Coronavirus : Olivier Véran envisage de fermer les bars si l’épidémie repart

Par Emmanuelle Bourdy
1 août 2020
Mis à jour: 1 août 2020

L’épidémie de coronavirus est en train de regagner du terrain. Le ministre de la Santé Olivier Véran n’hésitera pas à fermer les bars de nouveau. Il précise que cela « fait partie des possibilités ».

Les propriétaires des bars n’ont pas le cœur à la fête. En effet, avec la reprise de l’épidémie de coronavirus en France, les lieux de rassemblements publics, et notamment les bars seront les premiers impactés.

Ainsi que le rapporte Le Parisien, « on voit, depuis quelques jours, le nombre de cas positifs remonter nettement alors qu’il baissait depuis treize semaines. Il atteint aujourd’hui le même niveau quotidien qu’à la levée du confinement », fait remarquer le ministre de la Santé. Il précise encore que le fermeture des bars fait donc partie « des possibilités », il n’hésitera pas à « aller jusqu’à limiter l’ouverture des établissements si c’est nécessaire ».

Il relate toujours au Parisien que « le taux d’asymptomatiques » est « extrêmement élevé » et que «  les patients sont jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague », ajoutant que « c’est le cas particulièrement en Île-de-France où l’on voit arriver des jeunes qui ont été infectés sans qu’on sache comment ». Il explique : « Sans doute que les personnes vulnérables et âgées ont conservé un niveau de prudence élevé alors que les jeunes, eux, font moins attention. C’est ce que l’on constate notamment lors des rassemblements festifs et surtout familiaux à l’origine de clusters. »

Olivier Véran renchérit : « De plus, on a fortement augmenté le nombre de tests réalisés. Après le 11 mai, on en faisait un peu plus de 200 000 par semaine, désormais, je suis en mesure de vous dire qu’on approche des 500 000 tests par semaine avec un taux de positifs de l’ordre de 1 à 1,5 %. » « Comme on teste plus, on trouve plus de malades », admet-il.

« J’en appelle donc à la jeunesse pour qu’elle soit vigilante », signifie-t-il.

Il préconise bien entendu de « continuer à appliquer les gestes barrières, respecter les distances sociales, porter un masque et se faire dépister en cas de doute ». Tout ceux qui le souhaitent pourront bénéficier « d’un test PCR entièrement remboursé, sans avoir besoin d’une ordonnance et sans avoir à se justifier de la démarche ou présenter des symptômes », confirme-t-il.

Le saviez-vous  ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ