Console de jeu, chicha, modem 4G, piscine gonflable : un détenu de la prison de Saintes disposait de tout le confort dans sa cellule

Par Séraphin Parmentier
10 décembre 2019 Mis à jour: 11 décembre 2019

Les objets avaient échappé à la vigilance des agents de la maison d’arrêt de Saintes qui ont fini par les découvrir à l’issue d’une fouille aléatoire.

Le 1er décembre, des agents pénitentiaires de la maison d’arrêt de Saintes ont fait une découverte surprenante lors d’une fouille organisée de manière inopinée dans une cellule occupée par deux détenus.

D’après Sud Ouest, les surveillants de la prison ont en effet mis la main sur « un couteau suisse, un système ‘Chromecast’, un modem 4G, une console, un téléphone portable, une pince métallique type alimentaire, une chicha narguilé et même une piscine gonflable ».

Autant d’objets qui n’avaient évidemment rien à faire là. Sur les vingt-quatre cellules que compte le pénitencier, seulement deux font l’objet d’une fouille poussée chaque jour.

Selon France Bleu, l’encombrement de la cellule où les différents objets ont été découverts a permis aux deux prisonniers qui l’occupent de les dissimuler aux yeux des agents pénitentiaires.

« La fameuse petite piscine était vraiment très, très bien pliée, et le reste était caché. Les détenus ont tout le loisir de penser à la manière dont ils vont dissimuler les objets qu’ils reçoivent », a expliqué Bruno Renoulaud – secrétaire du syndicat de surveillants UFAP à Saintes – aux journalistes de France Bleu.

« Il y a des personnes qui ont beaucoup de fréquentations »

Des objets projetés au-dessus des murs par l’entourage des détenus et qui peuvent ensuite servir de monnaie d’échange à l’intérieur de la maison d’arrêt.

« Tout à une valeur en prison », souligne Didier Docoche, directeur du pénitencier de Saintes.

« Ça tombe directement dans la cour de promenade. Le temps qu’on intervienne, les détenus ont déjà tout récupéré et passé en cellule », poursuit M. Renoulaud.

« En ce moment, on a des projections pratiquement tous les jours. Il y a des personnes qui ont beaucoup de fréquentations, et qui ont besoin d’être ‘ravitaillées’ tous les jours », ajoute-t-il.

Face à la recrudescence des projections de colis clandestins depuis l’extérieur, la direction du pénitencier de Saintes a notamment entamé des travaux de pose de filets anti-aériens.

S’ils ont pris du retard, ils devraient toutefois être terminés d’ici la fin du mois de janvier 2020. Didier Docoche espère que des caméras de vidéosurveillance pourront également être installées afin de renforcer le dispositif de sécurité.

RECOMMANDÉ