Covid: le gouvernement veut rassurer sur AstraZeneca pour vacciner plus

Par Epoch Times avec AFP
8 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

Le gouvernement veut rassurer sur le vaccin AstraZeneca pour vacciner plus et atteindre les objectifs de vaccination contre le Covid-19, a prévenu samedi Jean Castex, soucieux d’accompagner et amplifier l’amélioration de la situation sanitaire.

Selon des chiffres du ministère de la Santé arrêtés dimanche dernier, seulement 75% des doses AstraZeneca reçues ont été injectées, contre 90% pour le vaccin Pfizer BioNtech.

Le gouvernement réfléchissait depuis plusieurs jours à la meilleure manière de faire passer son message sur le sérum anglo-suédois AstraZeneca – qui avait été brièvement suspendu après des cas d’effets secondaires graves, avant d’être réservé aux plus de 55 ans.

Depuis le début de la vaccination avec AstraZeneca, ce sont « 30 cas, dont 9 décès » de thromboses rares qui sont survenus en France, selon l’Agence française du médicament (ANSM).

Les propos directs du Premier ministre samedi reflètent la crainte de l’exécutif que la défiance persistante envers AstraZeneca ne l’empêche d’atteindre l’objectif de 30 millions de Français vaccinés à la mi-juin, l’un des piliers de sa stratégie contre l’épidémie.

Avec au moins 25,3 millions d’injections réalisées à la date de samedi, environ un tiers de la population majeure (17,6 M, soit 33,6%) a reçu une première dose et 14,7% (7,7 M) deux doses.

Vaccination élargie à tous les adultes en cas de rendez-vous disponible

La vaccination sera élargie à partir de lundi à tous les plus de 50 ans, sans condition de santé, et à tous les adultes sans condition d’âge à partir de mercredi en cas de rendez-vous disponibles la veille pour le lendemain.

L’objectif intermédiaire de 20 millions de premières doses à la mi-mai paraît atteignable, et à mesure que la campagne avance, les intentions de se faire vacciner progressent chez les plus jeunes.

Avec moins de cas positifs, moins de malades à l’hôpital, moins de morts et plus de vaccinés, les indicateurs de l’épidémie de Covid-19 s’améliorent, mais les experts sanitaires restent prudents avant les prochaines étapes du déconfinement, jugées à risque.

Un déconfinement qui « semble davantage guidé par des desseins politiques que par un objectif sanitaire »

« Le troisième déconfinement annoncé par le président de la République semble davantage guidé par des desseins politiques que par un objectif sanitaire », déplorent une vingtaine de médecins et chercheurs dans une tribune publiée sur le site du JDD.

La décrue se poursuit lentement, notamment avec le nombre d’hospitalisations sur sept jours, à 8 312 samedi, en baisse depuis un pic à plus de 14 700 à la mi-avril.

Cette semaine, le rythme des décès a également baissé. Il était de 176 samedi. Au total, 106 306 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l’épidémie, en très grande majorité des personnes âgées, plus fragiles.

Dans ce contexte sanitaire toujours tendu, la France va étendre, à compter de samedi minuit, à sept pays supplémentaires (Turquie, Bangladesh, Sri Lanka, Pakistan, Népal, Emirats arabes unis, Qatar) la quarantaine obligatoire à l’arrivée sur le territoire, déjà en vigueur notamment pour l’Inde et le Brésil, a annoncé vendredi une source gouvernementale à l’AFP.

La semaine dernière, marquée par la réouverture des écoles primaires, environ 150 000 cas positifs au coronavirus ont été rapportés, contre plus de 202 000 la précédente, selon Santé publique France.

Au sommet européen de Porto, la lutte contre le Covid a pris samedi un tour diplomatique. En réponse à l’appel du président Joe Biden à la suspension des brevets des vaccins, le président Emmanuel Macron a réclamé aux Etats-Unis qu’ils cessent d’interdire l’exportation des vaccins et des composants de vaccins, une restriction qui, selon lui, limite la production en Europe et affaiblit la perspective de voir naître des usines de vaccins dans les pays pauvres.

La levée progressive des restrictions va s’accélérer le 19 mai avec la réouverture des magasins, des lieux culturels et des terrasses.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ