Côtes-d’Armor : Barthélémy, porteur de trisomie 21, s’apprête à réaliser son rêve de lancer son entreprise de céramique

Par Nathalie Dieul
1 janvier 2021
Mis à jour: 1 janvier 2021

Barthélémy Mercier a 19 ans et bien des rêves, comme tout jeune de son âge. Il est aussi porteur de trisomie 21, mais pour lui cela signifie « un truc en plus », plutôt qu’un handicap qui l’empêcherait d’atteindre ses objectifs.

Le jeune artiste breton habite à Plourivo dans les Côtes-d’Armor. Il a essayé différents métiers d’art – vitrail, soufflage de verre, reliure d’art, vannerie etc. – avant de se passionner pour la céramique, rapporte La Presse d’Armor.

« Je suis passionné par les jeux que j’aime à décliner dans une palette de couleurs. C’est ma signature », précise Barthélémy.

Doué de patience et d’une grande méticulosité, Barthélémy est maintenant prêt à passer à une autre étape. Il veut créer son entreprise et pour cela, il a besoin d’avoir son propre atelier.

« Ici je travaille sur la table de la cuisine, mes créations sont posées sur celle du salon et maman passe toujours l’aspirateur, ou alors il faut de la place pour faire une tarte aux pommes, comme pour ce soir, avec l’anniversaire de mon papou », raconte-t-il au Télégramme.

Le jeune céramiste a travaillé pendant quatre ans sous la direction de Nathalie Guern, qui est devenue son mentor. Après le décès soudain de cette dernière, Barthélémy était dévasté. Mais lorsqu’il s’est demandé ce qu’elle aurait voulu qu’il fasse, il s’est vite repris.

« Ce qui m’intéresse dans la vie, c’est de créer des objets en mosaïque. J’aime jouer avec les couleurs et les contrastes, et puis je suis fan du cercle chromatique que j’ai redessiné plein de fois avec des crayons de couleurs, de la peinture, de l’aquarelle », explique l’artiste sur son site Internet.

Les créations du jeune homme sont toutes très colorées et entièrement made in France. La matière première vient d’une entreprise du Val de Loire qui fournit des matériaux de qualité. Les boîtes en bois sont fabriquées dans une boissellerie artisanale du Jura.

Il décore ainsi des plateaux « pour le goûter ou l’apéro », des horloges, des plaques personnalisées avec des prénoms ou bien le numéro de votre maison. Et comme il aime beaucoup les jeux de société, il en fabrique également.

« Pour réaliser une barre avec un prénom, je pose d’abord les lettres puis je fais sécher, ensuite je pose les tesselles de mosaïques sur le contour. Je dois de nouveau attendre que ça sèche puis je place le joint », explique Barthélémy à Ouest-France.

Afin de commercialiser sa production, le jeune Breton est en train de créer une structure professionnelle, avec l’aide de sa famille. Pour cela, ils ont mis en place une cagnotte sur leetchi, destinée à couvrir les frais d’installation de l’atelier d’environ 15 m².

L’objectif de 5 000 euros a déjà été dépassé – il atteignait 5 800 euros au moment d’écrire ces lignes – ce qui veut dire que Barthélémy devrait pouvoir concrétiser ses rêves dès les début de l’année 2021.

L’atelier, situé près du domicile de ses parents, va lui permettre d’adopter un rythme de travail. « Il devra se lever chaque matin pour aller au boulot », plaisante le père du jeune céramiste.

Focus sur la Chine – Un mystérieux smog


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ