Coronavirus – «On est au combat sans protection» : la colère du président de la Fédération des médecins

Par Nathalie Dieul
21 mars 2020
Mis à jour: 21 mars 2020

Diagnostiqué atteint du coronavirus du Parti communiste chinois*, Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, estime que le manque de matériel dont devraient disposer les professionnels de la santé constitue « une faute grave » dont « les responsables devront rendre des comptes ».

« Nous les médecins, on n’est pas de la chair à canon! », fulmine le médecin généraliste, en entrevue au Parisien.

« Les professionnels de santé sont en première ligne, et pourtant il leur manque des masques. Les stocks sont totalement insuffisants ou alors la distribution est nulle », explique-t-il.

Un exemple ? la pharmacie qui fournit son cabinet a reçu 100 masques, mais ce sont de simples masques chirurgicaux et non des masques équipés de système de filtration, de type FFP2. « Il faut le dire, ce sont des passoires ! », commente le Dr Hamon.

Le médecin a probablement été contaminé il y a une semaine lors d’une visite à domicile à un patient diabétique. Ce jour-là, il disposait bien d’un « masque périmé de 2005 » dans son sac, mais ne l’avait pas enfilé. « Quand j’ai vu mon patient, j’ai mis son état sur le compte de l’insuline », raconte-t-il en entrevue au Quotidien du médecin.

Le Dr Jean-Paul Hamon ne comprend pas qu’on n’ait pas renouvelé le stock de masques. « En 2008 et jusqu’en 2012, on avait un milliard de masques en stock et 700 millions de FFP2. Or, ces stocks n’ont pas été renouvelés », a-t-il déclaré au micro d’Europe 1.

Une simple question de financement, puisque d’après le médecin, Xavier Bertrand avait prévu le renouvellement de ces masques dans le plan de financement de la sécurité sociale, au coût de 15 millions d’euros. « En 2013, un minable comptable [a] voulu gratter 15 millions dans le budget de la sécurité sociale », et il a supprimé ce poste budgétaire.

« C’est une faute grave, et je pense qu’il faudra certainement une commission d’enquête pour éclaircir la chose », assure le président de la Fédération des médecins de France.

« On en paye les conséquences aujourd’hui, c’est un pur scandale », ajoute le Dr Hamon à France Bleu. « Les soignants sont à poil face aux malades. On est au combat sans matériel de protection. »

Quant à son état de santé, le professionnel explique en date de vendredi que la fatigue ne disparaît pas et qu’il a encore un peu de fièvre.

Il rappelle l’importance du confinement, qui est la seule manière, selon lui, d’enrayer l’épidémie.

* Epoch Times fait référence au nouveau coronavirus causant la maladie du COVID-19 comme étant le virus du Parti communiste chinois (PCC). Le premier cas ayant contracté ce virus est apparu à Wuhan en décembre 2019. À la suite de cette découverte, la Commission de la santé de la Ville a formellement interdit de rendre l’information publique, sous peine d’être sévèrement puni, ce qui a eu pour conséquence d’entraîner la pandémie mondiale (voir l’article d’Epoch Times du 19 mars 2020).

RECOMMANDÉ