Coronavirus : « Arrêtez de râler ! », un boulanger-pâtissier de la Mayenne dit stop aux clients râleurs

Par Emmanuelle Bourdy
21 mars 2020
Mis à jour: 21 mars 2020

Alors que la propagation du virus du PCC* (Parti Communiste Chinois) bât son plein, le manque de civisme et de compréhension des clients vis à vis des commerces alimentaires augmente. Pourtant, ces commerces, conscients qu’ils doivent satisfaire leurs clients malgré tout, font leur maximum.

C’est le cas des clients d’une boulangerie-pâtisserie à Laval (Mayenne), tenue par Arnaud Gautier et son épouse. Leurs clients ont manifesté leur mécontentement car ils n’ont plus un choix aussi large qu’habituellement dans ce commerce. Arnaud Gautier est très irrité de la façon dont certains de ces clients se comportent et l’a fait savoir, au micro de France Bleu.

Il raconte : «Je ne comprends pas… ils ont du pain frais tous les jours. Alors oui il n’y a pas la boule de pain de 400 grammes etc. Des gens râlent, mon épouse est partie en larmes juste après. Nous on apporte du service, on reste courtois, on a le sourire et tout ça en prenant des risques. Nous faisons le maximum pour qu’il y ait du pain frais. Les clients doivent bien comprendre que leur petit confort quotidien va être mis à mal pendant plusieurs semaines. Tout le monde doit y mettre du sien et faire preuve de solidarité !»

Le couple travaille durement chaque jour pour satisfaire au mieux sa clientèle et ce, malgré le manque de personnel auquel il fait face depuis que le confinement général est devenu la règle.

Pour lutter contre cette discourtoisie et ces comportements égoïstes, Arnaud Gautier a affiché un message à l’attention de ses clients, leur demandant de bien vouloir «garder le sourire».

*Epoch Times utilise le terme «virus du PCC» et non pas le terme habituel de «Covid-19» afin de signifier à ses lecteurs que ce virus s’est propagé depuis la Chine dans le monde entier, créant une véritable pandémie. Cette propagation étant dû à la mauvaise gestion mais surtout à la dissimulation voulue par le Parti communiste chinois, lorsque les premiers cas infestés sont apparus.

RECOMMANDÉ