La Cour européenne juge que la vaccination obligatoire des enfants ne viole pas les droits de l’homme

Par Lily Zhou
11 avril 2021
Mis à jour: 11 avril 2021

Le 8 avril, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que la vaccination obligatoire des enfants en République tchèque ne violait pas la Convention européenne des droits de l’homme et pouvait être considérée comme « nécessaire dans une société démocratique ».

L’arrêt de la Grande Chambre, rendu par un vote de 16 voix contre 1, portait sur six plaintes déposées contre le gouvernement tchèque au sujet de sa politique de vaccination qui impose aux enfants de recevoir deux vaccins – hexavalent et ROR – contre neuf maladies.

L’un des parents a été condamné à une amende pour avoir refusé de faire vacciner ses enfants. Dans les autres cas, les enfants avaient été refusés dans des écoles maternelles parce qu’ils n’avaient pas reçu l’un ou les deux vaccins obligatoires pour diverses raisons.

La Cour a déclaré qu’elle reconnaissait que la vaccination obligatoire représentait « une ingérence dans l’intégrité physique » et qu’elle relevait donc de l’article 8 (droit au respect de la vie privée) de la convention des droits de l’homme.

Mais la politique tchèque, selon la CEDH, « poursuit les objectifs légitimes de protection de la santé ainsi que des droits d’autrui » et est dans l’intérêt supérieur des enfants.

La CEDH a également déclaré qu’il existait « une large marge d’appréciation » pour cette politique et que la sanction pour violation des règles était proportionnée.

« L’amende infligée à M. Vavřička n’était pas excessive », a déclaré la CEDH, en faisant référence à Pavel Vavřička, le parent condamné à une amende pour ne pas avoir fait vacciner ses enfants.

Pour les enfants non acceptés dans les écoles maternelles, la CEDH a déclaré que cela signifiait effectivement « la perte d’une occasion importante de développer leur personnalité », mais l’impact était limité puisque leur éducation primaire n’avait pas été affectée.

« La Cour a également déclaré, à la majorité, que les griefs tirés de l’article 9 (liberté de pensée et de conscience) de la Convention étaient irrecevables et qu’il n’y avait pas lieu d’examiner séparément l’affaire sous l’angle de l’article 2 du Protocole n° 1 (droit à l’instruction) à la Convention », a déclaré la CEDH dans un communiqué.

Selon le tabloïd tchèque Blesk, le bureau du plénipotentiaire du gouvernement tchèque a déclaré que cet arrêt « envoyait un message au monde entier ».

« En plus des droits fondamentaux, une personne a également des devoirs et des responsabilités de base envers les autres », a déclaré le bureau, ajoutant que le jugement « soulignait l’importance de la solidarité sociale dans la société. »

Zuzana Candigliota, une avocate qui a représenté les parents, a déclaré que le verdict est « décevant ».

« Pour nous, le verdict est, bien sûr, décevant, car l’idéologie de la vaccination non critique a prévalu avant une évaluation approfondie de l’adéquation de l’application d’une intrusion potentiellement risquée dans l’intégrité corporelle, à savoir la vaccination », a déclaré Mme Candigliota.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ