Corrèze : Brigitte Bardot prend la défense du sanglier Maurice, qui pourrait être euthanasié sur décision de la justice

Par Nathalie Dieul
17 juin 2020
Mis à jour: 17 juin 2020

Le sanglier Maurice, qui coule des jours paisibles dans son grand parc chez la famille qui l’a recueilli bébé, vient de recevoir un appui de taille de la part de Brigitte Bardot. Cela suffira-t-il à assurer la survie de l’animal, qui risque l’euthanasie sur décision de justice ?

Dans une lettre ouverte au préfet de la Corrèze, la célèbre défenseuse des droits des animaux prend la défense de Maurice. Le sanglier a été sauvé en 2014 par Sylvia Bachellerie et son conjoint, qui habitent dans la commune du Jardin, alors qu’il n’était qu’un tout petit marcassin, « orphelin et en danger ».

Six ans plus tard, le bébé est devenu un adulte et vit dans un grand parc situé sur la propriété de 14 hectares du couple qui le considère comme son animal de compagnie. Il n’est jamais sorti de son enclos et n’a jamais blessé personne. Pourtant, à cause d’une dénonciation, les jours de Maurice sont comptés, à moins de recevoir une dérogation spéciale.

« Contre toute attente, cette demande a été rejetée par vos services aux motifs qu’il s’agit d’une détention impossible en raison de l’origine illégale du sanglier », s’inquiète la présidente de la fondation éponyme, s’adressant au préfet.

Le rendez-vous devant le délégué du procureur de la République du tribunal judiciaire de Tulle, qui était prévu pour le 20 mai, a été ajourné pour cause de coronavirus. Cependant, pour le sanglier, il ne s’agit que d’un sursis supplémentaire. Il risque d’être condamné à l’euthanasie.

« Les conditions de détention (enclos fermé et électrisé) mises en place répondent à des normes de sécurité et de bien-être pour l’animal », précise Mme Bardot dans sa lettre au préfet, lui demandant d’examiner à nouveau la demande d’autorisation de détention, « pour la survie de l’animal ».

Brigitte Bardot insiste sur le fait que sa fondation « n’a pas pour objectif de cautionner la détention d’animaux sauvages par des particuliers ». Cependant, dans ce cas précis, « il est trop tard pour réhabiliter cet animal dans la nature ».

La pétition adressée à la préfecture de la Corrèze, mise en place par Sylvia Bachellerie, a été signée par plus de 112 000 personnes. L’appui de Brigitte Bardot s’ajoute à toutes ces voix.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ