Côtes-d’Armor : il exige le démontage d’un monument catholique édifié il y a plus de 70 ans et obtient gain de cause

Par Séraphin Parmentier
20 novembre 2020
Mis à jour: 20 novembre 2020

Le tribunal administratif de Rennes a fait droit à une demande adressée par un habitant de Plorec-sur-Arguenon au nom de la Fédération départementale de la Libre Pensée.

Il y a quelques mois, un Plorecois a intenté une action en justice pour demander le retrait d’un calvaire récemment restauré par des bénévoles de l’association pour la conservation du patrimoine religieux de Plorec-sur-Arguenon, village de plus de 400 habitants situé près de Dinan.

Le recours judiciaire engagé au nom de la Fédération de la Libre Pensée des Côtes-d’Armor – un courant qui promeut les principes scientifiques et le laïcisme –, s’est notamment appuyée sur la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 qui « interdit d’élever des signes ou emblèmes religieux sur les emplacements publics ».

Édifié en 1946 au carrefour des routes départementales 60 et 89, le calvaire – constitué d’un socle en pierre et d’une croix de bois monumentale – appartient au département des Côtes-d’Armor.

Lors de la rénovation du calvaire par l’association pour la conservation du patrimoine religieux de Plorec-sur-Arguenon, deux petites croix avaient été ajoutées de chaque côté du monument et un petit jardin clôturé avait également été aménagé, rapportent nos confrères du Petit Bleu des Côtes-d’Armor.

Le tribunal administratif donne raison au plaignant

Le mercredi 18 novembre, le tribunal administratif de Rennes a fait droit à la demande de la Fédération de la Libre Pensée costarmoricaine et a ordonné au département des Côtes-d’Armor de démonter le calvaire en question.

« Le département ne pouvait légalement autoriser ou accepter, en 1946 comme en 2018, l’installation de croix sur une de ses propriétés », a souligné le tribunal.

Le département des Côtes-d’Armor doit désormais retirer les croix du calvaire d’ici le 5 février 2021. Il a également été condamné à verser 500 euros à la Fédération départementale  de la Libre Pensée au titre des frais de justice engagés.

FOCUS SUR LA CHINE – Trump continue de lutter contre la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ