Convention climat : une limite à 110 km/h au lieu de 130 sur les autoroutes ?

Par Léonard Plantain
23 juin 2020
Mis à jour: 23 juin 2020

Dans le cadre de la Convention climat, plusieurs membres du gouvernement français ont émis des avis favorables à la limitation à 110 km/h sur les autoroutes.

Parmi les 150 propositions soumises au gouvernement par des citoyens tirés au sort qui composent la Convention citoyenne pour le climat, une mesure entend faire passer les autoroutes à 110 km/h au lieu de 130.

Depuis, plusieurs ministres concernés ont donné leurs avis, qui allaient tous dans le sens de cette mesure. Cependant, aucun n’oublie la très vive polémique liée aux 80 km/h sur les départementales en 2018, relate Le Figaro.

C’est le cas de la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne, sur BFMTV, qui s’est dite « favorable à titre personnel ».

« Si on baisse la vitesse, on réduit de 20 % l’émission de gaz à effet de serre, c’est donc une mesure efficace pour le climat », a-t-elle déclaré. Puis elle a ajouté : « Mais moi, je ne prends pas tous les matins ma voiture pour faire trente kilomètres. Je pense que c’est important de vérifier qu’il y a une adhésion des Français et de ceux qui sont concernés, ce n’est pas mon cas. »

De son côté, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, a déclaré sur Europe 1 : « J’ai entendu ce qu’ont dit les Français sur les 80 km/h. D’un point de vue personnel, ça ne me pose pas de problème. Mais ces 150 citoyens ne définissent pas la norme. Ils font des propositions, puis les renvoient aux responsables politiques », a-t-elle souligné, évoquant ce qu’il s’est passé en 2018.

En effet, la limitation des départementales à 80 km/h avait engendré à cette époque de vives polémiques et semé les premières graines du mouvement des « Gilets jaunes ». Certains craignent alors qu’une nouvelle limitation puisse remettre le feu aux poudres. Une situation d’autant plus ironique que la Convention citoyenne a initialement été créée pour répondre aux « Gilets jaunes ».

Pour tenter d’apporter une première réponse à un débat qui s’annonce par avance compliqué, Emmanuel Macron fera « une première réponse » aux 150 citoyens, a priori pour ce 29 juin.

À noter que lors de la création de la Convention, Emmanuel Macron s’était engagé à rendre compte personnellement de ce qu’il ferait de ces mesures. Lesquelles trouveront ensuite « leur cheminement par voie de référendum, législative ou réglementaire », avait-il conclu.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ