Conseiller de l’OMS : l’enquête sur le Covid-19 à Wuhan « a été effectuée par les autorités chinoises »

Par Isabel van Brugen
17 février 2021
Mis à jour: 17 février 2021

Jamie Metzl, conseiller de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que l’enquête de cette organisation internationale sur les origines du Covid-19 avait en fait été menée par les autorités chinoises.

L’enquête, qui visait également à déterminer si le virus chinois avait pu s’échapper accidentellement de l’Institut de virologie de Wuhan, a été menée par les autorités chinoises et non pas par les enquêteurs de l’OMS, a déclaré Metzl lors de l’émission Ingraham Angle de Fox News, le 10 février dernier.

Les commentaires de Metzl sont arrivés peu de temps après que Peter Embarek, un scientifique danois qui a dirigé la mission de l’OMS, a déclaré qu’il était « extrêmement peu probable » que le virus se soit échappé du laboratoire de Wuhan. Il a dit que les chauves-souris étaient une source plus probable.

« L’hypothèse d’un incident de laboratoire est extrêmement peu probable pour expliquer l’introduction du virus chez les humains », a annoncé Embarek le 9 février. « Par conséquent, elle ne fait pas partie des hypothèses que nous suggérerons pour les études futures. »

Jamie Metzl, qui est également un chercheur principal du groupe d’experts Atlantic Conseil, a critiqué cette recommandation de la mission de l’OMS qui, selon lui, est contestable en raison de la nécessité pour l’OMS de « préserver l’équilibre entre les politiques des grandes puissances ».

L’OMS est « créée, financée et contrôlée par les États », a-t-il expliqué lors de l’émission télévisée. Elle est « dans une position très difficile ».

« L’enquête elle-même a été très courte », a-t-il poursuivi. « Il y a eu deux semaines de quarantaine et deux semaines de réunions, mais l’enquête proprement dite a été menée par les autorités chinoises. Donc, les enquêteurs de l’OMS recevaient essentiellement des rapports des responsables chinois.

« Comme je le vois, la grande erreur est le fait qu’ils ont mentionné quatre manières possibles dont le Covid aurait pu commencer », a expliqué M. Metzl. « L’une d’entre elles est d’avoir passé le virus directement de la chauve-souris à l’homme. La deuxième est que la chauve-souris l’a passé à travers un animal, un hôte intermédiaire. La troisième est que le virus a été transporté ou transmis par une nourriture surgelée provenant d’un autre endroit. Et la quatrième est qu’il résultait d’une fuite accidentelle du laboratoire.

« Comme vous le savez, depuis plus d’un an, je suis l’un des principaux partisans de l’option numéro quatre, que nous devons examiner très, très sérieusement.

« Cependant, plutôt que de dire, d’accord, examinons plus en profondeur toutes ces possibilités, les enquêteurs de l’OMS ont dit que nous devrions nous pencher sur les trois premières possibilités, mais pas sur la fuite accidentelle du laboratoire. Je suis vexé par ce qui s’est produit. Je pense que c’est vraiment terrible.

« La plupart d’entre nous ne savent pas exactement comment le Covid a commencé. Cependant, une fuite accidentelle du laboratoire est certainement une possibilité très, très crédible. »

La visite de l’équipe de l’OMS à Wuhan a été étroitement contrôlée par le Parti communiste chinois (PCC), tandis que les journalistes ont été tenus à l’écart en l’absence d’un itinéraire complet accessible au public.

Le 14 février, Peter Embarek a également confié à Science Mag que « la politique était toujours présente » pendant leur mission, et que les scientifiques en visite étaient accompagnés, à tout moment, de « 30 à 60 collègues chinois » dont un grand nombre n’étaient ni des scientifiques ni des représentants du secteur de la santé publique.

Le sénateur américain Ted Cruz avait auparavant critiqué l’OMS pour avoir répété comme un perroquet la version du PCC selon laquelle le Covid-19 n’aurait pas pu se propager initialement à partir d’un laboratoire de Wuhan.

« C’est une honte. Au début de la pandémie, l’OMS a agi comme un propagandiste de la Chine communiste, se faisant l’écho des mensonges du PCC », a-t-il tweeté le 10 février. « Maintenant, l’OMS conclut que le virus ne s’est pas accidentellement échappé d’un laboratoire d’État à Wuhan – ceci parce que le PCC leur a dit que ce n’était pas le cas. »

Dans une interview accordée à Fox News, Cruz a accusé l’OMS de se faire l’écho des « mensonges du gouvernement communiste chinois » au lieu « d’intervenir en tant que professionnel de la médecine ».

Il a également suggéré que l’OMS aurait aidé le régime chinois à couvrir le début de l’épidémie de Wuhan à la fin de 2019, ce qui a conduit à l’absence d’action pour empêcher les voyages internationaux en provenance de Wuhan, entraînant une énorme pandémie.

Le 11 février, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, a semblé revenir sur l’affirmation du chef de l’équipe de l’OMS selon laquelle l’Institut de virologie de Wuhan ne devrait pas être considéré comme une source potentielle du virus, affirmant que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

« Plusieurs questions ont été soulevées quant à savoir si certaines hypothèses ont été écartées », a-t-il déclaré aux journalistes. « Je tiens à préciser que toutes les hypothèses restent ouvertes et nécessitent une étude plus approfondie. »

Tedros Adhanom Ghebreyesus, chef de l’Organisation mondiale de la santé, au siège de l’OMS à Genève (Suisse), le 6 avril 2020 (AFP via Getty Images)

Le département d’État américain a affirmé que, dès 2016, l’Institut de virologie de Wuhan menait des recherches sur des virus similaires au Covid-19. Le régime chinois a gardé ces recherches secrètes et le département d’État demandait la transparence.

« Les enquêteurs de l’OMS doivent avoir accès aux dossiers des travaux de l’Institut de virologie de Wuhan sur les coronavirus des chauves-souris et autres coronavirus avant l’apparition du Covid-19. Dans le cadre d’une enquête approfondie, ils doivent avoir un compte rendu complet des raisons pour lesquelles cet institut a modifié puis supprimé les enregistrements en ligne de ses travaux sur le RaTG13 et d’autres virus », a souligné ce département.

L’équipe de l’OMS a déclaré que les experts de la santé pourraient avoir besoin des années pour comprendre pleinement les origines du virus chinois.

L’OMS n’a pas tout de suite répondu à une demande de commentaires d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ