Un conseiller du PCC a présenté un plan détaillé pour vaincre les États-Unis, y compris la manipulation des élections

Par Cathy He
27 mars 2021
Mis à jour: 5 avril 2021

Un éminent professeur chinois – qui est également conseiller du Parti communiste chinois (PCC) – a présenté un plan complet pour que le régime communiste renverse les États-Unis en tant que superpuissance mondiale.

La stratégie à plusieurs volets du professeur implique une série d’actions malignes visant à subvertir les États-Unis tout en renforçant le régime chinois. Il s’agit notamment d’interférer dans les élections américaines, de contrôler le marché américain, de cultiver des ennemis mondiaux pour défier les États-Unis, de voler la technologie américaine, d’étendre le territoire chinois et d’influencer les organisations internationales.

Ce plan a été expliqué en détail par Jin Canrong, professeur et doyen associé de l’École d’études internationales de l’Université Renmin de Chine à Pékin, dans un discours de juillet 2016 sur la « philosophie stratégique sino-américaine » prononcé pendant deux jours entiers au Southern Club Hotel Business Class dans la ville de Guangzhou, dans le sud de la Chine.

« Nous voulons être le leader mondial », a déclaré Jin Canrong, expliquant la volonté du dirigeant chinois Xi Jinping de procéder à une « réactualisation nationale » du pays.

Surnommé « professeur de l’État » par les internautes chinois, M. Jin est un éminent universitaire connu pour sa rhétorique anti-américaine enflammée. Il est conseiller auprès de deux organes puissants du PCC, le Département de l’organisation et le Département du travail du Front uni, bien que l’on ne sache pas exactement à quel point il est proche de Xi.

Le titre d’un programme de propagande intitulé Comment Xi Jinping a mené la bataille de la Chine contre le Covid-19, tiré des archives de la CGTN, s’affiche sur un écran d’ordinateur à Londres, en Angleterre, le 4 février 2021. (Leon Neal/Getty Images)

Affaiblir les États-Unis

La stratégie visant à renverser les États-Unis comporte deux grands volets : l’affaiblissement des États-Unis par des moyens internes et externes, et le renforcement du pouvoir économique, militaire et diplomatique du régime chinois.

Utilisant la métaphore d’une entreprise pour illustrer la dynamique entre les États-Unis et la Chine, M. Jin a comparé les États-Unis à un président d’entreprise et la Chine à un vice-président qui veut le poste principal.

« On peut comparer les États-Unis à qui un homme d’âge moyen, qui est beau, a de fortes capacités et le soutien de la plupart des employés », a déclaré M. Jin.

« [Pour le remplacer], nous devons d’abord créer les conditions pour qu’il soit plus facile pour les États-Unis de faire des erreurs. Deuxièmement, nous devons les rendre aussi occupés que possible [à traiter les problèmes], au point qu’ils se sentiront déprimés et voudront abandonner. Troisièmement, nous devrions nous associer aux États-Unis, afin qu’ils ne puissent pas nous attaquer. »

M. Jin a déclaré que le PCC réfléchissait à de nombreux moyens d’affaiblir les États-Unis, ce qu’il a décrit comme une tâche « très difficile ». Le professeur a proposé quatre tactiques pratiques.

1. Manipulation des élections

M. Jin a suggéré que le PCC s’immisce dans les élections américaines pour porter au pouvoir des candidats pro-Beijing. Il a désigné les élections pour les sièges de la Chambre des représentants comme une cible facile.

« Le gouvernement chinois veut organiser des investissements chinois dans chaque district du Congrès pour contrôler des milliers d’électeurs dans chaque district », a déclaré M. Jin.

Il a noté qu’avec une population (à l’époque) d’environ 312 millions d’habitants et 435 districts du Congrès, environ 750 000 résidents vivent dans chaque district.

« Le taux de vote aux États-Unis est d’environ 30 %, ce qui signifie qu’environ 200 000 résidents de chaque district du Congrès votent pour le représentant de ce district », a déclaré M. Jin. « Normalement, la différence de voix entre deux candidats est de 10 000 ou moins. Si la Chine a des milliers de voix en main, elle sera le patron des candidats. »

Selon M. Jin, l’ambition de la Chine est de contrôler au moins la Chambre des représentants.

« Le meilleur scénario est que la Chine puisse acheter les États-Unis, et changer la Chambre des représentants américaine en deuxième comité permanent du Congrès national du peuple », a-t-il dit, en faisant référence au comité qui supervise le corps législatif du PCC.

2. Contrôler le marché américain

Un porte-conteneurs accoste au port de Qingdao, dans la province chinoise du Shandong (est), le 17 mai 2019. (STR/AFP/Getty Images)

Accroître les investissements chinois en Amérique est un autre moyen d’exercer une influence sur le système politique du pays, a déclaré Jin, notant que cette tactique a l’avantage supplémentaire d’enrichir les hommes d’affaires chinois et le PCC.

« Les possibilités d’investissement aux États-Unis sont relativement bonnes », a-t-il dit. « Le marché américain est ouvert – plus ouvert que les marchés japonais et européens », a-t-il poursuivi, ajoutant que ses avantages incluent sa taille, sa transparence et sa stabilité.

Selon lui, le régime chinois souhaite que les hommes d’affaires chinois contrôlent le marché américain et qu’ils développent leurs activités dans le pays.

Pour atteindre cet objectif, le régime chinois a tenté de négocier avec Washington le traité bilatéral d’investissement (TBI) entre les États-Unis et la Chine. Cet accord a été activement négocié pendant la décennie précédant 2017, mais il a été écarté pendant l’administration du président Donald Trump.

Certaines entreprises américaines souhaitant pénétrer le marché chinois et le Conseil des affaires américano-chinoises ont plaidé pour la signature d’un TBI.

3. Stimuler les ennemis des États-Unis

Jin a déclaré que la « tâche stratégique » du PCC était de s’assurer que les États-Unis n’aient pas moins de 4 ennemis.

Quatre ennemis sont nécessaires pour étirer les ressources des États-Unis tout en embourbant le gouvernement dans des débats nationaux sur la menace à privilégier, a déclaré Jin.

Par exemple, avant la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis avaient deux adversaires, l’Allemagne nazie et l’Union soviétique. « Les Américains débattaient sans cesse pour savoir qui était la véritable menace », a-t-il expliqué.

« Si les États-Unis ont 4 ennemis, ils perdront totalement leur orientation. »

En analysant la situation en 2016, M. Jin a conclu que les États-Unis n’ont que 3 adversaires : « Le terrorisme est définitivement un ennemi des États-Unis. La Russie semble en être un autre […] Définitivement, les États-Unis nous traitent comme un concurrent […] Ce n’est pas suffisant. »

Le professeur a déclaré qu’au cours des dernières années, le PCC avait essayé de faire du Brésil un adversaire des États-Unis, mais qu’il n’y était pas parvenu parce que le Brésil « ne voulait pas se développer ».

Il a déclaré que le PCC avait injecté beaucoup d’investissements au Brésil dans le but d’obtenir son soutien sur les questions mondiales, notamment en prenant position contre les États-Unis. Xi s’était rendu au Brésil en 2014 et avait accepté d’investir dans des infrastructures dans la région occidentale du pays, ainsi que dans un chemin de fer pour relier les ports du Brésil et du Pérou.

Selon M. Jin, le régime chinois a renoncé à cette approche et tente de trouver un candidat pour se transformer en adversaire des États-Unis.

4. Causer des problèmes internationaux aux États-Unis

Selon M. Jin, le régime chinois bénéficie d’un avantage stratégique en raison du rôle des États-Unis en tant que gendarme du monde : chaque fois qu’il y a une crise dans le monde, les États-Unis doivent intervenir pour maintenir la stabilité mondiale, ce qui draine les ressources américaines et détourne leur attention de la Chine.

À titre d’exemple, il a cité les guerres d’Afghanistan et d’Irak, qu’il a décrites comme des entreprises « sans aucune valeur stratégique », qui ont coûté aux États-Unis « 6 000 milliards de dollars et la vie de 10 000 soldats ».

Le résultat est que les États-Unis « ont perdu 10 ans [sans être conscients du développement de la Chine], et ont laissé la Chine devenir puissante », a déclaré M. Jin.

Une autre tactique possible consiste à vendre les obligations du Trésor américain détenues par le PCC afin de précipiter une crise de la dette, a-t-il ajouté. Selon le Trésor américain, la Chine détient actuellement près de 1 100 milliards de dollars en titres du Trésor américain.

Enfin, s’engager dans des négociations interminables avec les États-Unis est également une stratégie efficace pour embourber les États-Unis, tout en donnant au régime le temps de se concentrer sur son propre développement, selon Jin. Au cours de ces négociations, les États-Unis ne prendraient pas de mesures punitives à l’encontre du PCC, telles que des sanctions, et concentreraient plutôt leur énergie sur la préparation et la réalisation des pourparlers. Pendant ce temps, le régime chinois, qui n’a aucune intention de négocier de bonne foi, utiliserait le répit qui lui est donné au cours des négociations pour consolider son pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine.

En février, l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale Matthew Pottinger a mis en garde contre les « pièges de négociation » du PCC. M. Pottinger a déclaré que des années de dialogues formels successifs entre les deux parties, tels que le « dialogue économique stratégique », ont permis au régime de « faire traîner les choses » et de poursuivre ses assauts économiques contre les États-Unis en toute impunité.

Renforcer le régime chinois

Le premier grand avion de ligne de passagers C919 développé par la Chine elle-même est présenté après sa sortie de la chaîne de production de Shanghai Aircraft Manufacturing Co. à Shanghai, en Chine, le 2 novembre 2015. (VCG/VCG via Getty Images)

M. Jin a déclaré que le régime chinois s’est largement appuyé sur le commerce et les investissements américains pour stimuler son développement économique au cours des quatre dernières décennies. Il a souligné 4 approches visant à étendre le pouvoir économique et politique du PCC dans le pays et à l’étranger.

1. Voler la technologie américaine

Le professeur a admis que le PCC a compté sur le vol de technologies américaines pour alimenter sa croissance.

« L’industrie chinoise a une grande production, mais manque de certaines technologies », a expliqué M. Jin. « Au cours des 30 dernières années, nous avons acheté des technologies, dont 46 % provenaient d’Allemagne. Cependant les États-Unis ont la meilleure technologie, mais ils ne nous la vendent pas. »

Il a ajouté : « Les Américains pensent que les pirates chinois leur volent beaucoup de choses. Cela peut très bien être vrai. » M. Jin a ajouté que les technologies clés de l’avion de chasse chinois J-20 et du missile balistique intercontinental DF-41 ont été volées aux États-Unis.

Le régime est également désireux de mettre la main sur la technologie spatiale américaine.

En juin 2016, la fusée chinoise Longue Marche 7 a envoyé dans l’espace un satellite de nettoyage de débris orbitaux, Aolong-1. Pékin a affirmé qu’Aolong-1 ne faisait que ramener des débris spatiaux sur terre, mais M. Jin a suggéré que le satellite avait une autre mission.

« Les États-Unis ont dit qu'[Aolong-1] collectait les satellites américains [de l’espace], et les ramenait en Chine », a déclaré M. Jin. « Nous sommes en mesure de démonter les satellites [américains] et de les réassembler en satellites chinois. »

2. L’expansion du territoire du régime

M. Jin pense que le régime chinois occupera l’ensemble de la mer de Chine méridionale et Taïwan dans un avenir proche.

Le PCC revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, en dépit d’un jugement rendu en 2016 par un tribunal international qui a estimé que ses revendications territoriales étaient illégales. Les Philippines, le Viêt Nam, la Malaisie, Brunei et Taïwan ont également des revendications concurrentes sur ces eaux. Abritant de riches zones de pêche et des ressources naturelles potentiellement précieuses, la mer de Chine méridionale est également l’une des principales routes maritimes du monde.

La Chine est en train de construire des îles artificielles en Mer de Chine méridionale. (Sina.com)

Pékin a cherché à conforter ses revendications sur ces voies navigables stratégiques en construisant des îles artificielles dans la région et en y installant des avant-postes militaires.

« En un an et demi [en 2013 et 2014 sous l’administration de Xi], la Chine a créé plus de 1 290 hectares de territoire. Les quatre autres États demandeurs n’ont créé que 40 hectares en 45 ans », a déclaré M. Jin.

M. Jin a prédit que le PCC continuerait à créer davantage de dispositifs en mer de Chine méridionale.

Il s’est également vanté de la réussite du régime à arracher le contrôle du haut-fond de Scarborough aux Philippines en 2012 avec l’aide de bateaux de pêche et de navires des garde-côtes chinois.

« Même si les Philippines veulent que les États-Unis prennent le contrôle des récifs [en mer de Chine méridionale], les États-Unis ne peuvent pas les garder », a déclaré M. Jin. « Si les États-Unis y stationnent un porte-avions, la Chine peut simplement envoyer 2 000 bateaux de pêche et entourer le porte-avions. Le porte-avions n’ose alors pas tirer sur les bateaux de pêche. »

En ce qui concerne Taïwan, le PCC dispose de plusieurs moyens d’amener l’île démocratique sous son contrôle, a déclaré M. Jin. Le régime considère l’île autonome comme une partie de son territoire et a juré d’amener Taïwan dans son giron par la force si nécessaire. Par exemple, le régime pourrait soudoyer les politiciens taïwanais, interdire le commerce et le tourisme en provenance de Chine, convaincre les quelques pays qui reconnaissent encore Taïwan sur le plan diplomatique de passer à la Chine, bloquer la participation de Taïwan aux organisations et réunions internationales et assassiner certains Taïwanais pour instiller la peur dans la population.

3. Construire une influence mondiale en menant des projets

Selon M. Jin, la stratégie globale de Xi pour renforcer la puissance mondiale du régime repose sur deux piliers. L’un est l’initiative de la nouvelle route de la soie (Belt and Road – BRI), l’autre est la zone de libre-échange de l’Asie-Pacifique (FTAAP).

La BRI, précédemment connue sous le nom de Une Ceinture, Une Route, est une stratégie d’investissement mondial géant lancée par le PCC en 2013 visant à renforcer son influence économique et politique à travers l’Asie, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Le projet implique des investissements dans des projets d’infrastructures et de ressources naturelles dans les pays. Il a été critiqué par les États-Unis et d’autres pays comme un exemple de diplomatie du « piège de la dette« , qui accable les pays en développement de dettes insoutenables tout en permettant au régime d’exporter sa technologie et sa gouvernance à l’étranger.

« Le but ultime de la BRI est de faire équipe avec la puissance industrielle qu’est l’Allemagne. Les États-Unis n’auront alors aucune position sur le terrain de jeu industriel mondial », a expliqué M. Jin.

De même, M. Jin a déclaré que le FTAAP, un projet d’accord de libre-échange entre 21 pays d’Asie-Pacifique, ouvrirait également un canal d’influence pour le PCC dans la région.

Le professeur pense également que les banques de développement soutenues par la Chine, la Nouvelle Banque de développement et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, joueront en faveur de Pékin, car les pays qui recevront des prêts de ces banques seront alors redevables au régime, a déclaré M. Jin.

« Nous sommes en train de construire le cercle de nos amis dans le monde. Nous serons plus puissants que les États-Unis avec plus d’amis », a-t-il avancé. « Nous pourrons alors dire aux États-Unis que nous sommes le seul représentant du monde. »

4. Influencer les organisations internationales

M. Jin a également expliqué le projet du PCC d’exercer une plus grande influence sur les organismes mondiaux tels que les Nations unies, l’Organisation mondiale du commerce, l’Organisation mondiale de la santé, Interpol, le Fonds monétaire international, le Comité international olympique et l’Organisation de coopération et de développement économiques.

L’objectif du régime chinois est que « toutes ces organisations internationales soient contrôlées par la Chine. Nous pouvons nommer à leur tête quelqu’un qui parle chinois [qui représente la Chine] », a précisé M. Jin.

Le candidat chinois à la tête de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) Qu Dongyu s’adresse aux membres et aux délégués de la FAO lors de l’assemblée plénière pour l’élection du nouveau directeur général de la FAO qui se tient au siège de la FAO, à Rome, le 22 juin 2019. (Vincenzo Pinto/ AFP via Getty Images)

Lors de son discours, M. Jin a souligné que Xi ne ressemblait pas à ses prédécesseurs par ses ambitions. Les précédents dirigeants du PCC, tels que Deng Xiaoping, Jiang Zemin et Hu Jintao ont travaillé dur pour développer le pouvoir du régime mais n’ont pas osé l’utiliser, a-t-il dit.

« Peu importe la quantité de pouvoir que vous avez, ce n’est rien si vous n’osez pas l’utiliser », a rappelé M. Jin. « Le président Xi ose l’utiliser. [Les instances de Xi] ont le pouvoir, osent utiliser ce pouvoir, et toutes ses attaques font saigner l’autre partie. »

Les ambitions de Xi, cependant, ne peuvent pas être révélées au monde extérieur, a déclaré le professeur.

Lorsque Xi a pris le pouvoir en 2012, il a exhorté le pays à réaliser le « rêve chinois ». Cela signifiait devenir un pays « modérément aisé » d’ici 2021, puis un « pays socialiste fort, démocratique, civilisé, harmonieux et moderne » d’ici 2049.

M. Jin explique que l’objectif de Xi est en fait de remplacer les États-Unis en tant que seule superpuissance mondiale d’ici 2049.

« Le ministère [chinois] des Affaires étrangères ne cesse de répéter [lors des points de presse] que la Chine aime la paix. Mais aucun journaliste présent aux points de presse ne le croit », a déclaré M. Jin.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ