Un couac de Santé publique France pose question sur les chiffres réels du coronavirus

Par Léonard Plantain
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

Vendredi 18 septembre, les chiffres de la mortalité du coronavirus ont subitement bondi en France. Cependant, ces résultats étaient en réalité faussés par le bilan non comptabilisé d’un hôpital francilien depuis plusieurs semaines, dont les chiffres ont été rajoutés à ceux d’aujourd’hui.

Alors que de nombreuses villes françaises redoublent de mesures pour contrer la propagation du coronavirus, notamment en se basant sur les chiffres officiels, vendredi, le nombre de décès et d’hospitalisations en 24 heures affiché par Santé publique France était faussé. Un rattrapage de données qui sème le trouble sur l’authenticité des informations quotidiennes de l’épidémie.

Dans le détail, un bilan de 123 morts supplémentaires en 24 heures a été officialisé, alors que 50 décès étaient à déplorer la veille. On comptait également 403 nouvelles hospitalisations, contre 247 jeudi, rapporte Le Figaro. Des annonces plus qu’alarmantes, qui ne sont finalement pas représentatives de la réalité.

Néanmoins, l’information a été relevée sur le site de Géodes, l’observatoire cartographique dynamique permettant d’accéder aux principaux indicateurs de santé, qui a indiqué : « Un établissement hospitalier de l’Essonne (91) a transmis ce jour (18/09/2020) près de 240 dossiers concernant des patients hospitalisés au cours des derniers mois. De ce fait, les indicateurs hospitaliers du 18 septembre 2020, présentés par date de déclaration, présentent une augmentation soudaine dans ce département. Cet impact est également visible à un niveau régional (région Île-de-France) et national. Cette augmentation du nombre de personnes hospitalisées, déclarées le 18 septembre par cet établissement, ne reflète pas des nouvelles hospitalisations mais des nouvelles déclarations. »

D’après le ministère de la Santé, il s’agit d’un « rattrapage de données concernant 237 dossiers d’admissions dont 76 décès, qui ont été enregistrés jusqu’à la 29e semaine de l’année », soit la semaine du 19 juillet. En soustrayant cet ajout aux vraies victimes, on obtient donc 47 décès supplémentaires, ce qui semble beaucoup plus réaliste.

Mais un problème demeure : comment faire confiance aux chiffres officiels pour prendre des mesures adéquates lorsque ceux-ci sont susceptibles d’être faussés par des chiffres antérieurs ?

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du Premier ministre canadien surveillée par Pékin



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ