Contes folkloriques chinois : une histoire de Jigong – Le bien ou le mal proviennent d’une seule pensée

9 novembre 2018 Mis à jour: 5 avril 2019

Jigong fut un moine éminent de la dynastie des Song du Sud (1127 – 1279) également connu comme Daoji. Beaucoup de légendes furent transmises sur les nombreux sauvetages de Jigong réalisés grâce à ses capacités supranormales. Ainsi, dans la culture populaire d’aujourd’hui, beaucoup d’histoires sur Jigong aidant les pauvres et punissant les malfaiteurs circulent toujours.

Un jour, alors que Jigong demandait l’aumône comme d’habitude, il vit un vendeur de viande canine se soulager dans une toilette extérieure. Deux paniers de viande et une palanche pour les porter se trouvaient sur le côté de la rue. Jigong vit de son œil céleste que les toilettes extérieures allaient bientôt s’effondrer et que le vendeur de viande canine allait y être enterré et y mourir. Jigong pensa : « Non. Il ne devrait pas mourir, car il sert de grand exemple de piété filiale au monde. »

Puis il s’approcha, ramassant la palanche et s’enfuit avec les paniers de viande canine. Jigong s’écria d’une voix aiguë : « Regardez ! Personne ne veut de ces deux paniers de viande! Je les emmènerai à mon temple ! »

Le vendeur de viande de chien l’entendit et, ne perdant pas de temps, sortit précipitamment des toilettes extérieures en levant son pantalon des deux mains. Il cria : « Hé, le moine, ne prends pas mes paniers ! »

Après n’avoir couru que quelques pas, il entendit derrière lui un fort « boom ! ». Quand il a regardé en arrière, il fut stupéfait de constater que les toilettes extérieures s’étaient effondrées. Effrayé, il s’écria : « Oh mon Dieu ! Grâce au moine, j’ai été sauvé. Sinon, j’aurais été écrasé à mort. » Jigong rit et lui rendit les paniers.

Jigong lui dit : « Tu es un fils dévoué. Rentre chez toi dès que tu auras fini de vendre la viande, ta mère t’attend là-bas. »

Le vendeur de viande canine, nommé Husan, faisait des affaires depuis de nombreuses années. Il vivait sur la rue Qiantang avec sa mère et son épouse. Husan aimait être agréable avec les autres, mais il ne l’était pas avec sa mère. Tôt le matin, il se disputait souvent avec elle et s’adressait même à celle-ci avec une attitude très grossière. Son épouse, une femme gentille, lui donnait souvent des conseils en disant : « Ta mère est si vieille, ne la mets pas en colère. » Husan ne disait rien et continuait son travail.

Un jour, Husan cuisinait de la viande à la maison et demanda à sa femme de s’en occuper pendant qu’il quittait la pièce. Il sortit deux chiens, une mère et un fils, qu’il venait d’acheter au marché. Husan attacha la mère chienne et porta le chien fils sur son épaule. Il les mit dans la cour et entra dans la maison, prendre un gros couteau pour tuer les chiens. Il déposa le couteau dans la cour et retourna à la maison pour prendre une bassine, mais quand il retourna dans la cour, il ne pouvait trouver le couteau. Il demanda à son épouse : « Aurais-tu pris le couteau ? »

« Non, pas du tout », répondit-elle.

« Le Classique de la piété filiale » ou Xiao Jing, de la dynastie Song, traditionnellement attribué à Ma Hezhi (1131 – 1189) comme peintre et à l’Empereur Gaozong (1107 – 1187) comme calligraphe. Taipei : Musée du Palais National. (Domaine public)

Après l’avoir cherché pendant un certain temps, il découvrit qu’il était sous le chien-fils. Le chien-fils voyant que Husan allait tuer sa mère, emporta immédiatement le couteau dans sa bouche et le mit sous son corps. Husan a immédiatement lancé un coup de pied au chien-fils et le mit à la porte, mais le chien-fils courut et se coucha sur le cou de sa mère. Les dents dénudées, le chien-fils fixait Husan. Des larmes tombaient des yeux du chien-fils. En regardant ça, Husan était stupéfait. Il jeta le couteau et se précipita dans la pièce criant haut et fort. Son épouse était terrifiée par ses cris. Husan pensa : « Je ne suis même pas meilleur qu’un chien. Même un chien sait d’où il vient, un être humain ne devrait-il pas le savoir ? » Après cela, il se rendit dans la cour et parla aux deux chiens : « D’accord. Je ne vais plus te tuer. Si tu veux rester, tu peux rester et j’ai à manger pour toi. Si tu veux partir, tu peux partir. »

Il alla dans la chambre de sa mère, s’agenouillant devant elle et lui dit : « Désolé pour mon comportement irrespectueux. J’en suis responsable. »

Son épouse dit : « À partir de maintenant, tant que tu seras bon pour ta mère, nos vies seront plus heureuses. »

Husan dit alors : « Après que j’aurai vendu cette viande de chien dans le pot, je changerai ma profession et ne tuerai plus d’animaux. »

Husan sortit ce jour-là et sentit soudain qu’il avait besoin de faire ses besoins. Il déposa les paniers sur le côté de la rue et se précipita aux toilettes extérieures à proximité. De façon inattendue, les toilettes extérieures se sont effondrées, mais il fut sauvé par Jigong. On pourrait se demander pourquoi Husan était reconnu comme « un grand exemple de piété filiale » alors qu’il avait été si impoli envers sa mère jusqu’à quelques heures avant ce drame esquivé.

Cette histoire montre qu’une seule pensée fait la différence entre le bien et le mal. Bien que Husan n’ait pas été respectueux envers sa mère, une fois qu’il a réalisé son tort, il a changé tout de suite et a montré à sa mère un profond respect et une piété filiale. Ses bonnes pensées se sont révélées et son comportement s’en est suivi, si bien que ses mauvaises pensées ont disparu complètement. C’est pourquoi Jigong l’a appelé « un grand exemple de piété filiale pour le monde ».

De la même manière, si une personne a fait le bien pendant de nombreuses années mais qu’un jour, il a soudainement une mauvaise pensée, cette mauvaise pensée peut l’amener à faire le mal, et tout le bien qu’il faisait auparavant serait annulé. Au moment où la pensée se produit, même s’il ne fait rien de mal, il est déjà une personne vraiment mauvaise dans le monde. Il faut donc choisir une destination élevée et marcher vers cette destination sur le chemin de la vie, bien qu’elle soit lointaine. Comme on a déjà commencé dans cette direction, tôt ou tard on arrivera à destination. Choisir le bien ou le mal provient d’une seule pensée. Cette pensée est si importante, et nous l’appelons « la lumière de Bouddha qui illumine tout ».

Traduit par Dora Li en anglais, ce récit est reproduit avec la permission du livre Treasured Tales of China, vol. 1, disponible sur Amazon.

Version originale

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis !

Vidéo recommandée:

À l’est des montagnes de l’Himalaya,
le royaume du Bhoutan revendique le titre de
« pays le plus heureux du monde »

RECOMMANDÉ