Covid-19 : le nombre de décès en Espagne baisse pour la seconde journée consécutive

Par Zachary Stieber
5 avril 2020
Mis à jour: 6 avril 2020

Le nombre de nouvelles infections et de décès dus au virus du PCC en Espagne semble être en baisse par rapport au pic atteint par le pays, bien que les autorités continuent de maintenir les mesures de confinement en place pour lutter contre la nouvelle maladie.

Le nombre total de décès est passé de 10 935 la veille à 11 744 samedi, a déclaré le ministère espagnol de la santé, ce qui représente une augmentation de 7 % du nombre total de décès après une hausse de 9 % vendredi. C’est moins de la moitié de l’augmentation d’environ 20 % enregistrée il y a une semaine.

Le pays a fait état de 809 décès samedi, après en avoir enregistré 932 vendredi, 949 jeudi et 864 mercredi. Le nombre de nouvelles infections – 7 026 – a également diminué par rapport aux 7 472 vendredi, 8 102 jeudi et 7 719 mercredi.

COUVERTURE SPÉCIALE SUR LE VIRUS DU PCC

Seuls 116 patients sont entrés dans les établissements de soins intensifs pendant la nuit, ce qui représente une nouvelle baisse par rapport aux jours précédents, tandis que plus de 3 700 patients sont sortis des hôpitaux, ce qui porte le nombre total de « guéris » à 34 219.

L’Espagne est en quarantaine et le Premier ministre Pedro Sanchez doit annoncer une nouvelle prolongation des mesures strictes.

Seuls les employés jugés indispensables sont autorisés à se rendre au travail et les restaurants, les bars et de nombreux magasins sont fermés, tandis que les réunions publiques sont interdites.

Un employé de pompes funèbres en tenue de protection complète conduit un corbillard à Ronda dans le cadre du confinement national destiné à empêcher la propagation du virus du PCC, le 3 avril 2020. (Jorge Guerrero/AFP via Getty Images)

Ces mesures sont une tentative pour contrôler la propagation du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé nouveau coronavirus, qui provoque une maladie appelée COVID-19 qui peut s’avérer mortelle pour certains, en particulier les personnes âgées ou celles souffrant de problèmes de santé sous-jacents.

Le taux de mortalité de 9,4 % en Espagne est l’un des plus élevés au monde, le pays n’ayant pas fermé ses frontières aux voyageurs en provenance de Chine, où le virus a fait son apparition l’année dernière. Les hôpitaux de Madrid ont encore du mal à faire face à l’afflux de patients et le système de santé de Catalogne, la région la plus touchée du pays derrière sa capitale, est soumis à un « stress maximum ».

Deux morgues de fortune ont été ouvertes à Madrid pour permettre la manipulation des corps, tandis que le gouvernement séparatiste de Catalogne sollicite l’aide de l’armée espagnole pour faire face à l’augmentation des cas et des hospitalisations.

-Un travailleur de la santé s’occupe d’un patient atteint du COVID-19 à son arrivée à l’hôtel Melia Barcelona Sarria le 2 avril 2020 à Barcelone, car l’hôtel a été transformé en structure médicale pour traiter les cas les moins graves. Photo de PAU BARRENA / AFP via Getty Images.

« Nous avons besoin de mains. Des mains, cela signifie aussi que si les militaires ont des médecins et des infirmières, ils doivent les mettre à notre disposition », a déclaré Alba Verges, haut fonctionnaire de la santé dans la région du nord-est, à la radio de Catalogne.

Les infections en Catalogne sont passées à 24 734 samedi, avec 2 108 patients dans les unités de soins intensifs. Madrid a signalé une augmentation des cas pour atteindre 36.249, dont 1. 498 patients en soins intensifs. Plus de 15 000 patients se sont rétablis à Madrid et plus de 8 600 en Catalogne, bien que les régions aient également de loin le nombre de décès le plus élevé du pays.

Le nombre de morts à Madrid s’élève à 4 723, tandis que les autorités catalanes ont fait état de 2 508 morts.

Dans une conférence de presse vendredi, le ministre de la santé Salvador Illa a déclaré que le premier ministre Sanchez convoquera les dirigeants de l’opposition après une réunion de son groupe de travail sur le virus samedi pour leur faire part de sa décision de prolonger le confinement à partir du 13 avril, date de fin actuelle.

Selon les responsables de la santé, le ralentissement du nombre de nouvelles infections prouve l’efficacité du confinement mis en place.

RECOMMANDÉ