Contaminée mais guérie du coronavirus : Laurence raconte

Par Emmanuelle Bourdy
15 mars 2020
Mis à jour: 15 mars 2020

Après s’être rendue à Milan pour quelques jours, Laurence, âgée de 22 ans et habitant la Côte-d’Azur, a contracté le nouveau coronavirus Covid-19. Totalement guérie, elle s’est confiée au micro de France Bleu Azur ce jeudi. Elle nous offre son témoignage.

Sortie depuis quelques jours de l’hôpital, elle certifie : «Oui je suis totalement guérie». Elle confie toutefois : «sur le coup j’étais choquée», précisant que sur 68 personnes diagnostiquées elle était la seule à avoir contracté la maladie.

Laurence explique comment elle a été contaminée par le coronavirus SARS-CoV-2  : «Je suis allée à Milan le vendredi 14 février et rentrée le dimanche 16. Pendant une semaine, je n’avais pas de symptôme, rien. La semaine suivante, j’ai commencé à avoir des maux de tête, de la fièvre, j’avais un peu mal à la poitrine, mais pas beaucoup.»

Après trois jours, comme les symptômes persistaient, elle s’est décidée à contacter les urgences. «Ça a persisté pendant trois jours et je me suis décidée à appeler le 15 vu que je venais d’une zone à risque. Le lendemain, le Samu est venu me chercher et on est allé à l’hôpital de Nice. Et tard dans la nuit, le médecin m’a annoncé que c’était positif», explique Laurence.

À l’hôpital, dans l’attente des résultats, elle raconte qu’elle était déjà confinée dans sa chambre. Elle a dû ensuite répondre à de nombreuses questions de l’ARS, afin de déterminer avec quelles personnes elle avait été en contact les jours suivants son retour de Milan. Elle précise qu’à ce moment-là, elle n’avait aucun symptôme, et qu’elle s’était rendue à ses cours normalement. Lorsque les symptômes sont apparus, elle n’a eu de contact qu’avec sa mère, qui, pour le plus grand soulagement de Laurence, est restée négative.

Lors de son séjour à hôpital, Laurence précise : «J’avais de la fièvre mais je pouvais faire des activités, j’étais pas super fatiguée, j’étais pas alitée.» Pour guérir du virus, Laurence n’a eu aucun traitement. «On nous donnait du Doliprane, il n’y avait pas de traitement, mais tous les deux jours, on faisait des prélèvements pour voir à quel stade on en était», raconte-t-elle.

«Franchement, c’était super dur. Le fait d’être enfermée était beaucoup plus dur que la maladie», avoue-t-elle, précisant qu’elle a été totalement coupée de sa famille et de ses amis. «Je voyais que les infirmières, les aides-soignantes ou les médecins», a-t-elle ajouté.

«Je suis totalement guérie (…) Je suis sortie de l’hôpital et j’ai repris les activités. Ça va super bien», conclut Laurence qui a vécu cet épisode «comme une grippe normale !»

RECOMMANDÉ