Coronavirus: la grande déprime des artisans traditionnels du Maroc

Par Epoch Times avec AFP
7 juin 2020
Mis à jour: 7 juin 2020

Les poteries, les vanneries, les meubles en fer forgé s’entassent dans les échoppes désertes du centre artisanal d’Oulja, situé à Salé, près de Rabat. Sans revenus depuis près de trois mois à cause de la pandémie de Covid-19, les artisans dépriment.

« Le coronavirus, c’est le KO final: sans aide, sans soutien, notre métier va disparaître », déplore Youssef Rghalmi, un potier de 49 ans qui vient de rouvrir le local où il expose le fruit d’un « savoir-faire transmis depuis des générations ». 

Dans l’atelier familial, l’argile se dessèche, le four est éteint, les neuf employés ne viennent plus. La dernière commande destinée à une cliente de France qui a annulé son séjour à cause de la fermeture des frontières prend la poussière dans un recoin.

-Illustration- Le potier marocain Houda Oumal et sa mère Fatima Harama de la tribu M’tioua travaillent sur de la poterie près du village d’Ourtzagh dans la région de Taounate le 11 juin 2019. Photo par FADEL SENNA / AFP via Getty Images.

« On avait déjà du mal à survivre parce que les modes de vie ont changé, les métiers traditionnels se perdent parce que les jeunes ne veulent pas prendre la relève et là c’est le coup de grâce », renchérit Mohamed Touel, maître artisan de gebs – plâtre sculpté utilisé pour la décoration.

-Illustration-Le 11 décembre 2018 des bols et des assiettes sont exposés dans une boutique de poterie de la place Jemaa el-Fnaa dans le quartier de la médina de Marrakech. Photo de FETHI BELAID / AFP via Getty Images.

Les touristes étrangers ont disparu

Ce sexagénaire entreprenant a adjoint un petit restaurant à son échoppe mais a dû baisser le rideau à cause de l’état d’urgence sanitaire instauré depuis mi-mars.

Les touristes étrangers ont disparu, le confinement obligatoire a paralysé la vie économique et la clientèle locale, engluée dans la crise, « a d’autres priorités que d’acheter des tapis », se désole Ahmed Driouch dans son grand magasin encombré de lampes en cuivre, céramiques, poignards, bijoux, coffres en marqueterie et tapis.

« Touché à 200% par l’impact du virus », ce commerçant pense qu’il lui faudra « au moins deux ou trois ans pour retrouver une activité normale ».

-Un marchand marocain de tapis nettoie un tapis dans un magasin de la ville de Sale, au nord de la capitale Rabat, le 3 juin 2020. Les artisans marocains sont privés de revenus depuis près de trois mois. Photo par FADEL SENNA / AFP via Getty Images.

A l’étage du magasin, quelques employés dépoussièrent un par un les quelque 10.000 tapis artisanaux en stock. « Il faut tout nettoyer même si, pour l’instant, personne ne vient », regrette l’un d’eux.

Secteur qui emploie plus de 2 millions de personnes

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat Nadia Fettah a récemment évoqué des pistes de relance, comme la création d’espaces d’exposition dans les grandes surfaces, pour ce secteur qui emploie plus de 2 millions de personnes – soit 20% de la population active-, dont environ 230.000 artisans traditionnels. L’artisanat représente environ 7% du PIB, avec un chiffre d’affaires à l’export de près d’1 milliard de dirhams l’an dernier (91 millions d’euros).

Malgré leur poids économique, les artisans travaillent dans des conditions précaires, sans couverture sociale, avec un réseau de distribution limité aux ventes occasionnelles et au bouche à oreille, comme tous les petits métiers au Maghreb.

-Les tisserands de tapis marocains créent dans un atelier de la ville de Sale, au nord de la capitale Rabat, le 3 juin 2020. Les artisans marocains sont privés de revenus depuis près de trois mois. Photo par FADEL SENNA / AFP via Getty Images.

La trentaine de femmes qui tissent des tapis pour la petite coopérative de « La femme créatrice » de Salé ont toutes perdu leurs maigres revenus.

Travaillent huit heures par jour pour moins de cent euros par mois

Les tisseuses travaillent huit heures par jour pour moins de cent euros par mois « quand les tapis se vendent » et elles « n’ont plus rien car il n’y pas eu une seule vente en trois mois », explique avec amertume Rachida Nabati.

Cette quadragénaire énergique qui travaille depuis l’âge de 7 ans a « dû emprunter de l’argent à des connaissances », malgré l’appoint du potager qui jouxte sa bicoque misérable. Dans la coopérative, quelques-unes ont bénéficié des aides directes débloquées par l’Etat sur un fonds spécial « Covid-19 », d’autres « n’ont rien eu et ne parviennent plus à payer leur loyer ». 

« Il faudrait vendre sur internet, mais on ne sait pas faire », regrette cette mère de famille qui a appris seule à lire et à écrire. « Une plateforme numérique a été lancée pour les artisans il y a quelques années, mais ça ne marche pas », abonde le maître plâtrier Mohamed Touel.

En Tunisie, où la crise du nouveau coronavirus a plongé les petits artisans dans la même détresse, l’Office national de l’artisanat (ONAT) travaille sur une plate-forme électronique pour ouvrir des débouchés en Europe en fin d’année et compte multiplier les petites expositions dans les hôtels.

L’ONAT encourage aussi les artisans à lancer des pages Facebook ou des sites électroniques. Mais les finances de Sabiha, une potière de Sejnane (nord) dont le savoir-faire est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, sont « en dessous de zéro » et « elle n’arrive même pas à charger son téléphone portable ».

 

RECOMMANDÉ