Enquête aux Etats-Unis après la mort suspecte d’un médecin vacciné contre le Covid-19

Par Suzanne Durand
11 janvier 2021
Mis à jour: 12 janvier 2021

De petites taches seraient apparues sur les pieds et les mains du docteur, trois jours après s’être fait vacciner.

D’après CBSMiami/CNN, la cause du décès du professionnel de santé fait toujours l’objet d’investigations. Le laboratoire Pfizer et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont également été avisés.

« Pfizer et BioNTech sont au courant de la mort d’un professionnel de santé 16 jours après avoir reçu une première dose du vaccin », explique le laboratoire dans un communiqué, précisant qu’il s’agit d’un cas clinique « hautement inhabituel de thrombopénie sévère, une condition qui diminue la capacité du corps à coaguler le sang et à arrêter les saignements internes ». Il indique également que ce cas fait l’objet d’un examen, « mais nous ne pensons pas, pour l’heure, qu’il y ait un lien direct avec le vaccin ».

Vacciné le 19 décembre, décédé entre le 3 et 4 janvier

Âgé de 56 ans, Gregory Michael était gynécologue obstétricien depuis 12 ans dans ce cabinet privé au Mount Sinai Medical Center en Floride dans le sud-est des États-Unis. Il aurait été vacciné contre le virus chinois vers le 19 décembre. Selon Darren Caprara, le directeur des opérations au bureau du médecin légiste, il serait mort entre le 3 et 4 janvier dernier.

Heidi Neckelmann, la femme du Dr Michael, a fait connaître dans une publication Facebook que son mari était en « très bonne santé » et qu’il avait travaillé constamment pour mettre au monde des centaines de bébés pendant la pandémie du Covid-19, apparue à Wuhan, en Chine, en fin d’année 2019.

Elle souligne que son époux était « pour » la vaccination contre le coronavirus, mais que son décès l’aurait poussée à remettre en question les potentiels effets indésirables. En effet, selon cette même source, de petites taches seraient apparues sur les pieds et les mains de son époux, trois jours après s’être fait vacciner et cela l’a amené aux urgences du Mount Sinai Medical Center (MSMC).

« Conscient et énergique »

« Le CBC qui a été fait à son arrivée a montré que sa numération plaquettaire était de 0 (une numération plaquettaire normale varie de 150 000 à 450 000 plaquettes par microlitre de sang.) Il a été admis à l’USI avec un diagnostic de PTI aigu causé par une réaction au COVID », explique Mme Neckelmann sur le réseau social. Il a finalement été admis en soins intensifs où, pendant deux semaines, les médecins ont essayé d’augmenter son taux de plaquettes sanguines sans succès.

Elle précise que le docteur était « conscient et énergique » pendant tout le processus alors qu’il recevait des soins jusqu’à environ deux jours avant sa « chirurgie de dernier recours », mais finalement quelques jours avant une opération, « il a eu un accident vasculaire cérébral hémorragique causé par le manque de plaquettes qui lui a coûté la vie en quelques minutes ».

Le directeur des communications du département, Jason Mahon, a déclaré dans un communiqué à USA Today : « Les CDC et la FDA sont responsables de l’examen des données sur la sécurité des vaccins COVID-19 et de la présentation de ces informations pour les recommandations fédérales sur l’administration des vaccins ».

Le vaccin ARNm – qui est fabriqué par Pfizer, Inc et BioNTech – est administré en deux injections et à 21 jours d’intervalle, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Le décès du Dr Michael fait également l’objet d’une enquête du Département de la Santé de Floride.

Nouvel Horizon – Accord UE-Chine : Pékin impose sa loi

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ