé peu de temps après, le promeneur indélicat a finalement écopé de deux amendes de 135 euros.

« Il se déplaçait sans attestation et n’a pas respecté l’arrêté préfectoral relatif aux espaces verts et littoraux, en lien avec le confinement », souligne le commandant de la compagnie de gendarmerie d’Ancenis.

RECOMMANDÉ