Une coupure d’électricité illégale touche la clinique d’Agen pendant une opération chirurgicale

Par Epoch Times
25 décembre 2019
Mis à jour: 25 décembre 2019

Samedi 21 décembre, une coupure d’électricité illégale a plongé le stade Armandie d’Agen dans le noir, pendant un match de rugby du Top 14 entre Castres et Lyon. Cependant, d’après La Dépêche du Midi, cette coupure a également touché la clinique de la ville pendant une opération chirurgicale délicate.

Philippe Fiatte, un chirurgien de la clinique Esquirol-Saint-Hilaire, a déclaré que « cette coupure a eu lieu alors qu’un de mes confrères était en train d’opérer. Il était en train de réaliser une opération de chirurgie vasculaire majeure. Même si l’interruption de l’électricité n’a duré qu’une dizaine de secondes avant que le groupe électrogène du bloc opératoire prenne le relais, cela aurait pu avoir des conséquences graves ».

Dernièrement, le gestionnaire du réseau de distribution Enedis condamne plusieurs « actes de malveillance » depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites. Et à la suite de la coupure revendiquée samedi par le syndicat CGT Energies 47 (sur le groupe Facebook FNME CGT Aquitaine), Enedis a annoncé sa décision de porter plainte.

Lionel Combes, le directeur de la clinique, a déclaré : « Après avoir eu l’assurance que la coupure qui a touché notre clinique était bien en lien avec l’acte de malveillance de samedi soir, je me réserve le droit de porter plainte. Je souhaite toutefois m’entretenir avec Enedis 47 avant de décider ou non de porter plainte. »

Il a également expliqué que la coupure a mis les alarmes en défaut et a bloqué plusieurs portes au niveau des blocs opératoires.

Quant à Alain Veyret, le chirurgien qui était en train d’opérer pendant la coupure (et également ancien maire d’Agen), celui-ci se veut plus rassurant : « Je n’ai pas eu de problèmes lors de mon intervention. Cela a coupé et une trentaine de secondes après, cela s’est rallumé, le temps de latence de la mise en route du groupe électrogène. Personnellement, je ne porterai pas plainte. Il n’y a pas eu d’impact sur mon travail. Si le directeur décide de porter plainte, c’est autre chose. »

Heureusement pour cette fois, il n’y a pas eu de problèmes. Cependant, cela aurait en effet pu avoir des conséquences graves.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ