Un courriel confidentiel déclassifié révèle la conversation entre Barack Obama et James Comey au sujet de Michael Flynn

Par Ivan Pentchoukov
20 mai 2020
Mis à jour: 20 mai 2020

Le directeur du FBI de l’époque, James Comey, et le président Barack Obama ont discuté des appels interceptés entre le conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et l’ambassadeur russe lors d’une réunion à la Maison-Blanche le 5 janvier 2017, selon un email nouvellement déclassifié rédigé par l’une des personnes présentes à la réunion, la conseillère à la sécurité nationale Susan Rice.

Le courriel de Mme Rice avait déjà été divulgué, mais une partie de la conversation concernant M. Flynn était restée censurée jusqu’au 19 mai. Le bureau du directeur du renseignement national a approuvé la déclassification après une demande du sénateur Ron Johnson (Républicain-Wisconsin).

Les parties précédemment publiques du courriel, que Mme Rice s’est envoyé à elle-même après la réunion, montrent que M. Obama a conseillé aux hauts fonctionnaires présents d’être « attentifs à vérifier s’il y a une raison pour laquelle nous ne pouvons pas partager pleinement les informations concernant la Russie ».

La partie nouvellement déclassifiée du courriel montre que James Comey a répondu à cette instruction en soulignant qu’il était préoccupé par la fréquence des communications entre Michael Flynn et l’ambassadeur russe Sergey Kislyak.

20-01-2017_Email de Susan… par Ivan Pentchoukov sur Scribd

« Du point de vue de la sécurité nationale, M. Comey a déclaré qu’il s’inquiétait du fait que le futur membre de la National Security Agency (NSA) Michael Flynn parle fréquemment avec l’ambassadeur russe Kislyak. M. Comey a déclaré que cela pourrait être un problème dans la mesure où cela se rapporte à un partage d’informations sensibles. Le président Obama a demandé si M. Comey voulait dire que le NSC ne devait pas transmettre à M. Flynn des informations sensibles concernant la Russie. James Comey a répondu : ‘Potentiellement.’ Il a ajouté qu’il n’a aucune indication jusqu’à présent que M. Flynn ait transmis des informations classifiées à Kislyak, mais il a noté que ‘le niveau de communication est inhabituel », a écrit Mme Rice.

L’effort apparent pour limiter ce qui peut être partagé avec le nouveau gouvernement suggère que l’administration Obama a peut-être cherché à dissimuler l’existence de l’enquête sur la campagne de Donald Trump au nouveau cabinet Trump. Cet effort est potentiellement problématique, car M. Trump ne faisait pas l’objet d’une enquête à l’époque et le FBI était prêt à clore l’affaire Flynn la veille de la réunion avant que l’échelon supérieur du bureau n’intervienne pour la garder ouverte.

Sally Yates, alors procureur général adjoint, a déclaré à Robert Mueller, alors conseiller spécial, qu’elle avait appris l’existence des appels Flynn-Kislyak par Obama lui-même lors de la même réunion à la Maison-Blanche le 5 janvier. Sally Yates, qui était alors la supérieure de James Comey, a été tellement surprise par ce qu’elle entendait qu’elle a dit avoir eu du mal à le traiter « et à écouter la conversation en même temps ».

Le ministère de la Justice a publié l’interview spéciale de Sally Yates ainsi qu’un lot de documents dans le cadre de sa demande de rejet des charges contre Michael Flynn. Ces documents confirment en grande partie la théorie selon laquelle Michael Flynn a été mis en place par le FBI.

Le juge dans l’affaire Flynn ne s’est pas prononcé sur la motion de rejet des charges et a plutôt nommé un tiers pour plaider contre le rejet.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ