La crise de l’électricité en Chine, résultat des politiques énergétiques restrictives de Pékin

Par Dorothy Li
2 octobre 2021
Mis à jour: 3 octobre 2021

Une grande partie de la Chine est en pleine crise d’approvisionnement en électricité. Les usines sont forcées de réduire leur production, ce qui entraine de graves perturbations au quotidien.

Alors que les autorités restent muettes sur les causes de cette pénurie, les observateurs estiment que celle-ci, touchant plus de 10 provinces de l’est de la Chine, résulte d’une dépendance du pays au charbon, or le secteur du charbon est actuellement en difficulté. D’une part, il est interdit d’importer du charbon australien, d’autre part, dans le cadre de sa lutte contre le changement climatique, Pékin a dû renforcer les normes de consommation d’énergie et réduire les émissions de CO2.

Depuis décembre 2020, les gouvernements locaux obligent les grandes régions industrielles, dont la province du Zhejiang, à stopper les machines, arrêter la production, pendant les heures de pointe.

Mais la situation s’est aggravée la semaine dernière, au 27 septembre, lorsque trois provinces du nord-est ont connu des coupures de courant « inattendues et sans précédent », comme l’a rapporté le journal public Global Times. C’est depuis le 23 septembre que les provinces du Jilin, du Liaoning et du Heilongjiang rationnent l’électricité.

La province du Guangdong, dans le sud de la Chine, un important carrefour industriel et maritime, a récemment demandé aux usines de fermer jusqu’à cinq ou six jours par semaine pour réduire la consommation d’énergie, a rapporté l’agence de presse nationale Xinhua le 29 septembre.

Le rationnement croissant de l’électricité et les coupures forcées ont provoqué des ruptures d’approvisionnement pour de grandes entreprises mondiales comme Apple et Tesla, ainsi que pour de petites entreprises, comme Dakota Micro dans le Dakota du Nord.

Restrictions de la consommation d’énergie

Les problèmes d’énergie en Chine viennent globalement du fait que les autorités ont été « trop optimistes » quant à leurs objectifs pour limiter la consommation, explique Su Tzu-yun, analyste principal à l’Institut national de recherche sur la défense et la sécurité (financé par le gouvernement de Taiwan).

D’ici 2025, la Chine espère réduire sa consommation d’énergie de 13,5 % par unité de PIB par rapport à 2020, et les émissions de CO2 de 18 %. En août, neuf provinces ont reçu un « avertissement de premier niveau » de la part du principal organisme de planification économique du pays du fait qu’elles ont augmenté leur consommation d’énergie durant le premier semestre et n’atteindront peut-être pas les objectifs fixés pour l’année.

Selon M Su, ces objectifs énergétiques imposés par les autorités centrales sont trop stricts et poussent les responsables locaux à « sacrifier » l’industrie et les habitants.

Le Quotidien du Peuple, le journal officiel du Parti communiste chinois, blame, dans un message publié le 26 septembre sur les réseaux sociaux, certains gouvernements locaux qui « ferment des industries très consommatrices ou même coupent l’électricité » pour réduire la consommation d’énergie.

Pénurie de charbon

La décision de Pékin d’interdire les importations de charbon australien en 2020 contribue également à la crise actuelle, selon M. Su. Cette interdiction, mise en place pour des raisons diplomatiques, « se retourne » contre la Chine, déclare-t-il.

Depuis que le Premier ministre australien a demandé une enquête indépendante sur les origines de la pandémie en avril 2020, le régime chinois a imposé des droits de douane et des restrictions commerciales à l’encontre de l’Australie, notamment une interdiction d’importation de charbon en décembre 2020. Pour les responsables occidentaux, la « mesure économique coercitive » de Pékin est destinée à intimider Canberra et l’obliger à adoucir sa position vis-à-vis du régime chinois.

Environ deux tiers de l’électricité du pays provient de la combustion du charbon. Bien que plus de 90 % de ce combustible soit extrait localement, l’approvisionnement national a diminué en raison des inspections plus strictes des mines de charbon, explique M. Su.

La Chine a depuis intensifié ses efforts pour s’approvisionner en charbon à l’étranger, mais les importations échouent à combler le déficit d’approvisionnement.

Dans le même temps, au 29 septembre, la forte demande liée à la baisse hivernale des températures ont poussé le prix du charbon thermique en Chine à un niveau record de 213 dollars la tonne. Dans un tel contexte, la pression s’accentue sur les compagnies d’électricité qui sont incapables de compenser les coûts élevés du combustible.

Dans le nord-est de la province du Liaoning ainsi que deux provinces voisines qui abritent près de 100 millions de personnes, les ménages doivent également restreindre leur consommation en électricité. Plusieurs habitants de la province du Liaoning ont confirmé à Epoch Times qu’ils avaient récemment subi des coupures de courant sans avoir été prévenus.

Le plus haut responsable de la province a déclaré le 26 septembre que le rationnement de l’électricité pour l’usage industriel, qui représente environ 70 % de la consommation en électricité du pays, ne peut toujours pas combler l’écart « massif » entre l’offre et la demande. La province voisine du Jilin, quant à elle, a promis d’accroitre ses réserves de charbon pour le chauffage des ménages à l’approche de l’hiver.

Pris en « otage » par les coupures de courant

Dakota Micro, une entreprise du Dakota du Nord qui fabrique des systèmes de caméras robustes et des équipements de surveillance pour l’agriculture, fait partie des nombreuses entreprises étrangères confrontées à des perturbations au niveau de la production, leurs fournisseurs chinois étant aux prises avec des coupures de courant.

Le fournisseur chinois a prévenu Dakota Micro que les autorités chinoises avait décidé de procéder à des coupures de courant prochainement, et qu’elles n’avaient pas donner de date précise.  Dakota Micro a doublé ses commandes pour pallier à toute éventualité et disposer d’un stock suffisant.

« C’est à double tranchant, avoir autant de fonds immobilisés dans des stocks est un énorme pari », explique Charissa Rubey, la directrice générale de l’entreprise, à NTD, un média partenaire d’Epoch Times. « Mais pour nous, ça vaut le coup, car nous devenons désormais l’une des seules entreprises à disposer de ces éléments en réserve. »

« C’est un peu fou », avoue Mme Rubey, ajoutant que l’entreprise n’a jamais eu à faire à ce type de problèmes de la part des fournisseurs auparavant.

Mme Rubey espère qu’elle pourra trouver des fabricants dans d’autres pays si les pannes d’électricité se poursuivent. Le principal produit qu’elle commande en Chine sont des panneaux d’affichage à cristaux liquides (LCD), dont les fabricants chinois ont accéléré la production ces dernières années.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ