Craignant la propagation du virus, les autorités du nord-est de la Chine mettent en quarantaine plus de 8000 personnes

Par Nicole Hao
17 mai 2020
Mis à jour: 17 mai 2020

Au milieu d’une épidémie importante du virus du PCC* dans le nord-est de la Chine, les autorités ont isolé le 15 mai plus de 8 000 personnes qui étaient en contact étroit avec les premières personnes diagnostiquées lors de la deuxième vague de l’épidémie.

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, a fait sa première apparition dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, à la fin de l’année 2019. Le virus s’est rapidement répandu dans tout le pays.

Mais au mois de mars, les autorités locales de toute la Chine ont proclamé qu’il n’y avait pas ou peu de nouvelles infections, le virus était donc maîtrisé.

Mais depuis le mois d’avril, les autorités des régions du nord-est de la Chine ont confirmé l’apparition d’une deuxième vague.

Propagation du virus

La Commission nationale chinoise de la santé a annoncé le 15 mai que quatre personnes supplémentaires avaient été diagnostiquées dans la province de Jilin.

Entre-temps, le portail Web chinois Sina a rapporté que le « patient zéro » de la dernière épidémie – qui a éclaté pour la première fois à Shulan, une municipalité située dans la province de Jilin – était une femme de 45 ans qui gagnait sa vie en nettoyant des maisons particulières et des entreprises.

Depuis le 2 mai, date à laquelle elle pourrait avoir été infectée par le virus, elle a travaillé à l’hôtel Accor Ji du district de Fengman, dans un restaurant spécialisé dans les écrevisses du district de Changyi, et dans cinq complexes résidentiels situés dans les districts de Chuanying, Changyi et Fengman, selon Sina.

Lorsqu’elle sortait pour travailler, elle prenait ses repas dans de petits restaurants proches des lieux où elle travaillait. Elle faisait également ses courses sur différents marchés tous les deux ou trois jours.

Elle a été isolée dans un centre de quarantaine lorsque l’un de ses proches contacts du district de Fengman a été diagnostiqué atteint du virus le 12 mai. Elle a elle-même été diagnostiquée le 14 mai.

Elle est l’une des dernières personnes à avoir été contaminée par le « patient zéro » de l’épidémie de Shulan, une autre femme de ménage de 45 ans qui travaille au bureau de police de la ville.

Le patient zéro a été diagnostiqué le 7 mai. Plusieurs membres de sa famille et de ses contacts proches ont été diagnostiqués par la suite avec le virus.

Le 15 mai, le journal public Beijing Daily a publié sur son compte officiel Weibo des informations annonçant la mise en quarantaine de plus de 8 000 personnes, toutes en relation avec le premier groupe atteint par le patient zéro.

Les contacts étroits se trouvent principalement dans la ville de Jilin (Shulan est une municipalité du comté sous l’administration de la ville de Jilin) et dans la ville de Shenyang.

Le gouvernement de la ville de Jilin a déclaré qu’il cherchait d’autres personnes qui ont été en contact avec les patients diagnostiqués au cours des deux dernières semaines et qui devraient être isolées.

Comme les patients diagnostiqués se déplaçaient activement pour se rendre dans des supermarchés, des hôpitaux, des salons de coiffure, des marchés et des restaurants avant d’être diagnostiqués, le journal a déclaré qu’il soupçonnait qu’un grand nombre de personnes devraient être mises en quarantaine.

Shulan

Les habitants ont donné plus de détails à l’édition chinoise du journal Epoch Times au cours d’entretiens téléphoniques.

Un informateur, qui a souhaité garder l’anonymat, a expliqué que la mère et les deux sœurs du patient zéro de Shulan vivent dans le complexe résidentiel de Jianxin.

L’informateur a ajouté que Mme Li, 61 ans, sœur aînée de la première patiente, travaillait dans un établissement de bains publics local. Mme Li était chargée de gérer les stocks et les achats de l’établissement, de ramasser les objets trouvés et de nettoyer le sauna.

Le 9 mai, la fille de Mme Li, âgée de 37 ans, a été diagnostiquée atteinte du Covid-19 en même temps que Mme Li. La fille travaillait à la réception des bains publics. Elle a ensuite transmis par inadvertance le virus à un homme de 31 ans qui travaille au gouvernement de la ville de Shulan, a déclaré ce même informateur anonyme.

M. Yu, quant à lui, tient une petite épicerie à proximité des bains publics. Il a déclaré qu’après le diagnostic du couple mère-fille, les autorités locales ont renforcé la surveillance de la zone.

« Ce matin, un client voulait acheter des cigarettes. Ma femme venait d’ouvrir la porte du magasin pour servir le client, un officier de police est arrivé et nous a demandé de fermer la porte », a déclaré M. Yu.

M. Yu a ajouté que les autorités ont demandé à tous les contacts étroits possibles des patients de se signaler. « Tous doivent être isolés et testés. Ils n’ont peut-être pas de symptômes, mais ils ont été infectés », a déclaré M. Yu.

M. Liu exploite un magasin dans le même quartier. Il a déclaré que la plupart de ses collègues propriétaires d’entreprises ont fermé leurs portes. « La première raison est qu’il n’y a pas de clients dans les environs. Nous pensons qu’il est risqué d’entrer en contact avec le public. C’est pourquoi nous avons décidé de fermer les magasins », a déclaré M. Liu.

Le 14 mai dernier, Radio Chine Internationale a rapporté que le gouvernement central chinois avait installé une tente de fortune comme centre d’essai à Shulan. À partir du 15 mai, le centre pourra effectuer 1 000 tests d’acide nucléique par jour.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ