Covid-19 : le traitement utilisé sur Donald Trump par anticorps monoclonaux autorisé en France

Par Sarita Modmesaïb
28 février 2021
Mis à jour: 28 février 2021

La France a autorisé temporairement l’utilisation d’anticorps monoclonaux de synthèse pour le traitement de la Covid 19. 100 000 doses ont été commandées.

C’est le premier anticorps monoclonal anti-Covid disponible en France, a indiqué la Direction générale de la Santé (DGS).

Le pays a accordé une autorisation temporaire d’utilisation pour le traitement par anticorps monoclonal du laboratoire américain Eli Lilly pour les formes symptomatiques légères à modérées de Covid-19 chez les adultes non hospitalisés à risque élevé de formes graves, a déclaré, jeudi 25 février, l’Agence du médicament.

Un traitement similaire avait été administré en novembre dernier à l’ancien président américain, Donald Trump.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a assuré que « la France a commandé des dizaines de milliers de doses qui arriveront à la mi-mars ».

Un public ciblé et des délais de prescription limités

La Direction générale de la Santé détaille dans sa note les modalités de prescriptions, soulignant que « pour garantir un maximum d’efficacité, ce traitement (qui utilise un anticorps appelé bamlanivimab) doit être administré dans un délai maximal de cinq jours après le début des symptômes. L’efficacité de ce traitement sur les variants dits sud-africain et brésilien n’est pas démontrée ».

Ce traitement ne peut être prescrit que par un médecin hospitalier et doit être administré par voie intraveineuse à l’hôpital, est-il aussi précisé.

De son côté, l’ANSM indique que la dose recommandée de bamlanivimab est une perfusion unique de 700 mg par voie intraveineuse administrée sur une durée de 60 minutes.

Ce traitement ciblera prioritairement les patients de plus de 80 ans, les transplantés d’organes comme les greffés du rein, les dialysés, les patients sous chimiothérapie…

Pour Hervé Watier, professeur d’immunologie au CHU de Tours, « c’est le premier médicament réellement efficace, spécifique au virus pour nous aider dans l’arsenal, c’est une vraie lueur d’espoir. C’est le premier médicament qui est sur le marché qui a commencé à être conçu, développé une fois que la pandémie s’était déclarée. Donc, c’est vraiment une grande prouesse que de l’avoir dès à présent », a-t-il déclaré sur France Info, précisant ainsi que « ça va réduire l’hospitalisation ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ