Contreterrorisme: quel rôle pour Europol?

21 avril 2015
Mis à jour: 14 mai 2015

 

«L’état de la sécurité en Europe a radicalement changé ces dernières années». C’est le constat que dresse Claude Moraes, Président de la commission des libertés civiles, après l’audition du 14 avril sur la lutte contre le terrorisme et les défis pour la sécurité de l’Union européenne. Celle-ci a rassemblé des députés et des experts pour discuter de l’évolution de la menace terroriste, des instruments à la disposition de l’Union européenne et de la lutte contre l’extrémisme et la radicalisation.

Les experts présents se sont montrés inquiets quant à la radicalisation rapide des citoyens de l’Union européenne et du rôle joué par internet et les réseaux sociaux. Ils ont également discuté des instruments politiques existants et de la façon de les améliorer.

Après l’audition, Claude Moraes, député démocrate-socialiste britannique et Rachida Dati, députée démocrate-chrétienne française, qui est en train de préparer un rapport sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens européens par des organisations terroristes, nous ont donné leur avis sur la discussion. Rachida Dati a dit que les points de vue des experts et leur expérience sur le terrain sont essentiels pour son travail. Elle milite pour une meilleure coordination et des mesures plus effectives au niveau européen.

«Les terroristes tireront toujours avantage d’un manque de coordination entre les États membres de l’Union européenne. Nous avons besoin d’un cadre clair et contraignant pour une meilleure coopération des services de renseignement dans l’Union européenne et avec les pays tiers, qui sont aussi victimes du terrorisme et du djihadisme. Il est urgent de former le personnel des prisons pour détecter et prévenir la radicalisation», selon Rachida Dati.

Pour Claude Moraes, Président de la commission des libertés civiles du Parlement européen, une coopération transfrontalière est un élément-clé. «Cette audition a donné une opportunité de réunir les députés européens et les experts du domaine pour discuter ensemble des façons d’assurer une approche globale de la lutte contre le terrorisme et l’éradication de la radicalisation. Cela nous a également montré le consensus général qu’il y a pour un renforcement de la coopération entre les autorités.»

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ