Alors que le coronavirus fait rage, le régime chinois encourage ses efforts de confinement comme un modèle à suivre pour les autres pays

Par Nicole Hao
12 mars 2020
Mis à jour: 12 mars 2020

Les infections relatives au COVID-19 ayant explosé dans les pays étrangers, le régime chinois a récemment intensifié sa propagande en présentant ses mesures d’endiguement comme un modèle à suivre.

Le 11 mars, les autorités chinoises ont envoyé une équipe médicale de sept membres en Italie, où l’épidémie est la plus grave en dehors de la Chine. C’est la première équipe que Pékin a envoyée à l’étranger depuis qu’elle s’est autoproclamée le sauveur du monde.

Le groupe comprenait des médecins et des experts des universités chinoises, de la Croix-Rouge chinoise et du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Plus de dix médias publics chinois ont ensuite mis en avant les commentaires de Maurizio Massari, représentant permanent de l’Italie auprès de l’Union européenne, sur l’aide apportée par la Chine.

Depuis la fin février, le régime chinois a commencé à répandre l’idée que sa réponse à l’épidémie a permis de contenir le virus avec succès.

L’ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, a publié un article d’opinion dans l’USA Today du 28 février, dans lequel il déclare : « En tant que pays responsable, la Chine a également érigé une grande muraille de prévention des maladies pour le monde. »

L’ambassade de Chine en France, dans un article publié le 2 mars sur son site web, a loué le régime chinois pour avoir pris des mesures visant à protéger du virus la « communauté du destin commun de l’humanité« . L’expression est couramment utilisée par Pékin pour promouvoir ses ambitions géopolitiques, telles que les projets de l’Initiative pour la ceinture et la route.

L’article a également fait l’éloge du dirigeant chinois Xi Jinping pour avoir partagé des informations sur les mesures de prévention de la Chine avec les dirigeants de plus de 10 pays.

Bien que les médias d’État chinois affirment que l’épidémie en Chine est sous contrôle, les internautes chinois ont demandé de l’aide en ligne, affirmant que la situation à Wuhan, ainsi que dans les grandes villes chinoises telles que Pékin et Shanghai, est toujours grave.

En attendant, certaines autorités locales chinoises n’ont pas encore levé leurs mesures de quarantaine, comme la fermeture des quartiers résidentiels, la mise en quarantaine de tous les individus suspectés d’infection et la fermeture des espaces publics tels que les restaurants, les marchés et les lieux de divertissement.

Wuhan

Les habitants disent que beaucoup sont encore malades.

Avant la visite de Xi à Wuhan le 10 mars, les autorités de Wuhan ont fermé les 14 hôpitaux de fortune qui avaient été mis en place pour traiter les patients présentant des symptômes légers ou modérés, en disant qu’avec moins de patients, les installations n’étaient plus nécessaires.

L’épouse d’un médecin de Wuhan a déclaré dans une interview à la filiale d’Epoch Times NTD que certains patients qui avaient été libérés des hôpitaux locaux ne s’étaient pas vraiment rétablis, et avaient ensuite transmis le virus à leurs voisins du district de Hanyang.

Le 11 mars, un habitant de Wuhan a publié une vidéo en ligne, disant que les ambulances avaient envoyé des patients souffrant d’insuffisance cardiaque à l’hôpital de Wuhan. Cependant, ils n’ont pas pu être traités à l’hôpital car les 108 lits des urgences étaient occupés.

Le 2 février, le Wuhan Asian Heart Hospital est devenu l’un des hôpitaux désignés de la ville pour traiter les patients atteints de coronavirus, tout en continuant à recevoir les patients souffrant de maladies cardiaques, selon la commission provinciale de la santé du Hubei.

L’internaute a déclaré que l’hôpital avait récemment modifié ses critères de diagnostic du coronavirus, par le biais d’un test sanguin, ce qui a entraîné un afflux important de patients.

L’analyse sanguine est une méthode nouvellement développée. Zhong Nanshan, le meilleur expert chinois en matière de coronavirus, a déclaré le 27 février qu’un patient infecté par le virus aura un anticorps spécifique dans le sang.

À la mi-février, les autorités chinoises ont changé les critères de la scanographie pour les tests d’acide nucléique, ce qui a entraîné une fluctuation et une incohérence des données officielles.

« La Chine sauve le monde »

Alors que les médias d’État se concentraient sur les épidémies dans les pays étrangers, les autorités ont commencé à restreindre l’entrée des étrangers. Le 11 mars, la Ville de Pékin a annoncé lors d’une conférence de presse quotidienne que les voyageurs arrivant à Pékin en provenance de tout pays étranger doivent être placés en quarantaine pendant 14 jours.

He Qinglian, un éminent auteur et économiste chinois, a déclaré sur Twitter le 1er mars que les efforts de propagande du régime chinois peuvent être classés en quatre étapes : tirer des histoires positives de la crise, promouvoir une théorie de conspiration selon laquelle le virus venait des États-Unis, promouvoir un récit selon lequel « la Chine a encore gagné » et diffuser le message selon lequel « la Chine sauve le monde ».

Au moment où ce post était publié, Pékin faisait la promotion du récit selon lequel « la Chine a encore gagné ».

Peu après, les autorités chinoises, par le biais des médias et des efforts diplomatiques, semblent avoir entamé la phase finale. Dans le cadre de la « communauté du destin humain », le régime chinois a affirmé qu’il utiliserait ses « expériences réussies » pour aider le monde à contrôler et à prévenir la propagation de l’épidémie.

RECOMMANDÉ