[Covid] Des scientifiques publient une lettre ouverte pour dénoncer des affirmations erronées et contradictoires du rapport de l’OMS qui discrédite la théorie de la fuite de laboratoire

Par The Daily Caller News Foundation
8 avril 2021
Mis à jour: 8 avril 2021

Un groupe de 24 scientifiques a publié mercredi une lettre ouverte demandant une enquête complète sur les origines du Covid-19, comprenant un examen approfondi de la possibilité que le virus se soit échappé d’un laboratoire de Wuhan, en Chine.

Les scientifiques ont déclaré que le rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur les origines de la pandémie, qui concluait que l’hypothèse de la fuite de laboratoire était extrêmement improbable, « n’a pas respecté les normes les plus fondamentales d’une analyse et d’une évaluation crédibles », notant que le rapport contenait 12 déclarations incorrectes, contestées, contradictoires et imprécises utilisées pour discréditer la théorie.

« Après bien au-delà d’un an de la première apparition de l’épidémie, les dossiers et les échantillons biologiques essentiels qui pourraient fournir des informations essentielles sur les origines de la pandémie restent inaccessibles », indique la lettre. « Cette rétention de ressources clés qui auraient pu et dû être mises à disposition a sapé la crédibilité du travail de l’équipe d’étude conjointe. »

Les scientifiques ont déclaré qu’une nouvelle enquête devrait être organisée en écartant la Chine et tout autre gouvernement du droit de veto sur les scientifiques sélectionnés pour étudier les origines de la pandémie. Le gouvernement chinois disposait d’un tel droit de veto sur l’enquête sur les origines menée récemment par l’OMS.

Ils ajoutent que des procédures d’alerte doivent être mises en place pour que les scientifiques chinois puissent « partager des informations pertinentes sans crainte de représailles ».

Les scientifiques ont dénoncé de nombreux commentaires du Dr Shi Zhengli, principal chercheur chinois sur la problématique du coronavirus en lien avec les chauves-souris, que le rapport de l’OMS a utilisés pour discréditer la théorie de la fuite de laboratoire. Ces commentaires ont été jugés incorrects ou contradictoires par les auteurs de la note.

Le Dr Shi Zhengli est cité dans le rapport comme ayant déclaré que « tous les travaux sur le terrain sont effectués avec un EPI[équipement de protection individuel] complet », ce qui, selon les scientifiques, est en contradiction avec les enregistrements photographiques et vidéo montrant une utilisation limitée de l’EPI par les collègues du Dr Shi au sein du laboratoire de niveau P4.

La lettre (pdf) souligne également que le rapport de l’OMS s’est appuyé sur des déclarations incorrectes et contradictoires que le Dr Shi avait émises concernant une base de données provenant du laboratoire sur les maladies infectieuses de niveau P4 à Wuhan, supprimée en septembre 2019, qui contenait des échantillons d’au moins 16 000 virus qu’il avait étudiés avant la pandémie.

Le rapport de l’OMS indiquait que la base de données supprimée était une feuille de calcul excel, mais les scientifiques ont déclaré qu’il s’agissait en fait d’une base de données MySQL. Le rapport indique également que la base de données a été mise hors ligne après avoir été attaquée par des pirates informatiques. Les scientifiques ont noté que Shi a explicitement déclaré que le piratage s’est produit pendant la pandémie, mais les scientifiques ont noté dans leur lettre ouverte que la base de données a été mise hors ligne des mois avant le début officiel de la pandémie.

L’équipe de l’OMS n’a même pas demandé à examiner la base de données supprimée du laboratoire au cours de son enquête, car le seul membre américain de sa délégation, le Dr Peter Daszak, s’était personnellement porté garant du laboratoire et avait déclaré que la base de données ne contenait aucune information « pertinente ».

L’inclusion du Dr Daszak dans l’enquête de l’OMS a engendré des allégations de conflits d’intérêts. Le Dr Daszak a travaillé en étroite collaboration avec l’Institut de virologie de Wuhan avant la pandémie et son groupe à but non lucratif, EcoHealth Alliance, a versé 600 000 dollars de fonds publics au laboratoire P4 de Wuhan pour étudier les coronavirus issus des chauves-souris en Chine avant la pandémie.

La lettre ouverte a été publiée pour la première fois mercredi dans le New York Times.

Le co-organisateur de la lettre, Jamie Metzl, a déclaré à la Daily Caller News Foundation que les gouvernements intéressés devraient mettre au point un nouveau processus indépendant pour enquêter sur les origines de la pandémie si le gouvernement chinois refuse de coopérer et si l’organe directeur de l’OMS refuse de réorganiser ses processus d’enquête.

« Bien que la plupart des gens seraient stupéfaits d’apprendre qu’un an et demi après le début de la pandémie, avec des millions de morts et la vie de milliards de personnes perturbée, il n’y ait pas de processus en place pour enquêter de manière exhaustive sur toutes les hypothèses d’origine, c’est malheureusement le cas », a déclaré le co-organisateur de la lettre.

Comme nous l’indiquons dans la lettre ouverte, « l’appel à une enquête complète sur les origines de la pandémie par les meilleurs moyens disponibles ne vise pas à montrer du doigt un pays en particulier. Il s’agit de ne négliger aucune piste pour comprendre comment cette catastrophe a commencé, afin que nous puissions donner la priorité aux efforts visant à combler nos plus grandes lacunes, dans l’intérêt de tous les peuples et de toutes les nations », a-t-il ajouté.

Les scientifiques ne sont pas les seuls à réclamer une nouvelle enquête sur les origines de la pandémie.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré le 30 mars que la mission de son organisation à Wuhan n’avait pas suffisamment étudié la théorie de la fuite de laboratoire et que d’autres études étaient nécessaires.

Et le ministère des Affaires étrangères du président Joe Biden a publié le 30 mars une déclaration commune avec 13 démocrates qui exprimaient leurs préoccupations quant à l’enquête sur les origines de l’OMS.

« Ensemble, nous sommes favorables à une analyse et une évaluation transparentes et indépendantes, exemptes de toute influence indue, des origines de la pandémie du Covid-19« , peut-on lire dans la déclaration. « À cet égard, nous nous unissons pour exprimer des préoccupations communes concernant la récente étude réalisée par l’OMS en Chine. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ