Coronavirus : la ville de Marseille va se doter de son propre conseil scientifique

Par Epoch Times avec AFP
5 octobre 2020
Mis à jour: 6 octobre 2020

La proposition, portée par la deuxième adjointe à la ville Samia Ghali, a été adoptée en conseil municipal le lundi 5 octobre.

La ville de Marseille va se doter de son propre conseil scientifique pour évaluer la situation sanitaire, en particulier sur le front du Covid-19, pour « dire (elle-même) ce qui va et ce qui ne va pas » et ne « plus dépendre de certains scientifiques parisiens ».

La proposition, portée par la deuxième adjointe à la ville Samia Ghali, a été adoptée en conseil municipal le 5 octobre, au moment même où les restaurants de la ville, placée par le gouvernement en zone d’alerte maximale, pouvaient rouvrir après une semaine de fermeture imposée.

« Je pense qu’il est important de créer un conseil scientifique de la ville de Marseille, avec les collectivités, la préfecture, l’IHU (l’Institut hospitalo-universitaire du professeur Didier Raoult), l’AP-HM, l’hôpital privé, les marins-pompiers, voire la CCI, l’éducation nationale… tous ces organismes qui sont au contact de la situation sanitaire au quotidien », a déclaré devant le conseil municipal Mme Ghali.

Un conseil scientifique local

L’objectif ? « Permettre à la maire de Marseille (Michèle Rubirola) d’avoir des discussions sur le Covid et d’autres questions, et faire en sorte que des personnalités marseillaises puissent discuter et faire des propositions plutôt que de laisser faire l’État (…). On a affaire à des gens à Paris (…) qui sont dans leurs bureaux et qui décident (pour) Marseille sans savoir exactement ce qu’il se passe », a-t-elle ensuite ajouté.

« Mme la maire doit présider un conseil scientifique (…) pour voir quelles sont les carences et qu’on ait une vision, et qu’on ne dépende plus de certains scientifiques parisiens, mais qu’on soit aussi nous-mêmes en capacité de dire ce qui va et ce qui ne va pas, pour ne plus subir la foudre de Paris », a-t-elle encore ajouté devant le conseil.

« Cet outil nous sera utile pour le Covid et demain pour gérer au mieux les problèmes de santé publique« , a tweeté l’ancienne candidate à la mairie de Marseille.

La présence de Didier Raoult

Didier Raoult sera-t-il présent au Conseil scientifique ? « C’est sûr qu’il le sera, je ne peux pas imaginer qu’il ne soit pas là« , a souligné Samia Ghali sur BFMTV, précisant que le professeur marseillais est « un grand chercheur » et qu’il « mérite le respect de tous« .

Par ailleurs le président de la région PACA Renaud Muselier a déclaré sur Twitter à « ne pas (reproduire) les erreurs de la première vague« . « Il y a déjà 10 instances nationales et locales, coordonnons les plutôt que d’additionner les strates ! La mise en place du Comité régional de Santé publique serait la solution de lucidité et de bon sens« .

Mme Ghali a répondu dans un tweet : « L’erreur stratégique dans notre territoire, c’est justement de ne pas avoir ce ‘comité’ dont la vocation est d’unir les forces plutôt que de laisser chacun réfléchir dans son coin. Ce qui nous évitera d’ailleurs d’être amenés à poser des recours ».

Déplorant des « décisions incompréhensibles » et une « bataille de chiffres » avec le gouvernement, le premier adjoint Benoît Payan – qui présidait la séance en l’absence de la maire, en convalescence après une opération – a salué la proposition de Samia Ghali : « munis d’un conseil scientifique qui nous permettra de prendre des décisions, on pourra nous-mêmes éclairer ce gouvernement », a-t-il estimé.

 

Focus sur la Chine – La Chine revendique 4 nouvelles inventions qui ne lui appartiennent pas

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ