Coronavirus : « Entretenir la peur n’est plus légitime », dénonce le Professeur Jean-François Toussaint

Par Suzanne Durand
15 août 2020
Mis à jour: 15 août 2020

Le 10 août dernier, Jean-François Toussaint, Professeur de physiologie à l’Université de Paris et ancien président des États généraux de la prévention, était l’invité de l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC.

Interrogé sur la crise sanitaire actuelle et sur la contamination du virus du PCC à la rentrée, le Professeur Toussaint se veut réaliste concernant les avis scientifiques. « On a eu plusieurs avis du Conseil scientifique, ils sont pour beaucoup restés dans une grande forme d’incohérence (…) On a eu dès le 12 mars par le premier avis du Conseil scientifique qui a donné le ton de tous les autres avis qui était de rendre les Français « responsables » d’une certaine forme de relâchement, alors que le confinement n’était même pas instauré », explique le Professeur.

« Dans un comité qui n’est pas scientifique, mais un comité politico-sanitaire on doit changer les règles qui s’appliquent pour la représentativité des populations qui vont être également impactées par les effets secondaires des décisions qui ont été prises » (…). « On est de plus en plus dans un monde de croyance, de moins en moins scientifique et de plus en plus irrationnel », poursuit-il.

Une peur « irraisonnée »

Pour le Professeur nous ne sommes pas dans une phase critique, mais dans une peur imposée à la population. « C’est sur les décès que l’on voit et que l’on comprend l’importance d’une pandémie or le taux de létalité est en train de s’effondrer avec moins de dix morts par jour depuis une semaine ». « Ces décès n’ont rien à voir avec un quelconque relâchement, ni avec le déconfinement ni avec la Fête de la musique, entretenir la peur n’est plus légitime », déplore-t-il.

« On a été dans une phase extraordinairement létale au printemps, on est maintenant dans une phase sur lesquelles les transmissions sont de plus en plus faibles et la sévérité l’est de moins en moins (…) là, actuellement, le danger n’est plus présent et on continu à instaurer une peur irraisonnée », précise M. Toussaint.

« 40% des réanimations proviennent d’autres régions que le territoire français »

« 40% des réanimations proviennent d’autres régions que le territoire français et j’inclus les Outre-mer. Si on a pas de formes sévères c’est peut-être une bonne nouvelle que de voir les populations jeunes qui n’auront pas d’effets secondaires graves, au contraire développer leur immunité parce qu’elle va leur être utile si une saisonnalité se reproduit à l’automne ou l’hiver prochain », souligne le Professeur lors d’un interview au journal Le Progrès.

« Un confinement global inadapté »

« Plus de 60 000 enfants sont morts dans le monde d’un confinement général, un confinement aveugle. Il n’y a aucune relation entre l’intensité du confinement et les résultats derrière », estime le Professeur. « Les contaminations intra-familiaux sont les plus importants, mais dans le milieux ouverts, dans les rues, on a rien ».

Selon le Professeur, « si la deuxième vague n’est pas sanitaire à proprement parler, c’est un effondrement international qui se prépare. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’ayant pas anticipé l’émergence de ces vulnérabilités, les Nations unies alertent déjà sur des effets qui seront bien supérieurs aux dégâts de l’épidémie. Famine, malnutrition, chômage, pauvreté, les conséquences d’un confinement global inadapté seront catastrophiques pour des centaines de millions de personnes et priveront aussi la médecine des moyens qu’elle requiert, déclare-t-il au quotidien Le Progrès.

« Suicide collectif »

Le Professeur Toussaint affirme que les jeunes sont les boucs émissaires dans cette pandémie. « Dans des phases de tensions majeures, la façon dont on va fonctionner de façon irrationnelle est de désigner le bouc. Qui est le bouc actuellement ? La jeunesse ».

Le port du masque « c’est juste du mimétisme social, ce n’est que cela, on n’a absolument aucune démonstration du moindre intérêt scientifique et actuellement on dit : c’est la jeunesse qui se rend « responsable » de la deuxième vague ». Mais non, ça c’est un ‘suicide collectif’ généré par le Conseil scientifique, d’effondrer une économie dont les jeunes vont payer le prix le plus important dans les années qui viennent ».

Connu communément comme le nouveau coronavirus et responsable de la maladie infectieuse respiratoire appelée Covid-19, le virus du PCC s’est déclaré à Wuhan, en Chine, vers le mois de novembre. Il s’est répandu dans le monde entier à cause du Parti communiste chinois (PCC) qui a tout fait pour le dissimuler.

Le saviez-vous ? Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

RECOMMANDÉ