Coup de filet anti stupéfiants en Seine-Maritime : la maire de Canteleu placée en garde à vue

Par Epoch Times avec AFP
8 octobre 2021
Mis à jour: 8 octobre 2021

Un coup de filet dans une affaire de stupéfiants a conduit ce vendredi matin à l’interpellation de onze personnes en région parisienne et à Rouen, dont la maire socialiste de Canteleu en Seine-Maritime.

Le procureur de la République de Rouen, Frédéric Teillet, a confirmé cette vague d’interpellations, précisant que « cette opération s’est déroulée sur commission rogatoire d’un magistrat instructeur du tribunal judiciaire de Bobigny », en Seine-Saint-Denis.

Placée en garde à vue

Dans le cadre d’une vaste opération menée notamment par des policiers du RAID, la maire de Canteleu Mélanie Boulanger a été interpellée avec dix autres personnes. L’élue a été placée en garde à vue dans le cadre d’une enquête menée pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, selon une source policière.

Âgée de 44 ans, Mme Boulanger qui a été à la tête de la liste Parti socialiste- Europe Écologie Les Verts (PS-EELV) aux dernières élections régionales, est maire de Canteleu depuis 2014. Elle est également vice-présidente de la métropole Rouen Normandie en charge de la jeunesse, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Des « armes à feu et 375.000 euros »

Dans un communiqué en soirée, le procureur de la République de Bobigny Éric Mathais a précisé que 19 personnes au total ont été interpellées, quinze en Seine-Maritime et quatre en Seine-Saint-Denis.

Le procureur de Bobigny n’a pas confirmé ni démenti l’interpellation de Mélanie Boulanger, mais précise que des perquisitions réalisées vendredi « ont permis de saisir 15 kg d’héroïne, 25 kg de produit de coupe, des armes à feu et la somme de 375.000 euros ».

Une source proche du dossier a évoqué des « armes de guerre », des mini pistolets mitrailleurs Uzi.

Les interpellations ont été réalisées par le service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93), saisi des investigations, ainsi que par la service de sûreté départementale de la DDSP de Seine-Maritime, selon Éric Mathais.

Le procureur souligne que « les gardes à vue toujours en cours et pouvant aller jusqu’à 96 heures, sont susceptibles d’être prolongées ». « Le juge d’instruction décidera à l’issue des suites à donner pour chaque personne », a rappelé Éric Mathais.

 

 


Rejoignez Epoch Times sur Télégram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ