Covid-19 – 21 maires de la Loire demandent l’aide de l’armée : « On doit choisir qui doit vivre ou mourir »

Par Nathalie Dieul
27 octobre 2020
Mis à jour: 27 octobre 2020

21 maires du pays de Gier, dans le sud de la Loire, demandent à l’État d’envoyer une aide similaire à celle apportée à Mulhouse en mars dernier, lors de la première vague du coronavirus de Wuhan. Ils jugent la situation dramatique, alors que l’Agence régionale de santé (ARS) la considèrent « sous contrôle ».

« Nous sommes obligés de faire des choix pour savoir qui doit vivre ou mourir », déclare à France 3 le docteur Kamel Bouchou, à la fois maire de Saint-Paul-en-Jarez et médecin.

Dans un courrier adressé à la préfète de la Loire cité par France Bleu, les maires du pays de Gier demandent à l’État « l’installation de moyens sanitaires militaires pour pallier le manque de personnels soignants ».

La direction de l’hôpital du Gier a confirmé à l’AFP que « le personnel est très sollicité et gagné par la fatigue”.

Hervé Reynaud, président du Syndicat intercommunal du Pays du Gier, explique ce besoin de renforcer les hôpitaux publics par des hôpitaux militaires : « Il est difficile de renforcer nos hôpitaux civils, car c’est beaucoup plus difficile qu’au printemps dernier d’échanger un certain nombre de soignants. »

Selon l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, la situation dans les hôpitaux de la Loire est « tendue », mais reste « sous contrôle ».

« Nous n’en sommes pas à appeler l’armée, car nous faisons face », a confirmé à l’AFP Jean-Yves Grall, le directeur général de de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes.

FOCUS SUR LA CHINE – Institut Confucius : l’influence de Pékin en France et dans le monde



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ